Press "Enter" to skip to content

Monde. États-Unis : l’inflation des prix à la consommation la plus rapide depuis 40 ans

ACTUALITÉ > Monde

Le ministère du Travail américain a récemment publié les statistiques de l’inflation pour le mois de novembre, dressant un tableau sombre de l’économie. L’indice des prix à la consommation (IPC), a augmenté de 6,8 % en novembre par rapport à l’année précédente.

Il s’agit du sixième mois consécutif où l’inflation a augmenté de plus de 5 %, et c’est aussi le pic d’inflation sur 12 mois le plus rapide depuis 1982.

Selon Dow Jones, les analystes s’attendaient à un taux de croissance légèrement plus faible de l’inflation sur un an, soit 6,7 %. l’IPC a progressé de 0,8 % en novembre 2021 sur un mois, contre +0,9 % le mois précédent. L’IPC de base, qui exclut des éléments tels que l’énergie et l’alimentation, a augmenté de 4,9 % en glissement annuel, contre 4,6 % en octobre. En novembre, l’IPC de base était supérieur de 0,5 % à celui du mois précédent.

Les éléments qui ont le plus contribué à la hausse de l’inflation sont la nourriture, le logement, les voitures d’occasion, les véhicules neufs, les camions et l’essence. L’indice des prix de l’essence a augmenté de 6,1 % au cours des derniers mois, tandis que l’indice des prix de l’énergie a augmenté de 3,5 %. Au cours des 12 derniers mois, les prix des denrées alimentaires ont augmenté de 6,1 %, tandis que les prix de l’énergie ont bondi de 33,3 %.

« Autre preuve de l’augmentation de l’inflation : l’équipement du foyer, l’habillement et les éléments suspects habituels que sont les prix des véhicules neufs et d’occasion ont tous affiché des augmentations démesurées en novembre… L’inflation dépasse l’augmentation du revenu des ménages et pèse lourdement sur la confiance des consommateurs, qui est au plus bas depuis dix ans. Ce n’est qu’une question de temps avant qu’elle n’affecte les dépenses des consommateurs de manière significative », a déclaré Greg McBride, analyste financier en chef de Bankrate, dans une déclaration envoyée par courriel à The Epoch Times.

Le président Joe Biden a minimisé la gravité de la hausse de l’inflation, la qualifiant de « bosse » sur la route. Il a insisté sur le fait que son initiative de dépenses publiques de plusieurs milliards de dollars n’a aucun rôle dans la flambée des prix. Il a plutôt blâmé la crise de la chaîne d’approvisionnement.

« C’est un véritable accident de parcours, qui affecte les familles… Lorsque vous entrez dans une épicerie et que vous payez plus cher ce que vous achetez, c’est important. C’est important. Cela compte pour les gens… Je pense que vous verrez les choses changer plus tôt, plus vite et plus rapidement que la plupart des gens ne le pensent », a déclaré Joe Biden.

Selon Jason Furman, l’ancien conseiller économique de Barack Obama, les dépenses massives engagées par l’administration Biden, notamment l’octroi d’un chèque de 1 400 dollars aux ménages, ont stimulé de manière excessive l’économie et provoqué une hausse des prix.

Jason Furman reproche à Washington de sous-estimer « systématiquement » l’inflation, estimant que l’administration Biden a « versé du kérosène sur le feu ». L’ancien conseiller ne partage pas non plus l’avis de Joe Biden selon lequel l’inflation est due à la crise de la chaîne d’approvisionnement.

Il souligne que l’Europe connaît les mêmes problèmes de chaîne d’approvisionnement, mais que ses taux d’inflation sont inférieurs à ceux des États-Unis parce qu’« ils n’ont pas pris autant de mesures de relance. »

Dans une interview accordée à The Epoch Times, Chris Zaccarelli, responsable des investissements pour Independent Advisor Alliance, a qualifié les chiffres de l’IPC de novembre de « choquants ». Il pense que la Réserve fédérale (Fed) sera contrainte d’« accélérer le rythme de ses plans d’assouplissement », ce qui implique potentiellement de réduire son activité d’achat « deux fois plus vite ».

La Fed pourrait augmenter les taux d’intérêt ou envisager de vendre des obligations afin de contrer l’inflation. George Ball, président de Sanders Morris Harris, une société de services financiers, n’a pas été surpris par la hausse conséquente de l’inflation.

« L’inflation élevée de vendredi signifie que la surpondération d’un portefeuille en valeurs technologiques sera une idée de plus en plus mauvaise, car la Réserve fédérale pourrait être obligée de resserrer sa politique plus rapidement que prévu pour compenser l’inflation et un environnement de taux d’intérêt plus élevés tend à rendre les valeurs technologiques moins attrayantes », a-t-il déclaré.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.