Press "Enter" to skip to content

Monde. Royaume-Uni : pendant les périodes de confinement, le suicide a fait cinq fois plus de morts chez les jeunes que la Covid-19

ACTUALITÉ > Monde

Une nouvelle étude menée par des chercheurs britanniques a révélé que le suicide a fait cinq fois plus de morts chez les jeunes de moins de 18 ans que la Covid-19, et les maltraitances plus de dix fois plus.

L’étude a utilisé la base de données nationale sur la mortalité infantile au Royaume-Uni, en collaboration avec la Public Health England, le système de la santé publique du Royaume-Uni, pour déterminer en premier combien de personnes de moins de 18 ans sont décédées des suites de la Covid-19). Les chercheurs ont ensuite procédé à un examen clinique des données « afin de différencier les personnes décédées de l’infection par le SRAS-CoV-2 de celles qui sont décédées d’une autre cause mais qui ont été testées positives par coïncidence. »

Les chercheurs ont constaté que pour un total de 3 105 jeunes de moins de 18 ans décédés au Royaume-Uni, seuls 61 sont décédés suite à un test PCR positif, et seuls 25 sont réellement décédés des suites d’une infection par le SRAS-CoV-2. Le taux de mortalité lié à la Covid-19 était de 2 décès par million d’habitants chez les moins de 18 ans.

« Au cours de la même période, 124 décès par suicide et 268 décès par traumatisme ont été enregistrés, ce qui montre que la Covid-19 est rarement mortelle chez les enfants et les jeunes », ont noté les chercheurs.

Royaume-Uni : pendant les périodes de confinement, le suicide a fait cinq fois plus de morts chez les jeunes que la Covid-19
Le confinement prolongé a eu des conséquences dramatiques pour les jeunes. (Image : StockSnap / Pixabay)

Parmi les jeunes dont on a confirmé qu’ils étaient décédés des suites d’une infection par le SRAS-CoV-2, l’étude a révélé que 18 d’entre eux étaient âgés de plus de 10 ans, avec une répartition de 12 garçons et 13 filles. Un peu plus d’Asiatiques et de Noirs sont décédés par rapport aux autres races, représentant respectivement 36 et 20 % des décès.

Les chercheurs ont également constaté que parmi les 25 jeunes décédés, 6 ne présentaient pas de comorbidités sous-jacentes, tandis que 13 présentaient des comorbidités neurologiques, le type le plus courant. Treize jeunes sont décédés dans l’unité de soins intensifs (USI) ou dans un service hospitalier, tandis que les douze autres sont décédés à domicile ou aux urgences.

« Nos résultats soulignent l’importance des comorbidités sous-jacentes en tant que principal facteur de risque de décès, puisque 76 % d’entre eux souffraient de maladies chroniques, 64 % de comorbidités multiples et 60 % de maladies graves limitant l’espérance de vie. Le groupe de comorbidité le plus à risque était celui des personnes souffrant d’un neurohandicap complexe, qui représentait 52 % de tous les décès », ont déclaré les auteurs.

Dans un article publié le 2 février par la BBC, le Dr John Wright, de l’infirmerie royale de Bradford, s’est exprimé sur les dommages que les mesures de confinement prolongées du pays ont infligées à la santé mentale des jeunes : « Les enfants sont une tribu perdue dans la pandémie. Bien qu’ils restent (pour la plupart) curieusement immunisés contre les conséquences sanitaires de la Covid-19, leur vie et leur routine quotidienne ont été bouleversées. »

« Avant, les enfants en crise de santé mentale étaient amenés aux A&E (Accidents and Emergency). [terme britannique pour les urgences] environ deux fois par semaine. Depuis l’été, c’est plutôt une ou deux fois par jour. Certains, âgés d’à peine 10 ans, se sont coupés, ont fait des overdoses ou ont tenté de s’asphyxier », a déclaré Dr John Wright, ajoutant que le personnel des A&E en Écosse, à Portsmouth et en Irlande du Nord a également signalé le même phénomène.

L’article décrit des cas d’automutilation, d’overdoses, de troubles alimentaires, comme celui d’un « adolescent à l’air pâle, couché tranquillement dans une cabine » que le consultant Dave Greenhorn a rencontré au cours d’une nuit où 94 personnes ont franchi la porte des urgences, « Les notes montrent que le garçon s’est rendu au service des urgences tous les deux jours pendant deux semaines. Avant cela, il a fait de petites overdoses et a dit au personnel qu’il voulait mourir. Il y a un psychiatre pour enfants et adolescents et un travailleur de soutien, mais il n’y a pas de diagnostic ferme de maladie mentale. »

« L’un des problèmes est que le confinement a privé tout le monde de ses propres soupapes de sécurité », a expliqué Dr John Wright à propos de l’expérience racontée par Greenhorn. « Le garçon a déjà mentionné que les sorties avec ses amis lui manquaient. Maintenant, il est coincé à la maison, tout comme les autres membres de sa famille. Incapable de s’échapper pour quelques heures de paix [sic], la maman dit qu’elle est au bout du rouleau et qu’elle na pas pu s’occuper de son fils soit à la maison cette nuit-là. »

« Lors de ses précédentes admissions dans le service de pédiatrie, le garçon s’est montré difficile à soigner, il a donc été convenu qu’il ne devait pas y être envoyé, mais il ne veut pas aller dans un service pour adultes. Finalement, il passe la nuit aux urgences. »

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.