Press "Enter" to skip to content

Monde. Le Sénat américain prévoit d’investir 100 milliards de dollars, pour rivaliser avec la Chine

ACTUALITÉ > Monde

Lundi 17 mai, le Sénat américain a présenté le projet de loi bipartisan « Endless Frontier Act » (Loi sur les Frontières sans fin) visant à contrer la Chine en tant que concurrent stratégique des Etats-Unis, et à promouvoir davantage la technologie américaine.

Le projet qui prévoit un investissement de 100 milliards de dollars sur cinq ans dans de nombreux domaines technologiques, a été approuvé par 86 voix contre 11.

Bien que le projet de loi ne fasse pas spécifiquement référence à la Chine, Chuck Schumer a déclaré à l’assemblée : « Nous pouvons soit avoir un monde où le Parti communiste chinois (PCC) détermine les règles de la route pour la 5G, l’intelligence artificielle et l’informatique quantique - ou nous pouvons nous assurer que les États-Unis y arrivent en premier. »

La législation identifie trois domaines d’intervention clés, « renforcer le leadership des États-Unis dans les technologies critiques par la recherche fondamentale » pour « améliorer la compétitivité des États-Unis » et « favoriser l’impact de la recherche et du développement financés par le gouvernement fédéral. »

Le projet de loi « redéfinit la National Science Foundation en tant que National Science and Technology Foundation et établit une Direction de la technologie au sein de la fondation », selon le Congress.gov.

Un effort bipartisan

Le chef de la majorité au Sénat, Chuck Schumer (D-N.Y.), et le sénateur Todd Young (R-Ind.), étoile montante du parti républicain, ont défendu le projet de loi.

Chuck Schumer a qualifié le projet de loi d’ « investissement unique en son genre dans la science et la technologie américaines », ajoutant que « la pandémie de coronavirus a montré que le fossé scientifique et technologique entre les États-Unis et le reste du monde se comble rapidement, ce qui menace notre santé à long terme, notre compétitivité économique et notre sécurité nationale ».

Dans un communiqué de presse, le sénateur Todd Young a déclaré : « au lieu de laisser Pékin menacer nos valeurs et nos intérêts, le moment est venu pour l’Amérique et nos alliés d’investir en nous-mêmes et de donner au monde une alternative claire… nous devons nous positionner pour être à la pointe et l’Endless Frontier Act est le moyen de le faire. »

La Maison-Blanche a annoncé lundi 17 mai que le président Biden soutenait le projet de loi, précisant qu’il s’agissait d’une « étape importante pour garantir que les États-Unis restent compétitifs au niveau mondial au XXIe siècle. »

Le Sénat américain prévoit d’investir 100 milliards de dollars, pour rivaliser avec la Chine
Le 17 mai, la Maison-Blanche a annoncé que le président Biden soutenait le projet de loi, précisant qu’il s’agissait d’une « étape importante pour garantir que les États-Unis restent compétitifs au niveau mondial au 21ème siècle. » (Image : wikimedia / Gage Skidmore from Surprise, AZ, United States of America / CC BY-SA 2.0)

L’investissement de 100 milliards de dollars cible de nombreux domaines tels que l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique, le calcul à haute performance, les semi-conducteurs et le matériel informatique avancé, l’informatique quantique et les systèmes d’information, la robotique, la biotechnologie, ainsi que des solutions pour la prévention des catastrophes « naturelles ou anthropiques ».

Une fois adopté, ce projet de loi bipartisan devrait permettre de remédier à la pénurie mondiale de semi-conducteurs, en créant éventuellement de nouvelles installations de fabrication de puces sur le sol américain.

Le projet de loi concerne également des mesures visant à revitaliser les centres de fabrication et à définir une stratégie diplomatique de sécurité nationale pour les États-Unis dans la région Indo-Pacifique.

Todd Young s’est inquiété du fait qu’un amendement au projet de loi pourrait rediriger des milliards de dollars vers le ministère de l’énergie et a laissé entendre que les républicains pourraient retirer leur soutien au projet de loi final, mais il est resté optimiste.

« Je ne vais pas essayer de retravailler fondamentalement ce produit », a déclaré Todd Young à POLITICO.

Maintenir la domination américaine dans la recherche

Le projet de loi stipule : « Alors que les États-Unis étaient autrefois à la tête du monde en ce qui concerne la part de notre économie investie dans la recherche, notre nation se classe aujourd’hui au 9ème rang mondial pour la totalité de la recherche et du développement et au 12ème rang pour la recherche et le développement financés par des fonds publics. »

C’est peut-être l’indice le plus marquant que les États-Unis sont actuellement à la traîne par rapport à nombre de leurs adversaires en matière de recherche et de développement de technologies nouvelles et existantes.

Le projet de loi stipule que « sans une augmentation significative de l’investissement dans la recherche, l’éducation, le transfert de technologie et les forces essentielles de l’écosystème d’innovation des États-Unis, ce n’est qu’une question de temps avant que les concurrents mondiaux des États-Unis ne dépassent les États-Unis en termes de primauté technologique ».

Le projet de loi reconnaît que la croissance de l’emploi dans le secteur de l’innovation est limitée à seulement cinq grandes villes des États-Unis et vise à remédier à ce déséquilibre en établissant des partenariats avec le secteur privé pour promouvoir de nouveaux pôles en dehors des zones déjà établies comme la Silicon Valley.

Dix milliards de dollars supplémentaires sont affectés à la création de pôles technologiques régionaux à travers les États-Unis.

Bien qu’il n’ait pas encore été officiellement adopté, le projet de loi devrait être mené à bien d’ici juin 2021.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.