Press "Enter" to skip to content

Chine. Les Ouïghours sont-ils soumis à une nouvelle forme d’esclavage ?

ACTUALITÉ > Chine

Un reportage d’investigation de la chaîne britannique British Sky News a récemment révélé la pratique du Parti communiste chinois (PCC) consistant à vendre de la main-d’œuvre ouïghoure sur l’internet chinois, où des dizaines d’annonces sur des sites web du continent proposent des Ouïghours à vendre par lots de 50 à 100.

Les musulmans ouïghours constituent une minorité ethnique turque résidant principalement dans la région du Xinjiang. On estime que plus d’un million de Ouïghours sont actuellement détenus dans le Xinjiang, dans le cadre des célèbres méthodes de « rééducation » du Parti. Le PCC prétend qu’il tente de prévenir le terrorisme et l’extrémisme religieux. La persécution du Parti communiste et sa tentative de nettoyage culturel de la région ont été qualifiées de génocide par des législateurs de pays tels que les États-Unis, le Canada et le Royaume-Uni.

Le PCC, en comparaison, qualifie ses efforts d’« éradication des tumeurs », et a qualifié les accusations d’injustice à l’encontre des Ouïghours du Xinjiang de « mensonge du siècle ».

Le régime affirme que toute information négative sur la campagne du Xinjiang est fabriquée par des « politiciens anti-Chine ».

Selon un récent rapport de l’Australian Strategic Policy Institute (ASPI) intitulé Ouïghours à vendre (Uyghurs for Sale), environ 80 000 Ouïghours, bien que le nombre réel puisse être beaucoup plus élevé, ont été transférés hors du Xinjiang entre 2017 et 2019, pour travailler dans 27 usines différentes de neuf provinces différentes. Ces usines ont des liens avec 82 marques connues.

Le rapport de l’ASPI explique comment les travailleurs ont été transférés hors du Xinjiang dans le cadre d’une politique du PCC appelée « aide au Xinjiang ». Une fois transférés, ils doivent vivre dans des dortoirs séparés, où ils « subissent une formation organisée au mandarin et à l’idéologie (du Parti communiste chinois) en dehors des heures de travail. »

Les travailleurs sont soumis à une « surveillance constante » et « il leur est interdit de participer à des cérémonies religieuses. »

Dans le cadre du programme appelé l’« aide au Xinjiang », « les gouvernements locaux et les courtiers privés reçoivent un prix par tête de la part du gouvernement provincial du Xinjiang pour organiser les affectations de main-d’œuvre. Les transferts d’emplois font désormais partie intégrante du processus de " rééducation ", que le gouvernement chinois appelle " formation professionnelle ". »

Un rapport de travail du PCC datant de 2019 affirme que « les personnes employées doivent recevoir une éducation idéologique approfondie et rester à leur poste. »

Sky News a déclaré que le principal moteur de recherche chinois, Baidu, est utilisé pour les affichages qui vendent de la main-d’œuvre ouïghoure en ligne.

Un agent de l’une des sociétés vendant des Ouïghours a déclaré à Sky News que les travailleurs étaient soumis à un « examen politique » avant d’être transférés dans d’autres régions de Chine pour y travailler. Une fois dans d’autres provinces, ils étaient soumis à un autre « examen politique ». Les travailleurs sont accompagnés de « superviseurs » et placés sous une « gestion semi-militaire ».

Sky News a visité une usine dans le Shandong, où une vidéo de propagande d’un service d’information local décrivait 200 travailleurs qui étaient soi-disant tous très favorables au PCC et heureux de travailler. « Ils continueront à créer un environnement de travail harmonieux pour nos compatriotes ouïghours », affirmait la vidéo à propos des travailleurs ouïghours.

Le propriétaire de l’usine a déclaré à Sky News que tous les travailleurs étaient rentrés chez eux au Xinjiang en raison de la pandémie. Il a déclaré que les ouvriers ouïghours gagnaient « 300 livres sterling par mois (environ 415 dollars américains) et disposaient de l’air conditionné dans leurs dortoirs sur le site », qui étaient surveillés par des caméras de sécurité et un bureau d’accueil équipé de matériel anti-émeute. Lorsque les travailleurs voulaient quitter l’usine pour se rendre au magasin, l’entreprise les emmenait en bus.

L’enquête de Sky News n’a malheureusement pas été plus loin que cela. Après avoir été signalés aux autorités locales du Parti communiste par le propriétaire de l’usine, 12 fonctionnaires du PCC sont rapidement arrivés et ont arrêté les journalistes. Ils ont été soumis à deux heures d’interrogatoire avant d’être sommés de quitter la ville.

Traduit par Swanne Vi

Version en anglais : Chinese Websites List Uyghur Laborers for Sale by the Batch