4 mai 1919: quand le spectre rouge entra en Chine

Le 05/05/2019
Outragés, des milliers d’étudiants sont descendus dans les rues de la Chine en signe de protestation le 4 mai 1919.
Outragés, des milliers d’étudiants sont descendus dans les rues de la Chine en signe de protestation le 4 mai 1919.

 

L’année 2019 marque le 70e anniversaire de la conquête de la Chine continentale par les armées communistes sous la direction de Mao Zedong et l’imposition d’un régime socialiste brutal dans le pays le plus peuplé du monde. Sous Mao et ses successeurs, le Parti communiste chinois a tué des dizaines de millions de Chinois et infligé des dommages incalculables à leurs cinq millénaires de culture et de patrimoine.

Mais pour voir comment l’athéisme et la lutte des classes de Karl Marx ont renversé les vieilles croyances et vertus de la Chine, il est nécessaire de comprendre l’impact du mouvement du 4 mai 1919.

La Chine à l'époque était en ébullition. Les dernières décennies de la dynastie impériale Qing (1644-1911) ont vu la descente du pays dans la pauvreté, la guerre civile et la corruption. Les puissances industrielles occidentales, rejointes plus tard par un Japon modernisé, ont imposé à la Chine des traités ruineux après l'avoir vaincu au cours d'une série de guerres et d'invasions.

Une nouvelle culture pour la Chine

Par le biais des Qing, des érudits et des fonctionnaires impériaux de la fin du XIXe siècle avaient tenté d’apprendre la technologie et les compétences de l’Occident, comme le Japon, contre l’abandon du patrimoine culturel et des traditions définissant la Chine comme une civilisation.

Mais lorsque la dynastie Qing s'est effondrée, la Chine est entrée dans une ère de seigneurs de guerre et d'administrations républicaines faibles, apparemment incapables de gouverner le pays, sans parler de repousser les empiétements étrangers.

Un nombre croissant d’intellectuels pensaient que les malheurs de la Chine n’étaient pas seulement une question de retard technologique, mais que sa culture même avait voué le peuple chinois au malheur.

Lu Xun, un étudiant en littérature rendu célèbre par ses écrits satiriques, écrivait dans sa nouvelle Journal d'un homme fou que toute la civilisation chinoise pouvait être résumée par le «cannibalisme». Dans La Véritable histoire de Ah Q, le protagoniste de Lu représentait ce qu'il croyait être un archétype des Chinois typiques: hypocrite, malhonnête et condamné à subir des humiliations répétées.

Des penseurs comme Lu Xun, blasés par les événements de l’histoire récente, ont attaqué les codes traditionnels de la moralité et de l’ordre qui régissaient la société chinoise depuis des milliers d’années. Au lieu d'essayer de l'actualiser, ils ont estimé que la Chine devait se réinventer entièrement.

Des membres dirigeants du mouvement Nouvelle culture ont imaginé des moyens de démolir la culture chinoise et ses fondements. Des érudits et des activistes tels que Hu Shih et Chen Duxiu ont vanté les mérites de la littérature chinoise vernaculaire et ont dénoncé l'ancienne forme de chinois classique. Le linguiste Qian Xuantong a écrit que le script chinois lui-même faisait la promotion de «façons de penser enfantines, naïves et barbares» et préconisait le remplacement des caractères chinois.

Les partisans du mouvement de la Nouvelle culture étaient déterminés à sortir la Chine de sa propre conscience, en critiquant tout, des styles vestimentaires chinois à l'authenticité des textes classiques. Certains ont même prétendu que la famille devrait être abolie.

Le mouvement du 4 mai

Les jeunes Chinois étaient particulièrement exaspérés par leur gouvernement incompétent. À Pékin, la capitale de la République de Chine, le président avait peu de pouvoir.

