Press "Enter" to skip to content

Monde. La Chine émet plus de gaz à effet de serre que tous les pays développés réunis

ACTUALITÉ > Monde

Selon un rapport publié le 6 mai par Rhodium Group, un fournisseur indépendant de données utilisées par les principaux groupes de réflexion et universités, la Chine émet plus de gaz à effet de serre (GES) que l’ensemble des pays développés réunis.

« En 2019, les émissions de la Chine ont non seulement éclipsé celles des États-Unis - le deuxième émetteur mondial avec 11 % du total mondial - mais aussi, pour la première fois, dépassé les émissions de tous les pays développés réunis », indique le rapport.

Selon Rhodium Group, la Chine est responsable de 27 % des émissions mondiales de GES, suivie par les États-Unis (11 %), l’Inde (6,6 %), l’UE-27 (Union européenne) (6,4 %), l’Indonésie (3,4 %), la Russie (3,1 %), le Brésil (2,8 %) et le Japon (2,2 %).

Les émissions de GES en Chine, qui s’élèvent à plus de 14 gigatonnes d’équivalent CO2, ont plus que triplé par rapport aux niveaux de 1990, avec une augmentation de 25 % au cours de la dernière décennie. Toutefois, le Rhodium Group, qui est soutenu par Bill Gates, a minimisé ces statistiques en affirmant que le taux d’émission par habitant de la Chine était modeste par rapport à « celui du monde développé ».

Le rapport indique que « l’histoire de la Chine en tant que grand émetteur est relativement courte par rapport aux pays développés, dont beaucoup ont plus d’un siècle d’avance… La Chine a encore du chemin à faire avant de dépasser l’OCDE [Organisation de coopération et de développement économiques] sur la base de la contribution cumulée. »

En 2020, la Chine a été la seule nation au monde à connaître une expansion économique, alors que la plupart des pays du monde ont connu une contraction économique, selon Rhodium Group. En septembre dernier, le Secrétaire général du Parti communiste chinois (PCC) et président chinois Xi Jinping, a annoncé que la Chine  s’efforcerait d’atteindre son pic d’émissions de carbone d’ici 2030, et la neutralité carbone d’ici 2060.

Li Shuo, expert-climat de l’ONG  Greenpeace Chine, a déclaré que l’annonce de Xi Jinping était un « clairement une décision audacieuse et bien calculée », qui « démontre l’intérêt constant de Xi Jinping à exploiter l’agenda climatique à des fins géopolitiques. »

Selon CNBC, « la réduction des émissions de carbone est l’un des rares domaines sur lesquels la Chine et les États-Unis ont accepté de coopérer. » Joe Biden a déclaré que les États-Unis visent à réduire leurs émissions de 50 à 52 % d’ici 2030, soit le double de l’engagement préalable pris dans le cadre de l’accord de Paris sur le climat de 2015.

En avril, Xi Jinping a participé à un sommet sur le climat organisé par le président américain Joe Biden. Lors de ce sommet, Xi Jinping a souligné que les nations les plus développées devaient intensifier leurs plans pour faire face aux problèmes climatiques tout en aidant les nations moins développées à rattraper leur retard. « La Chine est impatiente de travailler avec la communauté internationale, y compris les États-Unis, pour faire progresser conjointement la gouvernance environnementale mondiale », a-t-il déclaré.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.