Press "Enter" to skip to content

Monde. Covid-19 : le dépistage rectal en Chine suscite les critiques

ACTUALITÉ > Monde

La Chine communiste recourt de façon croissante aux dépistages Covid-19 rectaux. (Image : David Mark / Pixabay)
 

La décision du gouvernement chinois de généraliser le dépistage de la Covid-19 par écouvillonage rectal aux étrangers divise la communauté internationale. L’Allemagne a récemment condamné ces tests après que des ressortissants allemands s’en soient plaints.

« Nous avons soulevé cette question à plusieurs reprises auprès du gouvernement chinois, notamment en ce qui concerne les tests et examens médicaux qui sont effectués contre la volonté des personnes concernées », a déclaré une source du ministère allemand des affaires étrangères au VICE.

Washington avait soulevé la question avec Pékin après que plusieurs diplomates américains aient été contraints de subir ces tests. La Chine communiste a rejeté l’allégation et a déclaré qu’elle n’avait jamais demandé aux diplomates américains en poste en Chine de subir des tests par prélèvement anal.

Le gouvernement japonais s’est plaint que les tests de dépistage par voie rectale causent une « grande douleur psychologique » aux voyageurs se rendant en Chine. Tokyo a demandé aux autorités chinoises de cesser de pratiquer ces tests. Kyodo News a déclaré que le test est humiliant pour les gens et viole leurs droits et leur dignité.

Le ministère sud-coréen des affaires étrangères a informé les citoyens que la Chine n’effectuera plus de tests par écouvillonnage rectal sur les visiteurs sud-coréens, mais les soumettra à des tests de selles prélevées par eux-mêmes pour prévenir les infections à la Covid-19. Ces déclarations interviennent après que la Chine ait annoncé que les voyageurs étrangers refusant de passer un  test d’écouvillonnage rectal devraient soumettre des échantillons de selles pour le test Covid-19.

Le régime chinois a défendu avec véhémence la nécessité du test par écouvillonnage rectal, le qualifiant d’élément essentiel pour contrôler la pandémie. Dans une interview accordée au Global Times soutenu par l’Etat, Lu Hongzhou, un expert du Centre clinique de santé publique de l’Université de Fudan en Chine, a déclaré que les tests par écouvillonnage nasopharyngé et oropharyngé (du nez et de la gorge) pourraient donner des résultats faussement négatifs.

Le test par écouvillonnage rectal permettrait d’identifier instantanément les personnes porteuses du virus Covid-19

Certaines études ont montré que des traces du virus peuvent rester dans les matières fécales plus longtemps que dans les voies respiratoires, ce qui renforce l’intérêt des tests de dépistage par prélèvement rectal.

 

Les gouvernements étrangers critiquent les tests COVID-19 par écouvillonnage rectal, accusant le régime chinois de porter atteinte à la dignité humaine. (Image : Satheesh Sankaran / Pixabay)
Les gouvernements étrangers critiquent les tests Covid-19 par écouvillonnage rectal, accusant le régime chinois de porter atteinte à la dignité humaine. (Image : Satheesh Sankaran / Pixabay)
 

Cependant, la communauté médicale chinoise s’est fortement opposée à ce test. Yang Zhanqiu, directeur adjoint du département de biologie des agents pathogènes de l’université de Wuhan, a déclaré qu’un individu contracte le virus par le système respiratoire plutôt que par son système digestif. Par conséquent, les prélèvements dans le nez et la gorge devraient être suffisants pour identifier les infections.

« Il y a eu des cas où le coronavirus a été testé positif dans les excréments d’un patient, mais aucune preuve n’a suggéré qu’il avait été transmis par le système digestif », a déclaré Yang Zhanqiu au Global Times.

En février, une vidéo montrant des personnes marchant comme des pingouins dans un mouvement de balancement s’est répandue en ligne dans le pays, affirmant que ces personnes avaient subi des tests de prélèvement anal. Les autorités chinoises ont qualifié la vidéo de fausse et ont assuré aux citoyens que personne ne marchait comme ça après avoir passé le test.

Exigences pour les visiteurs

Certains rapports suggèrent que la Chine pourrait ouvrir complètement ses frontières aux étrangers d’ici octobre. Les expatriés chinois pourront probablement visiter le Tibet à partir du mois d’avril. Les voyageurs étrangers qui souhaitent se rendre en Chine devront soumettre un dossier de leurs projets de voyage et des formulaires d’inscription pour l’hébergement. Ils devront fournir les résultats des tests d’acide nucléique montrant qu’ils sont exempts d’infection par le coronavirus.

Si cela concerne une visite officielle, un certificat d’emploi sera nécessaire. Des masques faciaux et des codes de santé verts de votre lieu et de votre destination sont requis. Certaines villes peuvent délivrer des certificats d’entrée et de sortie. Assurez-vous de les récupérer pour vous assurer que vous pouvez voyager librement.

Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : Communist China’s Anal Swab Tests Anger World Governments