Après la Première Guerre mondiale, les puissances victorieuses ont refusé la représentation de la Chine aux négociations de paix, malgré le fait que la Chine avait déclaré la guerre à l'Allemagne et avait envoyé plus de 100 000 travailleurs sur le front occidental pour contribuer à l'effort de guerre. Pour ajouter l'insulte aux blessures, l'ancien territoire allemand de Qingdao, dans l'est de la Chine, a été remis au Japon.

Outragés, des milliers d’étudiants sont descendus dans les rues de la Chine en signe de protestation le 4 mai. Les manifestations ont rapidement viré à la violence et des personnes ont attaqué ceux qu’ils soupçonnaient d’être fidèles aux Japonais. Les manifestations ont été dispersées par l'armée. Bien que le gouvernement chinois ait boycotté le Traité de Versailles, le territoire de Qingdao était toujours attribué au Japon.

Ce n'est qu'en 1921 que Tokyo a abandonné le contrôle de la ville sous la pression américaine.

Bien que les manifestations du 4 mai n'aient pas atteint ses objectifs, les participants du mouvement de la Nouvelle culture se sont servis de cet outil pour diffuser leurs idées et mobiliser leur soutien. En particulier, l'atmosphère de chaos et de colère croissante dans la société urbaine chinoise a conduit à la montée du radicalisme de gauche et à la création du Parti communiste chinois.

Inviter le spectre rouge

Le PCC considère le mouvement du 4 mai comme l'un des grands événements qui ont ouvert la voie à sa propagation réussie en Chine et à sa prise du pouvoir en 1949. Bien que les intellectuels et les penseurs du mouvement de la Nouvelle culture n'aient pas tous partagé les mêmes opinions. Les événements du 4 mai ont rendu populaires le marxisme, le darwinisme social et d’autres idéologies de gauche sur les campus chinois et parmi les jeunes éduqués.

Le fait que le parti communiste bolchevik ait récemment pris le pouvoir en Russie et instauré un régime soviétique, qui, du moins sur le papier, était voué à l'édification d'une société sans classes et égale, a ajouté à la popularité du gauchisme.

En 1921, un petit groupe de radicaux, avec le soutien financier de la Troisième Internationale du Komintern, forma le Parti communiste chinois à Shanghai. Chen Duxiu et Li Dazhao, les deux principaux participants des mouvements de la Nouvelle culture ont été parmi ses premiers dirigeants.

Sous l'impulsion du mouvement du 4 mai, le PCC s'est rapidement développé et a réussi à s'infiltrer dans le Parti nationaliste chinois (KMT), dont le chef Sun Zhongshan est honoré pour son rôle dans l'établissement de la République de Chine suite à l'effondrement du pouvoir impérial.

Mao Zedong, président du PCC qui a dirigé la Chine de 1949 à sa mort en 1976, a qualifié l'écrivain radical Lu Xun de «chef général de la révolution culturelle chinoise». Ses œuvres sont largement représentées dans les programmes d'enseignement chinois.

Nombreux sont ceux qui reconnaissent le radicalisme du 4 mai comme un tournant décisif pour la cause du marxisme chinois et de sa mauvaise gestion du pays. Feng Xuerong, un universitaire chinois basé à Hong Kong, a résumé la situation:

«Le Mouvement du 4 mai, mis à part semer les flammes de la violence, n’a donné aucun résultat positif à ce sujet… il n’a pas aidé à sauver le pays ni à laisser un héritage de vertu. Ce n'était rien de plus qu'une scène de chaos.»

En 1966, le président Mao lança la révolution culturelle en souvenir de son époque révolutionnaire révolue. Des millions de personnes ont été victimes de violences et de sévices infligés par les fanatiques gardes rouges. La campagne ciblait avec vengeance les «quatre vieilleries» (les «vieilles idées», la «vieille culture», les «vieilles coutumes» et les «vieilles habitudes») de la culture traditionnelle, mettant en pratique les idées des radicaux du 4 mai.