Press "Enter" to skip to content

Monde. Un ex-agent de la CIA accusé d’espionnage au profit de la Chine

ACTUALITÉ > Monde

L’ancien officier de la CIA, Alexander YukChing Ma, a récemment été arrêté et accusé de vendre des dossiers américains classés secrets au Parti communiste chinois. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Alexander YukChing Ma, citoyen américain vivant à Hawaii, a récemment été arrêté par le ministère de la justice et accusé de vendre des secrets américains au Parti communiste chinois (PCC). Cet homme de 67 ans a travaillé en tant qu’officier pour la CIA entre 1982 et 1989.

L’espion du PCC

Selon les rapports des tribunaux, Alexander YukChing Ma aurait commencé à vendre des secrets en 2001, au cours de trois jours de réunions avec cinq fonctionnaires du ministère chinois de la sécurité d’État (MSS) dans une chambre d’hôtel à Hong Kong. Une partie de la réunion a fait l’objet d’un enregistrement vidéo où l’on voit Ma acceptant 50 000 dollars en espèces. Au cours de cette réunion, il a donné aux fonctionnaires du MSS des informations concernant la couverture utilisée par différents agents de la CIA, les opérations internationales menées par la CIA, l’identité du personnel de la CIA, etc.

En 2002, Ma a postulé pour un emploi au FBI. Après un contrôle rigoureux, Ma a été engagé comme linguiste contractuel pour le bureau extérieur du département à Honolulu en 2004. Pendant toute cette période, Ma a gardé le contact avec les agents du renseignement chinois. Entre 2004 et 2010, Ma aurait régulièrement recueilli des documents américains hautement confidentiels et se serait rendu en Chine pour les remettre à ses agents.

Entre 2004 et 2010, Alexander YukChing Ma aurait régulièrement collecté des documents américains classés secrets et se serait rendu en Chine pour les remettre aux agents du renseignement chinois. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Entre 2004 et 2010, Alexander YukChing Ma aurait régulièrement collecté des documents américains classés secrets et se serait rendu en Chine pour les remettre aux agents du renseignement chinois. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

On ne sait pas quand le FBI a découvert les activités de Ma. En janvier 2019, un agent du FBI travaillant sous couverture a contacté Ma. Se faisant passer pour un agent du MSS, il a montré à Ma la vidéo de 2001 et lui a demandé d’identifier les personnes figurant sur la cassette. Croyant l’histoire de l’agent, Ma a facilement identifié les personnes tout en étant enregistré au cours du processus. Lors d’une autre réunion, l’agent lui a donné 2 000 dollars en compensation de cette information. Le 14 août de cette année, Ma a été officiellement arrêté et accusé de conspiration pour partager des informations de défense nationale afin d’aider un gouvernement étranger.

Si il est reconnu coupable, Ma risque la prison à vie. Il peut également être condamné à mort si le ministère de la justice fait pression pour qu’il le soit. Les procureurs ont fait valoir que Ma représente un « risque de fuite extrême » et qu’il doit rester en détention. « La peine potentielle de Ma multipliée par la probabilité de sa condamnation lui donne une incitation irrésistible à fuir vers un pays d’où les États-Unis ne pourraient pas l’extrader... Le service de renseignement étranger avec lequel Ma est accusé de conspiration a toutes les raisons de l’aider à s’échapper », ont déclaré les procureurs, comme le rapporte le New York Times.

Un membre âgé de la famille de Ma, qui était officier de la CIA dans les années 1970, aurait participé à la conspiration. Mais en raison de troubles cognitifs apparus chez cette personne, les autorités n’ont pas émis de mandat d’arrêt. Né en Chine, Ma est un citoyen américain naturalisé et est capable de parler plusieurs dialectes chinois.

Fermeture du consulat

En juillet, des fonctionnaires américains ont pris possession du consulat chinois à Houston sur ordre de l’administration Trump. Une enquête du FBI a montré que le consulat était impliqué dans une tentative de vol de propriété intellectuelle, faisant pression sur les dissidents chinois dans la région et contactant des universitaires américains pour mener des recherches sensibles. Selon les responsables américains, le FBI a fortement suggéré la fermeture du consulat.

En juillet, des fonctionnaires américains ont pris possession du consulat chinois à Houston. (Image : Capture d’écran / YouTube)
En juillet, des fonctionnaires américains ont pris possession du consulat chinois à Houston. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

En représailles, Pékin a fermé un consulat américain dans la ville de Chengdu. Les agences de renseignement alertent de plus en plus sur la menace que représentent les espions chinois. Le directeur du FBI, Christopher Wray, a qualifié le gouvernement chinois de « plus grande menace à long terme pour l’information et la propriété intellectuelle de notre nation, ainsi que pour notre vitalité économique ».

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.