Press "Enter" to skip to content

Monde. L’OMS craint que la situation en Chine ne conduise à une catastrophe mondiale

ACTUALITÉ > Monde

Le 20 décembre 2022, le Washington Post a souligné que bien que la politique zéro Covid, très critiquée, du Parti communiste chinois (PCC) a été abandonnée, les autorités manquent d’une stratégie de réponse claire et cohérente, ce qui préfigure l’arrivée d'une nouvelle vague de scénarios catastrophes pour le peuple chinois, l’économie et la direction du PCC. La nouvelle crise pourrait même secouer le monde et devenir une catastrophe mondiale.

Le risque d’un nouveau variant du virus, qui frapperait l’économie mondiale en raison de l’incapacité de l’industrie manufacturière à se redresser, n’est pas écarté. Tout comme l’épidémie de Covid-19 qui a pris naissance en Chine il y a trois ans, la nouvelle crise a commencé en Chine, mais elle ne se limitera pas aux frontières de la Chine continentale.

Une « catastrophe mondiale »

Le comité de rédaction du Washington Post a souligné dans un article intitulé Le nouveau cauchemar Covid de la Chine pourrait devenir une catastrophe mondiale que le Parti communiste chinois (PCC) n’a pas réussi à trouver une solution au problème après avoir mis fin à sa politique stricte de confinement. Par la suite, l’incapacité du PCC à mettre en place des mesures complémentaires a déclenché une course panique pour la nourriture et les médicaments. De plus, les autorités ont encore obscurci la vérité sur la nouvelle vague de l’épidémie en arrêtant la publication quotidienne de certaines données sur les infections. Après la levée du confinement, les gens, pris de panique par peur d’être infectés, sont restés enfermés chez eux.

L’article souligne que si des millions de personnes en Chine sont infectées, la probabilité que de nouveaux variants de virus menacent le monde sera considérablement accrue et que les variants de virus apparus dans le passé ont toutes la caractéristique de se propager très rapidement. Quant au rêve du président chinois Xi Jinping de relancer l’économie en abandonnant la politique de « zéro Covid », il pourrait également échouer en raison d’infections à grande échelle ; un ralentissement de l’industrie manufacturière chinoise ferait ressentir au monde entier les difficultés des pénuries d’approvisionnement et de l’inflation.

L’article avertit que les autorités de Pékin seraient bien mal avisées de persister à vouloir privilégier le vaccin produit en Chine et moins efficace plutôt que d’accepter le vaccin à ARNm, et que les Chinois n’ont généralement pas été exposés aux mutants Omicron, et ne sont donc pas immunisés. L’utilisation du vaccin par inhalation mis au point par la société chinoise Kangxinuo Biological Company en guise de rappel pourrait permettre de sauver la situation, mais la meilleure solution consiste à importer le vaccin à ARNm pour éviter qu’une nouvelle vague de l’épidémie ne s’aggrave, faute de quoi la « campagne du papier blanc » qui a contraint Xi Jinping à renoncer à sa politique « zéro » reprendra.

De nouveaux variants pourraient bientôt apparaître, prédit l’OMS

« L’OMS est très préoccupée par l’évolution de la flambée épidémique en Chine, car le nombre de patients gravement malades continue d’augmenter », avait déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), lors d’une conférence de presse le 21 juin.

M. Tedros a fait remarquer qu’à l’échelle mondiale, bien que le nombre de décès dus au Covid-19 soit inférieur à 10 % de la période de pic, il est trop tôt pour dire que la pandémie est terminée.

Certains scientifiques de l’OMS estiment que l’épidémie se propage désormais rapidement et de manière totalement incontrôlée dans toute la Chine, et ils craignent qu’un nouveau variant du virus n’apparaisse bientôt. Une fois qu’un nouveau variant du virus émerge, les efforts déployés par les pays du monde entier pour lutter contre la pandémie de Covid-19 pourraient être grandement testés et remis en question.

Le Dr Michael Ryan, chef des urgences de l’OMS, a déclaré que la flambée soudaine et concentrée de l’épidémie en Chine n’est pas entièrement due à l’abandon de la précédente politique d’éradication extrême par les autorités chinoises, mais davantage à cause des personnes âgées de plus de 60 ans. Le taux de vaccination en Chine est très faible et l’efficacité des vaccins produits en Chine est inférieure à 50 %.

Selon M. Ryan, si les autorités parviennent à faire vacciner suffisamment de personnes au cours de la semaine ou des deux semaines à venir, cela permettra d’atténuer la prochaine vague de l’épidémie et la charge qui pèse sur le système de santé chinois.

M. Ryan a accusé le PCC de ne pas avoir autorisé dès le départ l’entrée sur le marché chinois de vaccins étrangers qui se sont avérés plus efficaces. Ce n’est que récemment qu’il a autorisé le vaccin à ARN Cytoxin de Pfizer produit en Allemagne, à vacciner les Allemands vivant en Chine.

Par ailleurs, il estime que la définition de la cause du décès par Covid-19 donnée par le gouvernement de Pékin est trop étroite et que de nombreux patients atteints de Covid-19 meurent en réalité non pas de détresse respiratoire, mais de complications trop lourdes pour d’autres organes. La définition actuelle de la cause du décès par le PCC empêche le monde extérieur de comprendre la situation réelle de l’épidémie.

Rédacteur Yasmine Dif

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.