Press "Enter" to skip to content

Monde. Le Pentagone s’apprête à publier un rapport sur les ovnis

ACTUALITÉ > Monde

En décembre dernier, l’administration Trump a signé un projet de loi d’allègement Covid-19 de 2 300 milliards de dollars, incluant pour le Pentagone et les agences de renseignement la nécessité de déposer un rapport détaillant leurs conclusions sur les phénomènes aériens non identifiés (PAN), également connus sous le nom d’objets volants non identifiés (OVNI). L’ordre a été inclus dans la loi annuelle d’autorisation du renseignement ( (IAA). Le rapport est censé être remis dans les 180 jours suivant la signature de l’IAA, la date limite étant fixée à fin juin.

Luis Elizondo, ancien chef du programme d’identification des menaces aérospatiales avancées du Pentagone et lanceur d’alerte, est enthousiaste à l’idée que l’organisation ait enfin « reconnu la réalité. » Luis Elizondo, qui a signé avec le Pentagone en 2017 un accord à vie de non-divulgation, a déclaré dans une interview avec le New York Post que les autorités cherchent désormais à obtenir plus de clarté sur la question des ovnis en posant des questions plus compliquées.

Les responsables de la sécurité nationale étaient auparavant réfractaires à la divulgation d’informations au public. « Ils avaient l’impression que cela les faisait passer pour des incapables… Ils avaient l’impression, dans certains cas, que cela remettait en cause leur système de croyances philosophiques et théologiques… Ils ne pouvaient tout simplement pas le traiter », a déclaré Luis Elizondo.

« Il semble y avoir une concordance très nette entre l’activité des PANs et notre technologie nucléaire… C’est inquiétant au point que certaines de nos capacités nucléaires ont été désactivées par ces choses… Il existe des preuves absolues que les PANs ont un intérêt actif pour notre technologie nucléaire », a-t-il poursuivi.

Lors d’une récente conférence de presse, Luis Elizondo a fait remarquer que certains ovnis présentaient des qualités que l’on ne peut que qualifier d’extraterrestres. Par exemple, on a identifié des vaisseaux qui se déplacent à environ 11 000 miles par heure et font des virages brusques, défiant notre compréhension actuelle de la science. Des avions à réaction modernes se déplaçant à la même vitesse nécessiteraient « la moitié de l’État de l’Ohio » pour effectuer le même virage.

Le Pentagone, siège du ministère de la Défense américain, a reconnu plusieurs observations d’ovnis, par le personnel militaire.(Image : gregwest98 / Flickr / CC BY 2.0)

Il a également décrit des vaisseaux capables de voler entre 50 pieds et 80 000 pieds au-dessus de la Terre, et même de voyager sous l’eau sans aucun changement de performance. De nombreux véhicules décollent d’une manière qui déconcerte les experts en ingénierie. Bien que certains de ces vaisseaux soient dépourvus de surfaces de contrôle, d’ailes, de signes de propulsion et de rivets de surface, ils volent quand même. Certains ovnis sont capables de résister à des forces gravitationnelles de 700 G, alors que les avions modernes ne peuvent résister qu’à une force gravitationnelle de 17 G avant de se désintégrer.

Dernièrement, il y a eu un pic d’observations d’ovnis. Dans la seule ville de New York, les rapports ont augmenté de 21 % en 2020. Le rapport du Pentagone qui sera publié dans les prochains mois devrait donner plus d’informations sur certaines des observations militaires les plus intéressantes, notamment des objets en forme de cubes à l’intérieur de sphères qui ont été repérés par des pilotes de l’US Navy en 2014, et des objets en forme de Tic-Tac géants (toupies), rencontrés par l’US Navy en 2004.

Le gouvernement américain confirme les observations précédentes

Récemment, le cinéaste Jeremy Corbell et le journaliste George Knapp ont publié une vidéo de l’UAP et plusieurs photos prises par le personnel de la marine, dont le Pentagone a confirmé l’authenticité. La technologie de vision nocturne a été utilisée pour filmer la vidéo, qui montre un objet de forme pyramidale se déplaçant à une vitesse constante et pulsant de manière aléatoire.

Susan Gough, une porte-parole du Pentagone, a admis que les responsables enquêtent sur l’événement. « Je peux confirmer que les photos et vidéos référencées ont été prises par le personnel de la Marine. L’UAPTF (Unidentified Aerial Phenomena Task Force) a inclus ces incidents dans ses examens en cours », a-t-elle déclaré à The Black Vault.

« Comme nous l’avons déjà dit, afin de maintenir la sécurité des opérations et d’éviter de divulguer des informations qui pourraient être utiles à des adversaires potentiels, le DOD [Department of Defense] ne discute pas publiquement des détails des observations ou des examens des incursions signalées dans nos champs d’entraînement ou dans l’espace aérien désigné, y compris les incursions initialement désignées comme PANs », a-t-elle poursuivi.

Le Pentagone a reconnu l’existence des PANs en avril de l’année dernière, lorsqu’il a déclassifié trois vidéos montrant des rencontres entre des pilotes de la marine et des PANs. Une rencontre a eu lieu en 2004 dans le Pacifique, tandis que deux vidéos ont été tournées en 2015. Les trois vidéos ont été enregistrées avec des caméras infrarouges. En avril, The Mystery Wire a tweeté au sujet de trois PANs différents enregistrés par un officier des systèmes d’armes de F-18, près de la Virginie en mars 2019. Le Pentagone n’a pas encore offert d’explication pour ces observations.

En outre, un pilote d’American Airlines a déclaré avoir vu un ovni au-dessus du Nouveau-Mexique à la fin du mois de février. Le pilote a d’abord craint que l’objet soit une sorte d’arme, qu’il a décrit comme un « objet long et cylindrique » qui ressemblait presque à un missile de croisière. L’objet a accéléré directement au-dessus de l’avion. La Federal Aviation Administration a déclaré que ses contrôleurs aériens n’avaient pas détecté l’objet sur le radar.

Résultats publiés de tests sur des épaves d’ovnis

En 2017, le chercheur Anthony Bragalia a soumis une demande en vertu de la loi sur la liberté de l’information (Freedom of Information Act - FOIA), à la Defense Intelligence Agency (DIA), lui demandant de révéler les résultats des tests et d’autres détails concernant les matériaux d’ovnis en sa possession. En janvier de cette année, la DIA a répondu en publiant des résultats de tests partiellement expurgés sur les matériaux d’ovnis, y compris un « métal à mémoire » appelé Nitinol.

« L’inclusion de rapports techniques avancés sur le Nitinol est curieuse… Le Nitinol est un alliage à mémoire de forme qui " se souvient " de sa forme originale lorsqu’il est plié ou écrasé, et qui revient instantanément à sa forme initiale… Cette caractéristique du métal à mémoire a été signalée par de nombreux témoins à Roswell », a déclaré Anthony Bragalia au journal The Sun.

Le chercheur pense que certains des matériaux testés proviennent du célèbre site de Roswell, au Nouveau-Mexique, où un ovni se serait écrasé en 1947. Il a ajouté que l’étude de ces matériaux a permis à la DIA d’acquérir des connaissances intéressantes qui pourraient avoir un impact significatif sur les méthodes de construction à l’avenir.

Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : Pentagon to Release UFO Report of Vessels That Defy Science and Remarkable ’Otherworldly’ Technologies