Press "Enter" to skip to content

Monde. La Chine et la dette américaine : quel est le risque ?

ACTUALITÉ > Monde

La Chine est l’un des plus grands détenteurs de la dette américaine. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

En avril 2020, la Chine détenait environ 1,07 mille milliards de dollars américains de dette américaine, ce qui représente près de 15 pour cent des obligations américaines, des bons du Trésor et des billets détenus par des pays étrangers.

La Chine est le deuxième plus grand propriétaire de la dette américaine, après le Japon. Le conflit croissant entre les États-Unis et la Chine fait que les gens se demandent si Pékin décidera de se débarrasser de la dette américaine sur les marchés internationaux dans le but de nuire à l’Amérique.

Dette de la Chine et des États-Unis

Les craintes d’un dumping de la dette américaine par la Chine découlent principalement d’un malentendu selon lequel les pays peuvent prendre unilatéralement des décisions financières à l’égard d’autres pays sans s’en voir affectés. Une telle chose n’arrivera jamais. Même si la Chine décidait de se débarrasser de la dette américaine, elle-même devrait faire face aux conséquences. Le dollar américain est évalué à l’échelle internationale comme l’une des catégories d’actifs les plus sûres. Si la Chine souhaite les vendre, il y a de nombreux acheteurs disposés à les acheter.

Par exemple, lorsque la Chine a réduit ses avoirs du Trésor américain d’environ 180 milliards de dollars américains en août 2015, cela n’a pas causé beaucoup de problèmes à l’Amérique puisque d’autres investisseurs les ont rachetés. De plus, dans quelle devise la Chine investirait-elle si elle évite le dollar américain ? Aucune devise ne peut égaler la sécurité garantie par la monnaie américaine, c’est précisément pourquoi le dollar américain est la première monnaie mondiale et est utilisée à l’échelle mondiale pour les transactions internationales. Pour être précis, la Chine n’est absolument pas en mesure de renverser le dollar.

Le dumping de dollars américains rendra les exportations chinoises coûteuses. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Le dumping de dollars américains rendra les exportations chinoises coûteuses. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Si la Chine devenait si audacieuse qu’elle vendait des bons du Trésor américains à grande échelle, il y aurait inévitablement un impact à court terme. « Un changement brutal de l’équilibre de l’offre et de la demande pourrait faire baisser les prix du Trésor et faire grimper leurs rendements, qui évoluent dans la direction opposée aux prix. Cela entraînerait une hausse des coûts d’emprunt pour le gouvernement américain. En outre, parce que les rendements du Trésor sont une référence pour les consommateurs américains et le crédit aux entreprises, les taux d’intérêt allant des obligations d’entreprise aux prêts hypothécaires des propriétaires augmenteraient, ce qui ralentirait probablement l’économie », selon Reuters.

Toutefois, une telle mesure exposerait également la Chine à des risques économiques. Sans garder en réserve suffisamment de dette américaine, Pékin ne serait pas en mesure de maintenir le taux de change du renminbi au niveau souhaité. Se défausser du dollar américain ne ferait qu’augmenter le taux de change du renminbi, ce qui rendrait toutes les exportations en provenance de Chine beaucoup plus chères dans les pays étrangers. Cela détruirait l’avantage de la Chine à l’exportation, ce qui est clairement quelque chose que le parti communiste chinois n’est pas disposé à faire. En tant que tel, la Chine peut de temps à autre menacer de la possibilité de dumping du dollar. Mais c’est là le maximum que Pékin puisse faire – juste des mots et mais pas d’action.

Refuser le paiement de la dette ?

En raison des dommages économiques causés par l’épidémie de Covid-19, il y a eu des avis selon lesquels les États-Unis devraient refuser de rembourser une partie de la dette de 1,07 mille milliards de dollars américains qu’ils doivent à la Chine. Ceux qui plaident pour cela soulignent que Pékin a initialement caché la vérité sur l’épidémie du virus, ce qui a entraîné la propagation rapide de l’infection à d’autres parties du monde. Au lieu de cela, si le régime chinois avait été honnête au sujet de l’épidémie, l’infection aurait pu être contenue et les dommages économiques amoindris. À ce titre, les États-Unis devraient refuser de payer une partie de leurs dettes et utiliser cet argent pour indemniser les entreprises et les particuliers américains pour les pertes qu’ils ont subies en raison de la pandémie.

Les États-Unis rembourseront leurs prêts à un créancier plutôt que d’éviter de le faire. (Image : pixabay / CC0 1.0)
Les États-Unis rembourseront leurs prêts à un créancier plutôt que d’éviter de le faire. (Image : pixabay / CC0 1.0)
 

Bien que l’argument paraisse raisonnable pour un profane, les experts financiers avertissent qu’une telle décision ne devrait pas être prise. Si l’Amérique refuse de rembourser ses prêts, la réputation du pays en souffrirait. D’autres prêteurs commenceraient à se dire : « Et si le gouvernement américain ne nous remboursait pas ? » Cela serait préjudiciable à la capacité de financement du pays par emprunts bon marché. En tant que tel, il ne semble pas du tout probable que le gouvernement américain n’honore pas le remboursement de sa dette.

Rédacteur Gabriel Olamsaint 

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.