Press "Enter" to skip to content

Monde. Loi de sécurité nationale à Hong Kong : comment réagit le monde

ACTUALITÉ > Monde

Les gouvernements du monde entier n’ont pas apprécié l’intrusion du Parti communiste chinois à Hong Kong. (Image : pixabay / CC0 1.0)
 

Le 30 juin, la loi de sécurité nationale de Hong Kong est entrée en vigueur. Cette loi, soigneusement conçue par Pékin, érode complètement l’autonomie de Hong Kong, mettant ainsi fin, pour l’essentiel, à la nature ouverte et démocratique de la ville. Sans surprise, les gouvernements du monde entier n’ont pas apprécié l’intrusion du Parti communiste chinois (PCC) à Hong Kong.

Les États-Unis

Le secrétaire d’Etat Mike Pompeo a condamné la loi sur la sécurité nationale, soulignant que cette loi draconienne expose la plus grande peur du PCC : le libre arbitre et la libre pensée de son propre peuple. Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants, a qualifié la loi de « brutale ». Le président Trump a signé un décret, mettant fin au traitement spécial que les Etats-Unis accordaient à Hong Kong.

« Hong Kong sera désormais traité de la même façon que la Chine continentale... Pas de privilèges spéciaux, pas de traitement économique spécial, et pas d’exportation de technologies sensibles. En plus de cela, comme vous le savez, nous appliquons des droits de douane massifs et avons imposé des droits de douane très importants à la Chine », a-t-il déclaré, selon un rapport de la CNBC. Les fonctionnaires chinois qui ont été identifiés comme ayant joué un rôle dans l’imposition de la loi ont été frappés de restrictions en matière de visas. Les États-Unis mettent également fin à la vente de matériel de défense à Hong Kong.

 

Le secrétaire d’Etat Mike Pompeo a rejeté la loi sur la sécurité nationale. (Image : The White House / CC0 1.0)<
Le secrétaire d’Etat Mike Pompeo a rejeté la loi sur la sécurité nationale. (Image : The White House / CC0 1.0)
 

Taïwan

Le président taïwanais TsaiIng-wen s’est engagé à soutenir la population de Hong Kong, promettant que son pays insulaire apporterait toute « l’aide nécessaire » aux personnes fuyant la ville. Un plan d’assistance humanitaire a été mis en place pour garantir que les Hongkongais reçoivent une aide en matière d’emploi et de résidence une fois qu’ils auront émigré à Taïwan. Le président a également fait remarquer que l’action de la Chine à Hong Kong est simplement la preuve que l’accord « un pays, deux systèmes » qu’elle a proposé à Taïwan n’est pas réalisable.

Royaume-Uni

Le Premier ministre Boris Johnson a qualifié cette loi de « violation grave et évidente de la déclaration conjointe sino-britannique », qui avait garanti l’autonomie de Hong Kong au moins jusqu’en 2047. Le gouvernement britannique a annoncé qu’il allait offrir la citoyenneté à près de 3 millions de Hongkongais détenteurs d’un passeport britannique d’outre-mer (BNO). Ils seront autorisés à travailler et à vivre au Royaume-Uni pendant une période de cinq ans avant qu’une voie de citoyenneté ne soit ouverte. L’exigence habituelle d’obtenir un emploi avant d’immigrer au Royaume-Uni ne sera pas appliquée aux détenteurs de BNO.

 

Boris Johnson a annoncé que les détenteurs d’un passeport BNO (British National Overseas) obtiendraient la citoyenneté britannique. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Boris Johnson a annoncé que les détenteurs d’un passeport BNO (British National Overseas) obtiendraient la citoyenneté britannique. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

UE

Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, a noté que la Chine sera confrontée à de graves conséquences négatives en raison de l’adoption de la loi sur la sécurité nationale, car la confiance des entreprises à l’égard de Hong Kong diminuera. Le Parlement européen a demandé aux États membres de sanctionner les fonctionnaires chinois responsables de violations des droits de l’homme, notamment en gelant leurs avoirs.

Australie

Le Premier ministre Scott Morrison a annoncé que son pays offrira une prolongation de visa de 5 ans aux habitants de Hong Kong, dont 10 000 ont été sélectionnés pour une résidence permanente. M. Morrison a également déclaré qu’il soutenait pleinement les entreprises de Hong Kong qui cherchent à s’installer en Australie. Canberra a suspendu son traité d’extradition avec Hong Kong. Les relations entre l’Australie et la Chine se sont détériorées après le soutien de Morrison aux Hongkongais.

Conseil des droits de l’homme des Nations unies

Lors du Conseil national des droits de l’homme des Nations unies, 27 nations ont fait une déclaration commune, demandant à Pékin de reconsidérer la mise en œuvre de la loi de sécurité nationale à Hong Kong. Les pays ont fait remarquer que cette loi réduira les libertés dont les Hongkongais jouissent depuis plusieurs années. Quinze États de l’UE ont signé la déclaration commune.

Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : How the World Reacted to Hong Kong’s National Security Law