Press "Enter" to skip to content

Monde. Covid-19 : les enquêteurs de l’OMS bloqués par Pékin

ACTUALITÉ > Monde

La Chine a bloqué un enquêteur de l’OMS positif au test Covid-19. (Image : Helena Jankovičová Kováčová / Pixabay)
 

Le 14 janvier, 13 membres de l’équipe de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) sont arrivés en Chine dans le but d’enquêter sur les origines du virus du PCC. L’équipe au départ était composée de 15 membres. Deux d’entre eux ont été retenus à Singapour car les résultats de leur test Covid-19 se sont révélés positifs. Une deuxième série de tests a été menée et l’un des scientifiques dont le résultat était négatif a rejoint l’équipe.

« Parmi les 15 membres du groupe d’experts de l’OMS, un expert du Royaume-Uni et un expert soudanais du Qatar ont été testés positifs pour les anticorps IgM, à l’aéroport de Singapour au cours du transit... Nous avons convenu que l’expert britannique viendra en Chine, et nous continuerons à maintenir la communication avec l’OMS sur les questions connexes et à faire des efforts conjoints pour coopérer sur la recherche sur l’origine du virus », a déclaré M.Zhao dans un communiqué.

En novembre, la Chine a mis en place un « double test », imposant aux voyageurs se rendant en Chine de faire non plus seulement un test d’acide nucléique (PCR) mais également un test sérologique d’anticorps IgM et que les résultats des deux tests doivent êtres négatifs. Les passagers de Singapour vers la Chine sont tenus de passer un test de sérum, un test d’acide nucléique et un troisième test pour les anticorps IgM. Les passagers devront ensuite obtenir les résultats des tests négatifs au moins deux jours avant l’embarquement.

Le directeur de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, avait auparavant exprimé sa déception face aux tactiques dilatoires de la Chine lorsqu’il s’agissait d’autoriser l’équipe chargée de l’enquête à entrer dans le pays. La Chine avait minimisé l’incident comme étant un « malentendu ».

Pour le virologiste australien Dominic Dwyer, qui fait partie de l’équipe chargée de l’enquête, il est temps de déterminer si le virus provient d’une source animale et si l’épidémie a débuté à Wuhan ou ailleurs et s’est ensuite amplifiée dans la ville. Il appréhende de trouver le patient zéro, mais espère obtenir des réponses sur la façon dont le virus s’est initialement propagé.

Les 13 membres de l’équipe d’enquête ont été placés en quarantaine dans un hôtel. Après deux semaines de quarantaine, ils se rendront au marché aux animaux de Wuhan, d’où le virus se serait propagé (comme l’a fortement suggéré le PCC). Dominic Dwyer a également prévu de visiter l’Institut de virologie de Wuhan, ce laboratoire qui, selon certains, serait à l’origine du virus, ainsi que les hôpitaux où ont été traités la première série de patients.

 

Selon Zhang Hai, l’OMS a trop tardé et ne trouvera pas beaucoup de preuves concernant le virus. (Image : Daniel Roberts / Pixabay)
Selon Zhang Hai, l’OMS a trop tardé et ne trouvera pas beaucoup de preuves concernant le virus. (Image : Daniel Roberts / Pixabay)
 

Dans un même temps, certains citoyens chinois critiquent la visite de l’OMS, affirmant que l’équipe d’enquête arrive trop tard et ne trouvera rien d’utile. « L’OMS n’est qu’une figure de proue à mes yeux - un outil, pour dire les choses crûment. Elle cherche maintenant la source du virus, et le premier anniversaire de l’épidémie est passé, et toutes les (preuves) ont disparu... Les gouvernements locaux n’ont jamais admis avoir dissimulé des informations sur l’épidémie. L’OMS ne sera certainement pas en mesure de découvrir quoi que ce soit, de sorte que les fonctionnaires auront plus de raisons et d’excuses pour ne pas admettre qu’ils ont dissimulé des informations (sur le virus), qui ont causé beaucoup de décès », a déclaré Zhang Hai, un résident de Wuhan dont le père est mort du virus du PCC, au Epoch Times.

En juin de l’année dernière, Zhang Hai a intenté un procès à trois entités gouvernementales - le gouvernement de la ville de Wuhan, l’hôpital général du Commandement central du théâtre de Wuhan et le gouvernement de la province de Hubei. Le procès alléguait que la décision du gouvernement de dissimuler les détails de l’épidémie virale avait causé la mort de son père et demandait une compensation de 2 millions de yuans (286 730 dollars).

Le tribunal municipal de Wuhan a rejeté sa demande. Lorsque Zhang Hai a intenté un nouveau procès à la cour supérieure de Hubei, celui-ci a été à nouveau rejeté. Au final, il a déposé une plainte au civil devant la Cour suprême de Pékin, mais n’a toujours pas reçu de réponse. Le père de Zhang Hai était un vétéran de l’armée.

Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : WHO Arrives in China for CCP Virus Investigation, but Beijing Blocks Inspector