Press "Enter" to skip to content

Monde. La hausse des prix des engrais menace de provoquer une crise alimentaire mondiale

ACTUALITÉ > Monde

La menace d’une famine mondiale se profile alors que les prix des denrées alimentaires s’envolent et que la pénurie d’engrais se poursuit. Certains y voient l’opportunité de restructurer l’économie, l’agriculture et la vie quotidienne.

Selon un rapport de l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI), les prix des engrais à base d’azote, de phosphore et de potassium ont augmenté de 125 % en janvier par rapport à 2021, et de 17 % entre janvier et mars.

« Si les risques liés à la disponibilité et à l’accessibilité des engrais varient selon les pays et les régions, les agriculteurs de nombreux pays à faible revenu sont confrontés à des difficultés potentielles alors que la crise ukrainienne se poursuit », indique le rapport.

« Si ces défis ne sont pas relevés, les récoltes souffriront, ce qui maintiendra la pression sur les prix alimentaires au-delà du court terme et ajoutera aux préoccupations en matière de sécurité alimentaire dans de nombreux pays en développement. »

L’impact de la pénurie d’engrais sur les prix des denrées alimentaires en Europe

Le rapport énumère un certain nombre de facteurs ayant conduit à la crise actuelle des matières premières, dont : l’ouragan Ida aux États-Unis, la hausse du marché suite à la pandémie de Covid-19, la congestion de la chaîne d’approvisionnement et la hausse constante des prix du gaz avant et après le conflit ukrainien.

La responsabilité rejetée sur Vladimir Poutine

Le président américain Joe Biden et la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, ont adressé une lettre aux responsables de l’UE exprimant des propos similaires, déclarant : « Nous sommes profondément préoccupés par la façon dont la guerre de Vladimir Poutine en Ukraine a provoqué des perturbations majeures dans les chaînes d’approvisionnement alimentaires et agricoles internationales et par la menace qu’elle représente pour la sécurité alimentaire mondiale ».

« Nous reconnaissons que de nombreux pays dans le monde dépendent des importations de denrées alimentaires de base et d’engrais en provenance d’Ukraine et de Russie, et que l’agression de Vladimir Poutine perturbe ce commerce », ont déclaré les deux dirigeants à l’unisson.

Étrangement, bien que les dirigeants soient pleinement conscients de la menace d’une famine de masse et qu’ils connaissent exactement les causes de ces désastres, ils ne semblent rien faire pour l’arrêter.

Au contraire, les gouvernements du monde entier ne cessent de réclamer des mesures plus sévères à l’encontre de la Russie, comme l’interdiction des importations de pétrole et de gaz, tout en réduisant leur propre production au profit de biocarburants plus coûteux et moins productifs, ce qui ne fait qu’exacerber la crise.

Le service de l’agriculture étrangère de l’USDA est également intervenu dans un rapport d’avril sur l’impact du conflit ukrainien sur les pénuries alimentaires, déclarant : « Pour les producteurs agricoles du monde entier, les prix élevés des engrais et des carburants sont une préoccupation majeure. »

Le rapport, intitulé « Le conflit ukrainien et d’autres facteurs contribuant aux prix élevés des produits de base et à l’insécurité alimentaire », rejette la responsabilité sur le conflit ukrainien et Vladimir Poutine.

Selon Max Gagliardi, commentateur de l’industrie pétrolière et gazière et entrepreneur, la cause de la montée en flèche des prix des engrais est un peu plus compliquée.

« Il s’agit d’une combinaison d’une demande record au niveau national et des exportations de GNL (gaz naturel liquide) et d’une offre inférieure aux prévisions, en partie due à la pénurie de capitaux pour l’industrie pétrolière et gazière en raison des pressions exercées par le mouvement ESG (principes environnementaux, sociaux et de gouvernance d’entreprise) et le mouvement vert sur les fournisseurs de capitaux, ainsi que de la pression exercée par Wall Street pour dépenser moins de capitaux et rapporter de la valeur aux actionnaires », a-t-il déclaré à The Epoch Times.

« Ne laissez jamais une crise se perdre »

Ed Markey, le sénateur du Massachusetts, a déclaré sur Twitter en mars : « Big Oil arnaque les conducteurs américains. Ces menteurs ne font rien pour rendre les États-Unis indépendants sur le plan énergétique ou pour stabiliser les prix de l’essence. Il est temps de rompre avec Big Oil et de déclencher une révolution de l’énergie propre ».

D’autres ont vu dans la « crise » une occasion d’abandonner le gaz et le pétrole au profit de sources d’énergie plus « durables ».

Pour Lindy Li, ancienne assistante de Joe Biden, la crise offre une fenêtre d’opportunité : « Je dis que nous devons saisir cette occasion pour doubler nos investissements dans les énergies renouvelables et nous sevrer des combustibles fossiles destructeurs de la planète », a-t-elle commenté sur Twitter après qu’ExxonMobil ait annoncé son retrait des projets pétroliers russes en Sibérie.

« Ne laissez jamais une crise se perdre », a-t-elle ajouté.

La façon dont Lindy Li a décrit comment la crise alimentaire pouvait contribuer à promouvoir un programme particulier, rappelle les termes utilisés par Samantha Power, l’ancienne ambassadrice de l’ONU sous l’administration Obama, lors d’une interview avec l’ancien conseiller démocrate George Stephanopoulos, le 1er mai.

« Il y a moins d’engrais qui sortent de Russie. Par conséquent, nous travaillons avec les pays pour réfléchir à des solutions naturelles, comme le fumier et le compost. Et cela peut accélérer des transitions que les agriculteurs auraient eu intérêt à faire de toute façon. Il ne faut donc jamais laisser une crise se perdre », a déclaré Samantha Power.

Selon Mandy Gunasekara, avocate spécialiste de l’environnement au sein de l’Agence de protection de l’environnement sous l’ancien président Trump, les propos de Power reflètent une arrière-pensée.

« Cela a toujours fait partie de leur plan de faire augmenter le prix des sources d’énergie traditionnelles, afin que l’éolien et le solaire puissent réellement les concurrencer », a-t-elle déclaré à The Epoch Times.

Marc Morano, propriétaire du site Climate Depot, est allé encore plus loin : « Une crise ou une famine alimentaire fait progresser l’objectif à long terme d’un contrôle plus centralisé de l’énergie, de la nourriture, des transports, etc. comme le préconise la foule du Forum de Davos. »

« Les gouvernements doivent étendre leurs pouvoirs pour " gérer " les crises, et c’est ce que les progressistes aiment plus que tout », a-t-il déclaré au média.

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.