Press "Enter" to skip to content

Monde. L’Italie envisage la vaccination obligatoire ainsi que l’extension du passeport vaccinal aux supermarchés

ACTUALITÉ > Monde

Le Premier ministre italien Mario Draghi envisage un mandat d’acceptation du vaccin à l’échelle nationale, rendant la vaccination obligatoire une fois que les injections auront été approuvées par les responsables de la santé de l’Union européenne.

Selon l’agence Reuters, le Premier ministre Mario Draghi a déclaré, dans des commentaires adressés aux médias le 2 septembre, que les quatre vaccins proposés par le pays, AstraZeneca, Pfizer-BioNTech, Moderna et Johnson & Johnson, actuellement distribués sous l’approbation conditionnelle de l’Agence européenne des médicaments d’urgence, « pourraient devenir obligatoires pour toute personne d’âge éligible » après avoir reçu une approbation complète.

Mario Draghi a également déclaré aux journalistes qu’il était convaincu que 80 % des citoyens éligibles âgés de plus de 12 ans accepteraient de se faire vacciner d’ici la fin du mois de septembre, tout en indiquant que son administration avait l’intention d’étendre son passeport vaccinal au « Passeport vert » mis en place par l’Union Européenne.

« Le ministre Roberto Speranza et moi-même en discutons depuis un certain temps déjà, et nous sommes enclins à étendre l’exigence du passeport vert », a déclaré le Premier ministre, ajoutant qu’il avait l’intention de convoquer une réunion plénière du cabinet pour discuter de la prochaine série d’exigences en matière de passeport.

Les commentaires de Mario Draghi font suite à une décision entrée en vigueur un jour plus tôt, obligeant les Italiens à montrer leurs papiers pour accéder aux trains, avions, ferries ou bus interrégionaux du pays.

Le laissez-passer vert est en vigueur depuis le 6 août pour les places assises dans les bars et les restaurants

Selon un rapport de Voice of America du 2 septembre, la police italienne a réprimé des citoyens qui avaient l’intention de lancer des manifestations de masse dans les gares ferroviaires pour protester contre l’extension de l’apartheid italien en matière de vaccination.

Le laissez-passer vert est en vigueur depuis le 6 août pour les places assises dans les bars et les restaurants, les lieux de remise en forme tels que les spas et les salles de sport, les lieux pour les activités de loisirs tels que les musées et les théâtres, ainsi que pour ceux accueillant les événements sportifs. Les entreprises qui n’appliqueront pas le passeport vert et les clients qui ne respecteront pas les exigences seront passibles d’une amende de 400 à 1 000 euros et/ou de la fermeture de leur entreprise pour une durée de 10 jours.

Le 24 août, The Local Italy a rapporté, sur la base d’articles parus dans les médias italiens, que le vice-ministre de la santé Andrea Costa a déclaré que le passeport vaccinal devraient être exigés pour toute personne travaillant « là où la continuité d’un service doit être garantie, par exemple les opérateurs de transports publics locaux, les employés des supermarchés et des services essentiels, ou ceux qui ont été opérationnels pendant un confinement ».

Le ministre de la Santé, Roberto Speranza, a également déclaré que son pays avait l’intention de commencer l’administration d’une troisième dose de vaccin aux « personnes fragiles », dès ce mois-ci, selon News24.

À la fin du mois d’août, Israël a annoncé que le statut de « personne entièrement vaccinée » dans le cadre de son programme de passeport vaccinal expirerait automatiquement six mois après la dernière injection, rendant l’injection d’une troisième dose de vaccin obligatoire pour participer à une vie en société normale.

La dernière vague de promotion pour l’acceptation des vaccins semble venir de Washington. Le 2 septembre, la Maison Blanche a annoncé que les États-Unis investiraient 3 milliards de dollars pour devenir « l’arsenal de vaccins pour le monde », selon The Washington Post.

Cependant, les tactiques agressives adoptées par les décideurs politiques à l’encontre des hésitants de la vaccination semblent fonctionner, alors que les mesures incitatives n’ont pas fonctionné. Fin juillet, des rapports ont montré que les loteries pour stimuler l’acceptation des vaccins dans le Michigan étaient inefficaces, avec un chiffre inférieur à 1 %.

Par ailleurs, après l’entrée en vigueur du laissez-passer vert en Italie en août, le nombre de personnes désireuses de se faire vacciner à travers le pays a connu un boom, allant de 15 % pour certaines régions à 6 000 % pour d’autres régions.

Les faits à venir

En mai 2020, le Financial Times a publié un article sur la réalité des outils de scan du QR Code  déployés par le Parti communiste chinois, intitulé China’s Covid-19 QR Code Surveillance State.

« Au cours des deux derniers mois, les autorités locales de toute la Chine ont déployé des systèmes de codes sanitaires, accessibles via des applications pour smartphones, afin de contrôler le mouvement des personnes et d’identifier celles qui avaient été diagnostiquées avec le virus ou qui avaient visité des zones de forte infection. »

« On a parfois l’impression que chaque transaction - même l’entrée dans un parc - est soumise à l’approbation du gouvernement », se plaint l’auteur en racontant des expériences où il a été bloqué sans pouvoir utiliser les trains ou les taxis parce qu’il ne pouvait pas, en tant qu’étranger, fournir un scan de code QR vert.

« En Chine, bon nombre des restrictions de circulation sont désormais levées et la vie reprend son cours normal. Mais le système de code persiste dans de nombreux endroits », avertit l’article. « Les tentations de maintenir un tel système de contrôle en place, voire de le centraliser et de le renforcer, doivent exercer une forte attraction sur le gouvernement chinois. »

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.