Press "Enter" to skip to content

Monde. Le gouvernement britannique autorise le rachat par la Chine de la plus grande usine de semi-conducteurs du pays

ACTUALITÉ > Monde

Le gouvernement du Royaume-Uni a refusé d’utiliser ses nouveaux pouvoirs en vertu de la loi sur la sécurité nationale pour intervenir dans une affaire impliquant le rachat de la plus grande usine de semi-conducteurs du pays par une société appartenant au Parti communiste chinois (PCC).

Le 1er avril, Politico Europe a annoncé que le Royaume-Uni avait « discrètement approuvé » le rachat, pour 63 millions de livres, de Newport Wafer Fab (NWF) par Nexperia, une filiale néerlandaise de la société technologique chinoise Wingtech, basée à Shanghai.

Politico a déclaré, sur la base d’informations fournies par « deux responsables gouvernementaux », qu’après une enquête de six mois, le conseiller à la sécurité nationale Stephen Lovegrove « a conclu qu’il n’y avait pas suffisamment de problèmes de sécurité pour bloquer » la transaction.

Une longue histoire

En 2017, la société Neptune 6 a racheté une filiale du nom de IR Newport Ltd appartenant au groupe allemand Infineon, pour un montant non divulgué. Cette filiale a été rebaptisée du nom de Newport Wafer Fab, qu’elle portait en 2003 avant une précédente acquisition.

Un communiqué de presse annonçant l’acquisition indique que HSBC et le gouvernement gallois ont été « crédités pour avoir facilité la transaction ».

Alors que l’entreprise menait tranquillement ses opérations, en juin 2019, NWF a annoncé avoir « conclu une opération de refinancement de plusieurs millions de livres », qui « impliquait une restructuration des prêts existants du gouvernement gallois et une nouvelle facilité de financement d’actifs de HSBC UK » , selon le South Wales Argus.

Un publireportage de décembre 2019 publié par Insider Media a dépeint une image selon laquelle tout allait bien au sein de NWF alors que l’entreprise cherchait à augmenter sa production de 8 000 à 11 000 plaquettes par semaine.

Dans ce document, le directeur des affaires extérieures et de la qualité, Sam Evans, a révélé avec désinvolture la valeur réelle de l’entreprise : « Si vous deviez construire Newport Wafer Fab aujourd’hui à partir de rien, elle serait de l’ordre d’un milliard de livres. »

NWF est principalement resté hors des radars jusqu’en janvier 2021, où un reportage du Telegraph a caractérisé l’acquisition de 2017 comme un « rachat par la direction » qui a « sauvé » l’entreprise du projet d’Infineon de fermer ses activités.

Dans l’article, le président de NWF et le chef de Neptune 6, Drew Nelson, ont appelé le gouvernement à investir davantage, déclarant : « Il y a une série de projets prêts à l’emploi au Royaume-Uni, qui ont juste besoin d’investissement », Drew Nelson exprimant le souhait de faire un investissement de 50 millions de livres.

« Le gouvernement n’a pas vraiment saisi l’importance des investissements dans les capacités souveraines de sa propre industrie des semi-conducteurs », a-t-il déclaré.

L’article révélait également qu’un an et demi plus tard, NWF était toujours à la recherche de capitaux à risque pour augmenter sa production de 8 000 plaquettes par semaine et viser un nouvel objectif de 14 000.

Les désirs de l’entreprise s’expliquent par une demande qui, selon Drew Nelson, a « explosé » en raison de la pénurie mondiale de puces et de la demande de véhicules électriques.

Un appel à l’aide

Quelques mois plus tard, en mai 2021, les médias britanniques ont rapporté que NFW avait soudainement écrit au secrétaire d’État britannique aux affaires, Kwasi Kwarteng, pour tirer la sonnette d’alarme après que Nexperia ait réussi à occuper deux sièges au conseil d’administration de l’entreprise dans le cadre d’un « conflit contractuel ».

Un porte-parole de Nexperia a déclaré à The Verdict : « nexperia est le deuxième actionnaire le plus important de Newport Wafer Fab depuis 2019 et a le droit contractuel de nommer la majorité des membres du conseil d’administration dans des circonstances définies. »

Le porte-parole a également rejeté l’appel à l’aide de NWF comme une simple « rumeur ».

