Press "Enter" to skip to content

Monde. La Russie exige le paiement du gaz en roubles pour tous les pays jugés hostiles, d’ici le 31 mars

ACTUALITÉ > Monde

Le 28 mars, le président russe Vladimir Poutine a demandé à son gouvernement, ainsi qu’à la banque centrale russe et au géant russe de l’énergie Gazprom d’exiger un paiement en roubles pour la livraison de gaz à des « pays hostiles ».

Le dirigeant, en difficulté, aurait demandé un rapport sur la mise en œuvre de ces mesures avant le 31 mars.

Lors d’une réunion, le président russe a exigé du gouvernement qu’il mette en œuvre « un ensemble de mesures visant à changer le rouble russe en monnaie de paiement pour les livraisons de gaz naturel à l’Union européenne et à d’autres pays qui ont introduit des mesures restrictives à l’encontre des citoyens de la Fédération de Russie et des entités juridiques russes ».

Le 23 mars, Vladimir Poutine a déclaré qu’il n’y avait plus de raison de continuer à utiliser le dollar ou l’euro suite aux sanctions des États-Unis et de l’Union européenne.

Le 7 mars, à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie et d’une vague de sanctions sans précédent prises par de nombreux pays opposés à l’« opération militaire spéciale » de la Russie, le Kremlin a publié une longue liste de pays qu’il considère désormais comme « hostiles ».

Les États membres de l’Union européenne, ainsi que le Canada, le Royaume-Uni, les États-Unis sont des pays hostiles

Tous les pays figurant sur cette liste, qui comprend les États membres de l’Union européenne, ainsi que le Canada, le Royaume-Uni, les États-Unis et de nombreux autres États, sont invités à abandonner le dollar américain ou l’euro comme mode de paiement du gaz naturel russe et à adopter le rouble.

Lundi, le ministre allemand de l’économie, Robert Habeck, s’exprimant au nom de tous les pays du G-7, a déclaré que cette demande constituait une violation des obligations contractuelles de la Russie, affirmant que l’Allemagne, premier acheteur mondial de gaz russe, règle légalement tous les contrats énergétiques en euros.

« Vladimir Poutine tente clairement de nous diviser. Nous ne serons pas divisés, et la réponse des États du G-7 est sans ambiguïté : les contrats doivent être respectés », a déclaré Robert Habeck, selon le Wall Street Journal.

Si cette exigence était satisfaite, cela signifierait que les entreprises occidentales seraient contraintes de contourner les sanctions imposées à la Russie pour son invasion de l’Ukraine, et cela soutiendrait la monnaie russe à un moment où le rouble est extrêmement volatile.

Des pays hostiles

Au douzième jour de l’invasion de l’Ukraine par la Russie et à la suite de la mise en œuvre de sanctions internationales débilitantes, le Kremlin a publié un décret stipulant que toutes les transactions commerciales avec des entreprises et des individus de « pays et régions hostiles » doivent désormais être approuvées par la commission gouvernementale russe.

La Commission de contrôle des investissements étrangers a été créée par le Kremlin en 2008 pour surveiller les investissements étrangers dans les secteurs stratégiques.

Le décret ordonne aux citoyens russes, aux entreprises, à l’État lui-même, à ses régions et à ses municipalités qui ont des obligations en matière de devises étrangères envers des créanciers étrangers d’exiger le paiement en roubles. La directive s’applique aux paiements dépassant 10 millions de roubles (104 440,00 dollars) par mois ou un montant similaire en devises étrangères.

Le décret a été signé par le premier ministre russe, Mikhail Mishustin, et fait suite à un autre décret publié par Vladimir Poutine lui-même le 1er mars, intitulé « Mesures temporaires supplémentaires de nature économique visant à assurer la stabilité financière de la Fédération de Russie ».

De nombreux pays occidentaux ont annoncé des sanctions sévères à l’encontre de la Russie, notamment l’interdiction pour une sélection de banques russes d’utiliser le système de paiement international SWIFT. Ce système facilite les paiements internationaux entre plus de 11 000 institutions financières et le retrait de grandes banques russes du système entraverait la capacité de la banque centrale russe à déployer ses réserves internationales.

Lors d’une allocution télévisée le 4 mars sur la chaîne d’information Rossiya 24, contrôlée par l’État, Vladimir Poutine a appelé les pays voisins à « réfléchir à la manière de normaliser leurs relations », rapporte Newsweek.

Vladimir Poutine a déclaré : « Je tiens à souligner une fois de plus. Nous n’avons aucune mauvaise intention à l’égard de nos voisins, et je leur conseille de ne pas aggraver la situation et de ne pas introduire de restrictions », ajoutant que « toutes nos actions, si elles se produisent, sont toujours menées exclusivement en réponse à des actions hostiles envers la Russie. »

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.