Press "Enter" to skip to content

Monde. Les suites de l’interdiction des importations de déchets en Chine

ACTUALITÉ > Monde

L’interdiction d’importer des déchets plastiques en Chine a créé des problèmes partout dans le monde. (Image : Pixabay / CC0 1.0)
 

Début 2018, le gouvernement chinois a interdit l’importation de déchets plastiques. Jusqu’alors, la Chine était le plus grand importateur, représentant plus de 50 % du marché mondial. Cette interdiction a pris de court les pays exportateurs, les laissant dans l’incapacité de trouver des solutions alternatives.

Le problème des déchets

Une enquête menée auprès de 25 gouvernements par le groupe financier Bloomberg, a montré que ces pays avaient encore du mal à faire face à l’accumulation des déchets. Selon une étude de l’université de Géorgie, près de 111 millions de tonnes de déchets devraient être déplacés vers d’autres pays d’ici 2030, en raison de l’interdiction chinoise. Les pays voisins de la Chine, comme la Malaisie, l’Indonésie et le Vietnam, ont été les plus touchés par les premières retombées de l’interdiction, en raison des volumes records de déchets plastiques expédiés dans leur pays. Ces pays ont finalement adopté des lois limitant les flux de déchets plastiques étrangers.

En conséquence, les exportateurs de déchets plastiques, comme les États-Unis et les pays européens, se sont soudainement trouvés dans l’incapacité de gérer ces déchets. Selon l’Association de l’industrie du plastique, l’interdiction chinoise de 2018 a été « très douloureuse » pour l’Amérique, à court terme. Toutefois, l’événement a également suscité un regain d’intérêt pour le recyclage, les investisseurs voyant des opportunités potentielles dans ce secteur. L’association prévoit une forte augmentation de la capacité de recyclage domestique dans les années à venir. Auparavant, le recyclage figurait uniquement à l’ordre du jour des administrations des États. Mais avec l’interdiction, le gouvernement fédéral s’est saisi de la question. Plusieurs éléments du projet de loi sont en cours d’adoption par le Congrès.

Les marchés américains du recyclage et des déchets s’adaptent actuellement au changement drastique déclenché par l’interdiction de 2018. « La bonne nouvelle est que l’industrie ne s’est pas effondrée... Honnêtement, c’était un risque. Mais l’histoire n’est pas terminée. 2019 a été difficile, et 2020 le sera encore. Les exportateurs de déchets et l’industrie du recyclage en Europe et aux États-Unis ont été forcés de réfléchir à une façon différente de travailler et de produire des déchets de meilleure qualité.  En agissant ainsi, il est plus facile de trouver des clients », a déclaré Arnaud Brunet, directeur général du Bureau international du recyclage, au China Dialogue.

L’Europe dispose d’un tel stock de cartons et papiers à recycler que les prix ont chuté de 300 %. (Image: Pixabay / CC0 1.0)
L’Europe dispose d’un tel stock de cartons et papiers à recycler que les prix ont chuté de 300 %. (Image: Pixabay / CC0 1.0)
 

L’UE a été très durement touchée par cette interdiction de 2018. La situation de certaines entreprises papetières serait même critique. En raison de l’interdiction, le volume des déchets de papier s’est accru, faisant baisser les prix de 300 %. L’amoncellement des déchets plastiques a créé des encombrements dans le secteur du recyclage en Europe. L’UE s’est fixée pour objectif de limiter l’usage du plastique au cours des dix prochaines années. Mais dans l’intervalle, elle doit mettre en place un système adéquat pour recycler les déchets de manière efficace.

Solutions pour les déchets

Une des solutions proposée pour le traitement des déchets plastiques se concentre sur l’utilisation de plastiques ou de bioplastiques à base de plantes. Les articles en plastique que nous utilisons actuellement sont en grande partie fabriqués à partir de combustibles fossiles. De ce fait, lorsque ces plastiques sont déposés dans des décharges ou incinérés, ils sont susceptibles de polluer l’environnement. En revanche, les bioplastiques qui utilisent un minimum de produits chimiques se décomposent sans trop de risque pour l’environnement.

Les incinérateurs de déchets à faible niveau de pollution sont la clé de la gestion des déchets. (Image: Pixabay / CC0 1.0)
Les incinérateurs de déchets à faible niveau de pollution sont la clé de la gestion des déchets. (Image: Pixabay / CC0 1.0)
 

Une autre solution consisterait dans la mise à jour de technologies d’incinération des déchets. Les incinérateurs de déchets ne font en général pas l’unanimité, car ils rejettent des niveaux élevés de polluants toxiques dans l’atmosphère. Cependant, les nouvelles technologies sont mieux à même de piéger ces polluants. Les polluants piégés peuvent ensuite être utilisés à d’autres fins. L’inconvénient est que l’incinération des déchets pour produire de l’énergie continue d’être plus coûteuse que la mise en décharge. Ainsi, à moins de trouver un moyen moins coûteux d’incinérer, cette méthode risque de ne pas être adoptée à grande échelle.
 

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.