Press "Enter" to skip to content

Monde. Selon l’ONU, la trêve au Yémen pourrait inverser la crise humanitaire

ACTUALITÉ > Monde

À la suite de la trêve au Yémen négociée le 2 avril, l’ONU a déclaré que le cessez-le-feu pourrait permettre l’aide à la population la plus touchée par la crise humanitaire.

Bien que cette trêve soit considérée comme une lueur d’espoir face à la guerre qui dure depuis sept ans au Yémen, les précédents cessez-le-feu ont été violés à plusieurs reprises par d’autres forces, ce qui menace les efforts des Nations unies.

Promesse d’aide

Le 2 avril, les deux parties belligérantes, la coalition dirigée par l’Arabie saoudite et les rebelles houthis soutenus par l’Iran, ont convenu d’une trêve, qui pourrait être prolongée d’un commun accord entre les deux factions.

Cette trêve, qui est intervenue à la veille du mois sacré du Ramadan, est la première depuis 2016, dans une guerre qui a coûté la vie à environ 400 000 personnes, selon l’ONU.

Deux mois après sa mise en place, la trêve a ouvert les portes aux secours internationaux pour aider des millions de Yéménites pris dans le conflit.

Selon une déclaration de David Gressly, coordinateur humanitaire de l’ONU pour le Yémen, « l’aggravation de la crise humanitaire au Yémen est une réalité à laquelle nous devons répondre de toute urgence. »

« Plus de 23 millions de personnes, soit près des trois quarts de la population du Yémen, ont désormais besoin d’aide… une augmentation de près de trois millions de personnes par rapport à 2021 », a-t-il ajouté.

La trêve ayant mis fin au carnage, David Gressly a encouragé les donateurs et les autres organismes d’aide à agir et à commencer à acheminer des fournitures et à fournir une « assistance vitale » aux personnes dans le besoin, en particulier dans les zones isolées par le conflit.

« Pour que les agences d’aide puissent immédiatement intensifier leurs efforts, nous comptons sur un financement suffisant des donateurs. Sinon, l’opération d’aide s’effondrera malgré l’élan positif que nous constatons aujourd’hui au Yémen », a prévenu David Gressly.

David Gressly a indiqué que pour faire face aux efforts de secours, l’ONU a besoin de 4,3 milliards de dollars « pour inverser une détérioration constante de la situation humanitaire. » L’objectif de ces efforts est d’aider 17,3 millions de personnes, dont 13 millions sont « déjà confrontées à des niveaux de besoins aigus. »

Outre les 80 % de la population nécessitant une aide, la pénurie de carburant à Sanaa et dans d’autres régions pourrait être résolue grâce à l’arrivée de pétroliers dans le port de Hodeida. Un accord a également été conclu pour autoriser les vols commerciaux à partir de l’aéroport de Sanaa pour la première fois en six ans, bien que le vol inaugural ait été reporté.

Par ailleurs, le vendredi 6 mai, la coalition a déclaré avoir libéré un lot de prisonniers au Yémen en guise de « geste de paix ».

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, espère qu’un « processus politique » pourra être mis en place pour assurer la paix.

« Vous devez prendre cet élan afin de vous assurer que cette trêve est pleinement respectée et qu’elle est renouvelée et… qu’un véritable processus politique est lancé », a déclaré Antonio Guterres aux journalistes.

La violence au cœur de la trêve

Malgré ce répit, des rapports font état de violations de la trêve et de la poursuite des combats dans certaines zones.

Un responsable militaire yéménite anonyme a affirmé que les forces de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite et leurs alliés continuent d’envoyer des avions et des drones militaires au-dessus de plusieurs provinces.

Un drone CH-4 de fabrication chinoise de la coalition aurait été abattu dans la province de Hajjah, au nord du pays, selon le général de brigade Yahta Saree des forces armées yéménites.

Les rebelles houthis continuent d’attaquer la ville yéménite de Marib, un bastion riche en énergie. Bien que les combats ne soient pas aussi intenses qu’auparavant, les récentes attaques pendant le cessez-le-feu ont inquiété les Nations unies et la communauté internationale.

La guerre entre la coalition soutenue par l’Arabie saoudite et les rebelles Houthis soutenus par l’Iran a commencé en 2014, lorsque les forces Houthis ont pris la capitale Sanaa, demandant « une baisse des prix du carburant et un nouveau gouvernement. »

En 2015, l’Arabie saoudite a pris la tête d’une coalition qui appuie les forces progouvernementales yéménites face aux Houthis, soutenue par le soutien logistique et le renseignement des États-Unis. L’Iran, à son tour, a fourni des armes et envoyé son propre convoi naval pour aider les Houthis.

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.