Press "Enter" to skip to content

Monde. Des écoles du Pays de Galles vont proposer aux élèves de primaire des insectes comestibles dans le cadre des recherches sur les protéines alternatives

ACTUALITÉ > Monde

Cette semaine, les élèves de quatre écoles primaires du Pays de Galles se verront proposer des insectes tels que des grillons, des sauterelles, des vers à soie, des criquets et des vers de farine, dans le but de déterminer leurs goûts pour les « protéines alternatives ».

Les chercheurs espèrent trouver une solution pour mieux éduquer les enfants sur les avantages environnementaux et nutritionnels des insectes comestibles et aussi influencer le comportement des parents quant à leurs habitudes alimentaires.

Le projet fera appel à des enquêtes, des ateliers, des entretiens et des groupes de discussion pour évaluer la compréhension et les expériences des élèves concernant les protéines alternatives.

L’une des écoles participant à la recherche est la Roch Community Primary School, dans le Pembrokeshire

Carl Evans, le directeur de l’école, a déclaré que le projet de recherche permettra aux élèves de mieux comprendre le lien entre leur communauté locale et la production alimentaire : « Il existe un lien important entre notre communauté locale, la production alimentaire et les questions mondiales plus larges concernant le développement durable ». Selon lui, « ces questions sont importantes pour les enfants, mais également difficiles à comprendre et peuvent souvent les déconcerter ».

Christopher Bear de l’Université de Cardiff, impliqué dans l’étude, a déclaré que le but était que les enfants considèrent les insectes comestibles comme un choix pour se nourrir aujourd’hui et pas seulement à l’avenir. « Nous voulons que les enfants considèrent les protéines alternatives comme des choses réelles pour aujourd’hui, plutôt que seulement comme des aliments pour l’avenir, donc essayer certains de ces aliments est au cœur de la recherche », a-t-il déclaré.

« Bien que les insectes comestibles ne soient pas - pour l’instant - vendus à grande échelle au Royaume-Uni, ils font partie du régime alimentaire d’environ 2 milliards de personnes dans le monde. Une grande partie de ces insectes vivent dans des régions du monde où ils font partie de traditions culinaires de longue date. Et ils sont de plus en plus populaires ailleurs, » a expliqué Christopher Bear.

Une étude réalisée en 2020 par la Plateforme internationale des insectes pour l’alimentation humaine et animale (IPIFF), a estimé que 9 millions d’Européens avaient mangé des insectes en 2019, et prévoyait que ce chiffre passerait à 390 millions d’ici 2030.

Des organisations internationales telles que l’ONU ont encouragé l’utilisation d’insectes pour l’alimentation en raison de leurs avantages environnementaux et nutritionnels potentiels et comme stratégie pour lutter contre la faim et la malnutrition dans le monde.

Des chercheurs cherchent à influencer le comportement des parents

Verity Jones, de l’Université de l’Ouest de l’Angleterre à Bristol, qui participe à l’étude, affirme que les enfants ont une influence considérable sur ce que leurs parents servent à table.

« Beaucoup d’enfants ont le pouvoir de dicter leurs choix, donc dans certains cas, ils peuvent être d’excellents agents de changement alimentaire au sein de la famille », a-t-elle déclaré, faisant valoir que de minuscules morceaux d’insectes ont déjà trouvé leur place dans de nombreux aliments que les gens consomment.

« Tout le monde mange des insectes tous les jours - il y a plus de 30 parties d’insectes dans chaque 100g de chocolat… le pain, les jus de fruits, le houblon… vous le dites, vous mangez des insectes », a-t-elle déclaré.

« Et j’ai constaté qu’une fois que les enfants savent que les insectes sont déjà, par la nature même de la transformation, présents dans de nombreux aliments que nous mangeons, et qu’ils sont assurés qu’ils ne tomberont pas malades en les mangeant, ils sont très ouverts à l’idée de les essayer », a déclaré Verity Jones.

Selon Verity Jones, la façon dont les insectes sont présentés joue un rôle important dans la décision de prendre ou non une bouchée.

« Toutes les recherches, pour les adultes et les enfants, indiquent que les insectes entiers sont rebutants, mais que les insectes broyés dans les aliments sont très acceptables. Personne n’aime l’idée d’avoir un morceau d’aile ou d’antenne croustillant entre les dents. Mais, en fait, les enfants sont plus susceptibles de choisir des aliments contenant des insectes comestibles que des produits carnés habituels pour des raisons de durabilité, si on leur en donne la possibilité », affirme-t-elle.

L’impact environnemental

Les partisans de l’alimentation à base d’insectes affirment que la production d’insectes comestibles est bien meilleure pour l’environnement que la production de sources de protéines traditionnelles telles que le bœuf, le porc et le poulet.

Les insectes comestibles seraient riches en protéines, en antioxydants, en vitamines et autres nutriments.

Selon une étude publiée dans la revue Plos ONE, les vers de farine produisent moins de 1 % de la quantité de gaz à effet de serre par kilogramme des vaches et environ 10 % de l’empreinte carbone d’un porc. Les grillons domestiques pollueraient encore moins.

Une autre étude, publiée dans la revue Cleaner Production, a révélé que les élevages d’insectes émettent 75 % de carbone en moins et utilisent deux fois moins d’eau que les élevages de volailles, par kilogramme.

Les consommateurs britanniques sont de plus en plus demandeurs non seulement de régimes alimentaires sains, mais aussi de régimes durables.

Une étude récente du groupe de recherche Finder a conclu que plus de sept millions d’adultes au Royaume-Uni adhèrent à un régime sans viande et que six millions expriment leur intention de passer à un régime végétarien ou végétalien.

Les personnes âgées de 18 à 23 ans sont plus susceptibles d’envisager un régime sans viande que les autres groupes d’âge.

Actuellement, les insectes comestibles sont considérés comme un « nouvel aliment » au Royaume-Uni, ce qui signifie qu’ils doivent subir de nouveaux contrôles de sécurité.

Toutefois, le mois prochain, la Food Standards Agency (FSA) devrait autoriser temporairement la vente d’insectes comestibles dans les supermarchés et autres détaillants du Royaume-Uni. L’approbation complète devrait intervenir l’année prochaine.

Le responsable de la politique de sécurité alimentaire à la FSA, Michael Wight, a déclaré en mars : « Nous sommes conscients que les insectes comestibles, en tant que partie du marché des protéines alternatives, peuvent offrir des avantages, notamment pour l’environnement », ajoutant : « Nous travaillons dur pour soutenir et conseiller les entreprises et les organismes commerciaux afin qu’ils puissent fournir des dossiers et des preuves de haute qualité dans le cadre de leurs demandes de nouveaux aliments ».

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.