Press "Enter" to skip to content

Monde. L’escadron des forces spéciales prêt à rester en Afghanistan ?

ACTUALITÉ > Monde

Après que le Royaume-Uni ait terminé son programme d’évacuation, une équipe de combattants de forces spéciales britanniques SAS (Special Air Service) s’est portée volontaire pour rester en Afghanistan après un attentat suicide à l’aéroport de Kaboul en Afghanistan. L’équipe compterait 40 membres qui ont demandé à rester dans le pays pour combattre le groupe terroriste ISIS-K, selon le quotidien britannique The Sun.

Le groupe ISIS-K, connu sous le nom d’État islamique Khorasan (EIK), qui porte le nom d’une région historique de la Perse, se situant à l’est de l’Afghanistan, s’est déclaré d’être à l’origine de deux attentats meurtriers à l’extérieur de l’aéroport de Kaboul qui ont tué des dizaines de personnes.

L’escadron du SAS souhaiterait établir une base locale à la frontière afghano-pakistanaise pour mener les frappes contre ISIS-K, peut-on lire dans un article du quotidien britannique Express. Leur base pourrait être également utilisée par les unités élites comme les forces spéciales britanniques SBS (Special Boat Services) de la Royal Navy, la Delta Force de l’armée américaine et les US NavySeals, indique le quotidien. Cette information du journal Express n’a pas été corroborée par d’autres sources.

Le président Donald Trump avait l’intention de laisser les forces spéciales américaines en Afghanistan, fait valoir Christophe Miller, le dernier secrétaire à la Défense des Etat-Unis sous la présidence de Donald Trump.L’administration Trump savait que les forces spéciales seraient laissées derrière après la date limite de retrait du 1er mai, comme négocié avec les talibans.

Dans l’article « L’engagement de Trump à quitter l’Afghanistan était une ruse… » parue dans le journal américain Defense One, spécialisé sur les sujets de la défense et de la sécurité nationale des États-Unis, Christopher Miller a affirmé qu’il était évident, tant pour l’administration américaine que pour les dirigeants afghans de l’époque, qu’un retrait complet des forces américaines laisserait l’Afghanistan trop vulnérable à une prise de contrôle, et qu’une préoccupation majeure était Al-Qaïda.

Christopher Miller a déclaré : « Il n’aurait pas été approprié de dire : " Votre armée va-t-elle s’effondrer " ? Mais bien sûr, nous le pensions tous ».

Alors que l’administration américaine actuelle ne montre pour l’instant aucun soutien pour ceux qui sont restés en Afghanistan après la date limite de retrait, l’ancien chef d’état-major du ministère de la Défense, Kash Patel, qui a dirigé le retrait des troupes américaines d’Afghanistan décidé par Donald Trump, explique dans son article paru dans le New York Post, la situation réelle des décisions prises à l’époque. « J’ai dirigé le retrait de l’Afghanistan de l’équipe Trump. La tentative de Biden de nous faire porter le chapeau est tout simplement triste », affirme-t-il. Il était initialement prévu qu’une petite force d’opérations spéciales serait stationnée dans le pays pour intervenir directement contre toute menace terroriste et que lorsque toutes ces conditions seraient remplies, ainsi que d’autres conditions en cascade, alors un retrait pouvait commencer et avait commencé, raconte-t-il.

Selon Kash Patel, « le chaos actuel - notamment l’échec des responsables américains et des alliés - est le résultat naturel de la décision de l’administration Biden d’éviter un plan fondé sur des conditions. »

Le 30 août, le général Frank McKenzie, commandant du Commandement central des Etats-Unis (CENTCOM), a révélé publiquement l’implication des forces d’opérations spéciales lors d’une conférence de presse, selon CNN. Il a déclaré que ces forces « ont aidé à faire entrer plus de 1 064 citoyens américains et 2 017 SIV (Special Immigrant Visas) ou Afghans en danger, ainsi que 127 ressortissants de pays tiers, par le biais d’appels téléphoniques, de vecteurs et d’escortes ».

Le général Frank McKenzie n’a pas précisé dans ses commentaires publics l’implication du JSOC (Joint Special Operations Command) qui comprend la Delta Force de l’armée de terre et les NavySEALs. Mais cette première révélation publique du CENTCOM sur l’implication des forces spéciales, ainsi que les informations des médias concernant la collaboration des SAS avec les forces spéciales américaines les plus performantes, marquent la mise en évidence de ce qui n’était jusqu’alors qu’une rumeur.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.