Le bureau de Kwasi Kwarteng a déclaré au média : « le gouvernement britannique ne considère pas qu’il soit approprié d’intervenir à l’heure actuelle. »

En juillet, la véritable nature de la situation a été révélée au public dans un article du Telegraph qui indiquait que le gouvernement gallois avait initialement prêté 13 millions de livres à NWF lors de son acquisition en 2017, qui a été remboursée intégralement avec les intérêts.

Un porte-parole du gouvernement a déclaré que, bien que le gouvernement « ait envisagé d’investir à nouveau , un accord entre les actionnaires majoritaires de NWF de l’époque et l’actionnaire minoritaire de l’époque, Nexperia, a donné des droits légaux à Nexperia, ce qui a rendu impossible pour les nouveaux investisseurs, y compris le gouvernement gallois, d’investir davantage dans l’entreprise. »

Dans une couverture supplémentaire, The Telegraph a expliqué que NWF « a été contraint à la vente après avoir été incapable de remplir ses obligations de production, ce qui a permis à Nexperia de prendre le contrôle de l’usine. »

Un article de Reuters a non seulement révélé que NWF serait cédé à Nexperia pour une bouchée de pain s’élevant à 63 millions de livres, mais aussi que l’entreprise était en difficulté depuis longtemps, ses revenus ayant chuté de façon spectaculaire, passant de 49 millions de livres en 2019 à seulement 30 millions de livres en 2020.

Un article sur le rachat par CNBC a révélé que NWF était également accablée par une dette importante, et redevable de 20 millions de livres à HSBC, en plus de 18 millions de livres supplémentaires dues au gouvernement gallois, qui seraient remboursées par Nexperia lors du rachat.

CNBC a également déclaré que, dans le cadre de l’opération, le président Drew Nelson, principal actionnaire de l’entreprise, devrait percevoir 15 millions de livres de chiffre d’affaires.

Le Premier ministre Boris Johnson a annulé la décision de Kwasi Kwarteng, demandant au bureau de Stephen Lovegrove de procéder à un examen en vertu des lois sur la sécurité nationale nouvellement créées et rédigées pour la première fois en novembre 2020.

Teinté de rouge

Le rapport de CNBC a également montré que le rachat de Nexperia était source d’inquiétude car la firme a été acquise à 100 % par la société technologique chinoise Wingtech, basée à Shanghai, en 2019.

Le Times précise que Wingtech est également un fournisseur de Huawei, le géant des télécommunications soutenu par le PCC, au centre d’un déploiement international de la 5G très contesté.

Dans un second article, CNBC a indiqué que Wingtech avait acquis plus de notoriété, parce que l’entreprise était « fortement soutenue par le PCC. »

À l’époque, le cabinet Datenna partageait ses données en exclusivité avec CNBC. Cependant, les conclusions, qui sont maintenant accessibles au public sur le site Web de la société, ont également révélé que « Au moment de l’acquisition, il a été déclaré que l’équipe de direction de Nexperia resterait inchangée. »

« Cependant, seulement six mois plus tard, Frans Scheper, le PDG, a été remplacé par Zhang Xuezheng et envoyé en retraite anticipée. Zhang Xuezheng est également PDG et président du conseil d’administration de Wingtech Technology. »

Dans un article supplémentaire datant d’août 2021, CNBC a rapporté qu’immédiatement après que Nexperia a exercé l’OPA hostile sur NWF, Mark Granahan, le PDG de la société Ideal Semiconductor basée en Pennsylvanie, qui s’approvisionnait en plaquettes auprès de la société galloise, a déclaré que l’approvisionnement s’était « arrêté net. »

Ne pas dire du mal

Concernant la décision de Stephen Lovegrove d’accorder son feu vert à la vente, Politico a minimisé l’importance du rachat de Nexperia.

Le média a cité un « ancien responsable de la sécurité qui n’a pas souhaité être nommé en raison de la sensibilité de la décision » et qui a déclaré : « Ce que Newport Wafer Fab fait en ce moment n’est pas si exceptionnel, vous pouvez soutenir que ce n’est pas stratégiquement important, et c’est un cas plausible. »

En utilisant les commentaires d’un autre « fonctionnaire en poste » anonyme, le média a ajouté une couche supplémentaire de rhétorique : « Stephen Lovegrove est arrivé à la même conclusion que le conseiller adjoint à la sécurité nationale qui a initialement examiné le rachat. »

« Le fonctionnaire a déclaré que Newport Wafer Fab utilise une technologie vieille de 20 ans que les Chinois possèdent déjà. »

Le récit est cohérent avec des messages similaires remontant à juillet 2021, lorsque des médias tels que The Conversation ont affirmé que NWF n’était « pas dans la même ligue » que le leader du secteur, Taiwan Semiconductor Manufacturing Corporation (TSMC), qui produit des puces ordinaires avec des circuits de 3 nanomètres, par rapport aux produits composés de 180 nanomètres de NWF.

