Press "Enter" to skip to content

Monde. Le Parti communiste chinois étend ses restrictions sur l’enseignement de la langue tibétaine aux enfants

ACTUALITÉ > Monde

Les autorités chinoises ont interdit l’enseignement de la langue tibétaine aux enfants de la province du Qinghai. La population tibétaine de la région considère cette politique comme une volonté d’éradiquer la culture tibétaine et de convertir les jeunes Tibétains à l’idéologie du Parti communiste chinois (PCC).

« Aucun individu ou organisation n’est autorisé à organiser des cours ou des ateliers informels pour enseigner la langue tibétaine pendant les vacances d’hiver, lorsque les écoles sont fermées. Il s’agit d’une tentative d’effacer la culture tibétaine », a déclaré à RFA une source tibétaine vivant dans la province du Qinghai.

La source a indiqué que les écoles élémentaires de la région ont déjà abandonné le tibétain en tant que langue d’enseignement, au profit du mandarin, pour les matières essentielles comme les mathématiques et les sciences. Progressivement, à l’exception de la classe formelle de langue tibétaine, toutes les autres matières utiliseront le mandarin comme langue d’enseignement. « Il s’agit d’une tentative d’anéantissement de la langue tibétaine », a déclaré la source.

Les monastères du Qinghai ont déjà l’interdiction d’enseigner la langue aux jeunes Tibétains. Les écoles privées offrant un enseignement en tibétain ont également été fermées. La politique de Pékin a contraint les élèves à se tourner vers les écoles publiques, où l’enseignement sera également entièrement dispensé en chinois. Les parents tibétains craignent que ce changement de politique n’éloigne les jeunes Tibétains de leur langue et de leur culture traditionnelle.

Promouvoir une « langue nationale commune »

« L’interdiction par le gouvernement de ces cours informels de langue tibétaine viole les droits fondamentaux des Tibétains. De telles interdictions ont pour but de faire disparaître à terme les langues et la culture de toutes les minorités ethniques du pays », a déclaré Nyiwoe, chercheur au Centre tibétain pour les droits de l’homme et la démocratie basé à Dharamsala, en Inde.

Selon le dernier recensement, la province du Qinghai, qui faisait auparavant partie de la région tibétaine de l’Amdo, a connu une croissance régulière de la population tibétaine et un déclin de la population chinoise Han. La région de l’Amdo est le lieu de naissance de l’actuel Dalaï Lama.

Les Tibétains ne sont pas la seule communauté à subir les attaques du PCC visant à éradiquer leur culture. La population ouïghoure de la province du Xinjiang fait depuis longtemps l’objet de persécutions de la part des autorités chinoises. Selon VOA News, plus de 5 000 personnes de Mongolie intérieure ont été arrêtées l’année dernière pour avoir protesté contre la décision de Pékin de remplacer les manuels scolaires mongols par des manuels en mandarin.

Le Parti communiste chinois a mis en place un programme visant à promouvoir une « langue nationale commune ». En septembre, Pékin a publié le Programme national pour le développement de l’enfant. Ce programme a omis un engagement antérieur qui visait à « respecter et protéger les droits des enfants des minorités ethniques à être éduqués dans leur propre langue ». Les autorités chinoises auraient remplacé cette phrase par « promouvoir la langue nationale commune ». Les enfants des minorités ethniques n’ont donc pas d’autre choix que d’apprendre en chinois.

Les politiques linguistiques actuelles mises en œuvre par la Chine sont en violation directe d’une directive de l’UNESCO qui encourage le maintien de la langue maternelle comme langue d’enseignement pour les écoliers. Les critiques considèrent que la pression de Pékin en faveur d’une langue commune est similaire aux stratégies d’assimilation forcée employées par des pays comme l’URSS, le Royaume-Uni et les États-Unis dans le passé.

Tenzin Sangmo, chercheuse au Centre tibétain pour les droits de l’homme et la démocratie, a fait remarquer que le fait de rendre le mandarin obligatoire comme langue d’enseignement dans les écoles aurait de graves conséquences négatives à l’avenir. Cela mènerait à une influence et un endoctrinement accrus des valeurs culturelles chinoises tout en éloignant les enfants de leurs valeurs culturelles traditionnelles.

« Le plan est conçu pour affaiblir la compréhension par l’enfant de sa langue maternelle au cours des premières années. Bien que des études aient montré que les enfants sont capables d’apprendre plus d’une langue au cours des premières années et qu’une grande partie reste entre les mains des parents, nous devons nous rappeler que l’imposition d’un enseignement obligatoire du mandarin dans ce contexte servirait de canal pour les leçons de sinisation et les valeurs qui accompagnent l’introduction d’une langue. » a-t-elle déclaré.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.