Press "Enter" to skip to content

Monde. Covid-19 : le laboratoire Merk demande l’autorisation de commercialiser le Molnupiravir, un traitement par voie orale

ACTUALITÉ > Monde

Le laboratoire américain Merck a publié des données prometteuses sur l’efficacité d’un nouveau médicament oral, le Molnupiravir, pour lutter contre les infections Covid-19.

Le 1er octobre, Merck et son partenaire, Ridgeback Biotherapeutics, ont annoncé que selon les données obtenues lors de la dernière phase des essais cliniques de phase 3, l’antiviral avait permis de réduire de 50 % les hospitalisations et les décès parmi les cas d’infection légère à modérée. Merck va demander une autorisation de mise sur le marché à l’agence des médicaments américaine, la FDA.

Selon les deux sociétés, le médicament, du nom de Molnupiravir, a donné de si bons résultats lors des essais qu’elles ont cessé de recruter des personnes pour l’étude après avoir discuté avec la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis.

« Avec ces résultats convaincants, nous sommes optimistes et pensons que le Molnupiravir peut devenir un médicament important dans le cadre de l’effort mondial de lutte contre la pandémie », a déclaré Robert Davis, le PDG de Merck, dans un communiqué. Il a ajouté qu’ils feront tout leur possible pour que le médicament soit mis à la disposition du public le plus rapidement possible.

Wendy Holman, le PDG de Ridgeback Biotherapeutics, a exprimé l’espoir que le Molnupiravir aura un « impact profond » dans l’effort de contrôle de la pandémie. Le médicament, administré par voie orale, inhibe la réplication du coronavirus dans l’organisme.

L’étude a été menée auprès de 775 personnes présentant des symptômes légers à modérés de Covid-19, et un risque élevé de maladie grave en raison de divers problèmes de santé comme les maladies cardiaques, le diabète et l’obésité.

Plus de 7 % des participants ayant reçu du Molnupiravir ont été hospitalisés dans les 29 jours, période pendant laquelle aucun décès n’a été signalé dans ce groupe. Dans le groupe placebo, 14,1 % des participants ont été hospitalisés au 29ème jour et huit personnes sont décédées dans ce groupe.

Environ 10 % des personnes des deux groupes ont signalé des effets indésirables. 1,3 % des participants ayant reçu du Molnupiravir ont abandonné le traitement en raison d’effets indésirables. Dans le groupe placebo, ce chiffre était d’environ 3,4 %.

L’étude a été menée sur plus de 170 sites dans des pays comme les États-Unis, le Japon, l’Italie, le Guatemala et le Brésil. Seules les personnes vaccinées ont participé à l’étude. Des études antérieures sur le médicament avaient montré qu’il n’apportait aucun avantage aux personnes chez qui on avait diagnostiqué une maladie grave.

Le Remdesivir a été approuvé pour une utilisation contre la Covid-19 aux États-Unis

« La capacité de prendre une maladie dévastatrice comme la Covid-19 et d’en faire potentiellement une situation gérable par le biais d’un mode d’administration très pratique, à savoir un comprimé oral que vous pouvez prendre chez vous, a des implications importantes pour la capacité à gérer la pandémie en cours », a déclaré le PDG de Merck, Robert Davis.

À l’heure actuelle, le Remdesivir est le seul médicament antiviral a être approuvé pour une utilisation contre la Covid-19 aux États-Unis. Trois thérapies par anticorps qui peuvent aider le système immunitaire à combattre le virus ont été approuvées pour une utilisation d’urgence.

Les actions de Merck ont grimpé en flèche

Le Dr Anthony Fauci, conseiller médical du président Joe Biden, a qualifié les résultats de Merck de « très bonnes nouvelles ». Lors d’une réunion d’information sur la Covid-19, il a révélé que Merck les avait déjà informés sur le médicament et a déclaré qu’ils allaient bientôt soumettre des données pour l’approbation de la FDA. Le laboratoire Merck prévoit de fabriquer les doses nécessaires pour 10 millions de traitements d’ici la fin de l’année. Le gouvernement américain s’est déjà engagé à acheter 1,7 million de doses si le médicament est approuvé par la FDA.

Pendant ce temps, les actions de Merck ont grimpé en flèche après l’annonce du Molnupiravir. En revanche, les actions des fabricants de vaccins Moderna et Pfizer ont chuté. « Nous percevons un léger vent contraire sur les actions de vaccins telles que MRNA (Moderna) si le marché pense que les gens auront moins peur de la Covid-19 et seront moins enclins à se faire vacciner, s’il existe un simple comprimé pouvant traiter la Covid-19 », a déclaré Michael Yee, analyste en biotechnologie chez Jefferies, dans une note sur un client.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.