Press "Enter" to skip to content

Monde. L’OTAN 2022 : la Russie est une menace directe, la Chine communiste est une menace à long terme

ACTUALITÉ > Monde

Le prochain sommet de l’OTAN à Madrid, en Espagne, les 29 et 30 juin, lancera la dernière version du Strategic Concept, dans laquelle l’OTAN considérera toujours la Russie comme une menace directe, mais pour la première fois, les dirigeants de l'OTAN devraient aborder explicitement la menace à long terme que représente la Chine communiste et les solutions à apporter à ce défi.

Pour la première fois, l'OTAN abordera la menace du Parti communiste chinois

Le Strategic Concept, le document de travail le plus important de l’OTAN après le Traité de l’Atlantique Nord de 1949, est mis à jour environ tous les 10 ans pour réinitialiser le programme de sécurité de l’Occident. La version actuellement utilisée a été approuvée en 2010 à Lisbonne, au Portugal.

Selon The Hill, John Kirby, qui est récemment passé du porte-parole du Pentagone du département américain de la Défense au coordinateur des communications stratégiques du Conseil de sécurité nationale de la Maison-Blanche, a déclaré lors d’une conférence de presse à la Maison-Blanche le 23 juin que la dernière édition du Strategic Concept s’appuie sur le dialogue de ces derniers mois, sur la menace que la Chine (PCC) représente pour la sécurité internationale.

« Je pense que cela reflète la préoccupation commune de nos alliés quant à l’impact des pratiques économiques de la Chine, le recours au travail forcé, le vol de la propriété intellectuelle et les agressions coercitives, non seulement dans la région, mais dans d’autres parties du monde », a déclaré Kirby, « Ils estiment qu’il est important d’inclure la Chine (PCC) dans le nouveau Strategic Concept. »

La Maison-Blanche continuera à se concentrer sur la Chine communiste

La Maison-Blanche a également souligné que les dirigeants de l’Australie, du Japon, de la Nouvelle-Zélande et de la Corée du Sud seront invités au sommet de l’OTAN pour la première fois cette année.

Alors que la Russie a toujours été considérée comme la menace la plus immédiate de l’OTAN, la Chine communiste sera considérée comme une menace à long terme à multiples facettes lors de ce sommet de l’OTAN. L’OTAN devrait discuter des menaces économiques et cybernétiques de la Chine et de la sécurité dans la région indopacifique.

La Maison-Blanche déclare qu'elle continuera à se concentrer sur la Chine (le Parti communiste chinois) pendant que la guerre entre la Russie et l'Ukraine sera résolue.

« Le leadership du président (Joe Biden) en faveur de l’Ukraine ne nous a pas distraits de l’Indopacifique et de la Chine (le Parti communiste chinois), et je pense que cela en dit long sur le fait que (la guerre russo-ukrainienne) a inspiré les dirigeants de la région et a efficacement lié les efforts de l’Europe et de l’Asie, ainsi que ceux des pays asiatiques participant au sommet de l’OTAN », a déclaré Kirby.

Le sommet de l’OTAN aura lieu en état d’alerte militaire maximale

Selon le journal espagnol El Pais, la particularité de ce sommet de l’OTAN est que les 30 alliés se réuniront en état d’alerte militaire maximale et concluront que l’invasion de l’Ukraine par la Russie « conduirait les alliés (de l’OTAN) à définir la Russie comme une menace directe, tandis que la Chine serait considérée comme un défi géostratégique ».

L’édition 2010 du Strategic Concept considérait que le niveau de risque d’une guerre conventionnelle sur le territoire de l’OTAN était « faible » et ne faisait aucune référence explicite aux préoccupations concernant l’instabilité en Afrique.

Aujourd’hui, 11 ans plus tard, la Russie mène une guerre près des frontières orientales de l’OTAN, et l’OTAN a essayé de fournir à l’Ukraine une variété d’armes plus puissantes contre la Russie, tout en évitant le risque réel de s’impliquer dans une guerre directe avec la Russie.

Mais les pays membres de l’OTAN au sommet de Madrid semblent convenir que si la Russie reste la préoccupation numéro un, l’OTAN doit continuer à élargir ses horizons à l’échelle mondiale et à se concentrer sur les défis de sécurité qui se posent à l'Europe du Sud et à l'Afrique.

Selon l’OTAN, les défis de sécurité en Afrique sont liés à Poutine et au PCC, aussi ambitieux l’un que l’autre

Pour l’OTAN, les défis de sécurité de l’Afrique découlent en grande partie des ambitions du président russe Vladimir Poutine, qui veut restaurer la gloire de l’Empire russe, et d’un autre régime qui est tout aussi ambitieux : la Chine communiste.

Grâce à la présence de mercenaires wagnériens dans la région du Sahel, la Russie a gagné du terrain. La région du Sahel, région semi-aride d’Afrique du Nord qui s’étend du Sénégal au Soudan, souffre de conflits politiques, de terrorisme et de sécheresse.

Le Kremlin a nié tout lien avec le groupe Wagner, une société privée russe militaire et une force mercenaire croissante en Afrique centrale, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Cette armée de mercenaires a pris pied en Libye, au Mali, au Soudan et en République centrafricaine. Il a également participé à la guerre d’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Au Mali, le groupe Wagner comble le vide créé par le retrait de la France, ancienne puissance coloniale. Au Soudan, l’union économique proposée par la Russie lui a valu la promesse d’établir une base navale en mer Rouge. En République centrafricaine, les mercenaires de Wagner protègent les mines d’or et de diamants du pays, et en retour Poutine a obtenu des alliés diplomatiques et des ressources.

L’instabilité et les différends en Afrique du Nord, ainsi que la baisse de la sécurité aux frontières, ont non seulement permis aux migrants nord-africains d’entrer sur le territoire espagnol mais ont également menacé l’approvisionnement énergétique de l’Espagne.

En ce qui concerne l’expansion de l’influence militaire de la Chine (le Parti communiste chinois) en Afrique, le commandant du Commandement des États-Unis pour l’Afrique, le général de l’armée américaine Stephen J. Townsend a averti le mois dernier que la Chine essayait de construire une base navale militaire sur la côte atlantique de l’Afrique. Il a déclaré que Pékin était « le plus motivé » pour établir une base en Guinée équatoriale, une petite dictature riche en pétrole qui était autrefois la seule colonie d’Afrique subsaharienne de l’Espagne.

La Chine communiste n’a qu’une seule base militaire étrangère reconnue qui est Djibouti en Afrique de l’Est. Djibouti est situé dans la partie ouest du golfe d’Aden et garde le point d’étranglement de la mer Rouge au golfe d’Aden et dans l’océan Indien.

De nombreux analystes estiment que bien que l’armée chinoise n’utilise plus le terme « base », elle a été occupée à construire des réseaux militaires à l’étranger.

Rédacteur Yi Ming

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.