Press "Enter" to skip to content

Monde. Terres rares : le Canada aspire à devenir le premier fournisseur mondial de minéraux essentiels

ACTUALITÉ > Monde

Le 16 janvier, le Premier ministre canadien Justin Trudeau a visité une nouvelle usine de traitement d’éléments de terres rares de la province de Saskatchewan, tandis qu’Ottawa a approuvé un nouveau projet de développement de lithium au Québec. Le premier ministre a déclaré que le Canada était la parfaite alternative à la Chine sur le marché mondial des minéraux essentiels.

Il y a une semaine, Ottawa a également discuté avec le Premier ministre japonais en visite, au sujet de la coopération dans ce domaine.

L’usine de Vital Metals à Saskatoon, que Justin Trudeau a visitée le 16 janvier, traite des éléments de terres rares provenant du projet Nechalacho dans les Territoires du Nord-Ouest. De nombreuses industries, dont l’électronique, les transports, l’aérospatiale et le secteur de la défense, utilisent des éléments de terres rares.

L’usine de Vital Metals est la première installation de traitement des terres rares au Canada. Elle a commencé à fonctionner l’année dernière pour produire les premiers éléments de terres rares du Canada destinés au fonctionnement d’environ 300 000 véhicules électriques par an. En septembre 2022, le gouvernement fédéral a annoncé une contribution de 7,5 millions de dollars remboursable sans intérêt, à Vital Metals, pour l’installation d’équipements dans son usine.

Terres rares : le Canada aspire à devenir le premier fournisseur mondial de minéraux essentiels
Les composants électroniques d’un téléphone portable fabriqués à partir de métaux rares. (Image : Capture d’écran / YouTube)

« Les gens se rendent compte que cette transformation extraordinaire qui se produit dans notre économie vers les véhicules électriques, vers des solutions plus avancées de haute technologie pour tout ce que nous faisons, va nécessiter l’ accès à des minéraux essentiels et à des éléments de terres rares qui, jusqu’à présent, ont été dominés par la Chine comme un partenaire quelque peu difficile dans le meilleur des cas », a déclaré Justin Trudeau à l’usine Vital Metals.

Le premier ministre a déclaré que les récentes perturbations de la chaîne d’approvisionnement mondiale causées par divers facteurs ont renforcé les arguments en faveur d’un rôle plus important du Canada dans l’industrie minière mondiale.

Le Canada possède certaines des réserves les plus importantes au monde

Il a déclaré que « le monde se tourne vers le Canada » en raison de ses quantités « incroyables » d’éléments de terres rares et d’éléments essentiels. Selon le ministère « Ressources naturelles Canada », le Canada possède certaines des réserves les plus importantes au monde, estimées en 2021 à 14 millions de tonnes.

« En plus de posséder les éléments, nous avons une main-d’œuvre incroyablement forte, des penseurs bien formés, ambitieux et innovateurs, des chaînes d’approvisionnement fiables et des accords commerciaux avec le monde entier », a-t-il ajouté.

Le 16 janvier, le gouvernement fédéral a également approuvé le projet de Galaxy Lithium (Canada) Inc. de construire une nouvelle mine de lithium dans le Nord du Québec. La mine de lithium à ciel ouvert devrait être en production pendant 20 ans, créer 280 emplois pendant la construction et employer 167 personnes de façon continue, selon le Globe and Mail.

Le lithium est un élément clé des batteries des voitures électriques, au même titre que le cobalt, le cuivre et le graphite. Cependant, le Canada est loin derrière le reste du monde en matière d’extraction et de raffinage du lithium. La seule mine de lithium en activité aujourd’hui au Canada est détenue et exploitée par Sinomine, une grande société minière chinoise liée au gouvernement de Pékin.

Galaxy Lithium est une société privée détenue par Allkem Ltd, une société australienne d’exploitation du lithium. Avant d’aller de l’avant avec son projet de mine, elle doit également obtenir l’approbation de la province de Québec.

Le ministre des Ressources naturelles, Jonathan Wilkinson, a déclaré dans un communiqué accompagnant l’approbation de la mine qu’Ottawa est « déterminée à faire du Canada le fournisseur mondial de choix pour les minéraux essentiels provenant de sources responsables et durables, de l’exploration et de l’extraction à la fabrication et au recyclage. »

Stratégie pour les minéraux essentiels

À l’échelle mondiale, la Chine se trouve tout en haut des chaînes d’approvisionnement en minéraux essentiels. Elle contrôle plus de la moitié de l’extraction des terres rares dans le monde et une part bien plus importante du traitement et de la fabrication. Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), la Chine détient une part d’environ 35 % pour le nickel, de 50 à 70 % pour le lithium et le cobalt, et de près de 90 % pour les terres rares, dans le raffinage.

Dans le passé, le Canada n’a pas pris conscience de l’importance de ses ressources naturelles, et de nombreux mineurs ont été rachetés par des entreprises chinoises. Ce n’est qu’au cours des deux dernières années qu’une série d’initiatives de conservation et d’auto-développement ont été lancées.