Des divergences pas si mineures que ça

Malgré la prétendue incompétence et la faible valeur de Newport Wafer Fab, The Guardian a rapporté en août 2021 qu’un consortium de neuf entreprises nationales s’était manifesté, annonçant son intention d’acheter NWF si l’administration Boris Johnson devait exercer ses pouvoirs en matière de sécurité nationale pour annuler le rachat de Wingtech.

Le groupe a déclaré qu’il était prêt à injecter 300 millions de livres dans l’entreprise et à développer ses activités.

Selon l’article, trois des entreprises impliquées étaient d’anciens clients de NWF qui souhaitaient maintenir leur chaîne d’approvisionnement, et trois étaient des institutions financières.

Le consortium était également disposé à offrir à Nexperia une participation minoritaire dans l’entreprise à titre de compensation.

Un article publié le 1er avril par le China Research Group (CRG) a pleinement expliqué la nature de l’importance du fabricant gallois, tant pour le Royaume-Uni que pour le PCC.

En expliquant la différence entre les semi-conducteurs composés produits par NWF et les semi-conducteurs normaux, tels que ceux fabriqués par TSMC, le CRG a démoli l’idée véhiculée par les médias de l’establishment selon laquelle NWF est une entreprise sans importance qui produit une technologie dépassée : « les semi-conducteurs composés (également connus sous le nom de puces de troisième génération) diffèrent des puces en silicium standard en combinant deux éléments ou plus du tableau périodique pour former un composé, comme le nitrure de gallium ou le carbure de silicium. »

« L’innovation dans les puces en silicium consiste à poursuivre la loi de Moore en essayant de rétrécir la nanotechnologie pour fabriquer des puces à semi-conducteurs plus avancées », déclare le CRG.

« Mais dans les semi-conducteurs composés, la taille nanométrique de la plaquette n’est pas une mesure pertinente : l’aspect crucial est le développement de matériaux semi-conducteurs composés avancés ».

Il ajoute que les puces composées « sont utilisées là où le silicium ne peut pas fonctionner, comme les équipements radio de haute puissance et de très haute fréquence », utilisés dans des applications technocratiques critiques telles que les capteurs de reconnaissance faciale et également dans les véhicules électriques.

Le CRG note également que les branches nationales et de Shanghai du PCC identifient spécifiquement les semi-conducteurs composés et les circuits intégrés en nitrure de gallium et en carbure de silicium comme des priorités dans leurs plans quinquennaux 2021-2025.

Un soutien national

En outre, l’article explique que Newport Wafer Fab a servi à la fois d’entreprise d’ancrage et de fonderie de puces pour l’ensemble du cluster CS Connected, une initiative conjointe du gouvernement gallois et du gouvernement britannique visant à soutenir le secteur des semi-conducteurs composés du pays.

Lorsque Neptune 6 a acheté NWF en 2017, le communiqué de presse citait le directeur juridique Steve Berry, déclarant que le fabricant était « extrêmement bien placé pour contribuer au cluster international de semi-conducteurs composés du sud du Pays de Galles, qui émerge rapidement. »

Alors que le cluster génère près de 600 millions de livres de revenus par an, NWF a été le seul bénéficiaire d’au moins 43 millions de livres de financement supplémentaire de la part de UK Innovation and Research, selon CRG.

L’entreprise a également conclu un accord de 5,4 millions de livres avec UK Innovate « pour développer des conceptions de nitrure de gallium haute fréquence RF MMIC pour les systèmes radar 5G de la défense » pour les applications militaires.

Le reportage du 5 avril de la BBC indiquait que, face à la pression publique, l’administration Boris Johnson avait depuis formellement contredit le reportage de Politico en déclarant « qu’aucune décision n’a été prise » concernant l’acquisition.

L’article a encore brouillé les cartes en citant le député Tom Tugenhadt, président de la commission des affaires étrangères, qui a affirmé que « si peu de détails ont été fournis à la commission, nous en sommes arrivés à la conclusion malheureuse qu’aucun examen n’a eu lieu ».

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.