Terres rares : le Canada aspire à devenir le premier fournisseur mondial de minéraux essentiels
Ouvriers sur une ligne de production de smartphones dans l’usine Oppo à Dongguan, province chinoise du Guangdong (sud). Les téléphones et autres appareils électroniques dépendent de l’extraction d’éléments de terres rares, un marché qui a été fortement dominé par la Chine. (Image : Capture d’écran / YouTube)


Le Canada a présenté sa stratégie indo-pacifique en novembre de l’année dernière. Il considère la Chine comme une « puissance mondiale de plus en plus perturbatrice » et souhaite contrer l’influence de la Chine dans la région et renforçant sa propre puissance stratégique.

Les entreprises d’État étrangères ne peuvent pas investir dans des projets de minéraux clés

Le Canada a également annoncé de nouvelles règles pour l’investissement dans les minéraux clés pour des raisons de sécurité nationale. Ces règles stipulent que les entreprises d’État étrangères ne peuvent pas investir dans des projets de minéraux clés. Le gouvernement canadien a ordonné mercredi à trois entreprises chinoises de céder leur participation dans des sociétés canadiennes du secteur des minéraux rares, invoquant des raisons de « sécurité nationale »

Le 9 décembre 2022, le Canada a publié sa stratégie sur les minéraux essentiels, soutenue par un financement fédéral pouvant atteindre 3,8 milliards de dollars alloués dans le budget 2022. Cette stratégie oriente l’exploitation et le traitement des minéraux essentiels et des terres rares au Canada. Les minéraux tels que le lithium, le cuivre et le nickel sont essentiels à la production de batteries de voitures électriques, de panneaux solaires, d’éoliennes et de diverses autres technologies, et sont indispensables à la réalisation des objectifs de transition énergétique du gouvernement. Le gouvernement a donné la priorité au lithium et à plusieurs autres minéraux essentiels dans le cadre de sa stratégie sur les minéraux essentiels.

La rationalisation des processus d’approbation des projets miniers est l’un des points centraux de la stratégie. En effet, à l’heure actuelle, au Canada, il faut « entre 5 et 25 ans pour qu’un projet minier devienne opérationnel, sans aucun revenu avant le début de la production », ce qui entrave davantage les projets industriels liés aux minéraux essentiels qui nécessitent d’importants investissements initiaux et peuvent générer un rendement lent.

Lors d’un webinaire organisé le 17 janvier par des experts pour examiner la « Stratégie canadienne sur les minéraux essentiels », Heather Exner-Pirot, agrégée supérieure de recherche de l’Institut Macdonald-Laurier (IML), a souligné que le gouvernement devrait améliorer le processus d’approbation des projets miniers pour les minéraux essentiels, en réduisant la bureaucratie liée à la délivrance des permis.

« C’est un monde à rebondissements, et à un moment donné, nous devons rendre ces processus plus faciles, et pas seulement aider les gens à les traverser », a déclaré Heather Exner-Pirot.

Selon Jeff Kucharski, également boursier de l’IML, construire une chaîne de valeur complète au Canada et en Amérique du Nord sera une tâche extrêmement difficile. « Cela signifie donc que nous allons continuer à compter sur la Chine pendant de nombreuses années », a-t-il déclaré.

Coopération avec le Japon

Le Canada et ses alliés du Groupe des Sept sont déterminés à couper les liens avec les chaînes d’approvisionnement des États autoritaires et à mettre en place une chaîne d’approvisionnement indépendante pour le traitement des minéraux importants, qui n’implique pas la Chine.

Le premier ministre japonais Fumio Kishida a visité le Canada le 12 janvier 2023. Il était le premier dirigeant asiatique à visiter le pays depuis l’annonce de la stratégie indo-pacifique du Canada.

Selon le communiqué du bureau de Justin Trudeau, les deux dirigeants considèrent la Chine comme un « défi central ». Ils « ont discuté de leurs préoccupations concernant les actions de la Chine dans la région » et « ont convenu de l’importance d’une approche coordonnée de la sécurité dans l’Indo-Pacifique. »

Fumio Kishida a également déclaré qu’à l’heure où le monde est confronté à une crise énergétique et où les pays s’efforcent d’assurer un approvisionnement stable en énergie, le Japon compte sur le Canada pour « jouer un rôle majeur, en tant que pays riche en ressources ».

Selon Reuters, le Japon enverra une délégation ce printemps pour rencontrer des entreprises canadiennes spécialisées dans les batteries et l’exploitation minière ainsi que des partenaires potentiels, tandis que le Canada prévoit d’envoyer une mission commerciale au Japon en octobre. Les échanges économiques et commerciaux entre les deux parties ne visent pas seulement à créer des opportunités commerciales, mais aussi à renforcer la chaîne d’approvisionnement et la sécurité énergétique.

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann


Source : Canada Aspires to Be Global Critical Mineral Supplier Alternative to China

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.