Press "Enter" to skip to content

Monde. Conditions de travail des journalistes étrangers en Chine

ACTUALITÉ > Monde

Les reporters font face aux obstacles liés à la Covid-19 en Chine

Lauréats du Prix international de la liberté de la presse décerné par le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) : Patricia Campos Mello, Maxence Melo Mubyazi, Shep Smith, Lucía Pineda Ubau, Miguel Mora et Neha Dixit. (Image : CPJ Photos / Flickr / CC BY 2.0)

Un rapport du Club des correspondants étrangers de Chine, ou FCCC de l’anglais Foreign Correspondents Club of China, a révélé que les conditions de travail des journalistes étrangers en Chine se sont détériorées en 2020. Selon le document intitulé Track Trace Expel : Reporting on China Amid a Pandemic, les reporters font face aux obstacles, et aucun d’entre eux n’a signalé que la situation s’était améliorée par rapport aux années précédentes.

Il semble que la propagande communiste chinoise s’oppose de plus en plus aux médias impartiaux sur la question de la vérité dans les reportages. Comme l’indique le document, « les autorités chinoises ont considérablement intensifié leurs efforts en 2020 pour entraver le travail des correspondants étrangers. Toutes les armes du pouvoir d’État - y compris les systèmes de surveillance mis en place pour endiguer le coronavirus - ont été utilisées pour harceler et intimider les journalistes, leurs collègues chinois et ceux que la presse étrangère cherchait à interviewer ».

Sous couvert de l’application de mesures strictes de prévention de la Covid-19 en Chine, de nombreux journalistes ont vu leurs tentatives de reportages étouffées en Chine continentale et à Hong Kong, où l’érosion de la démocratie est de plus en plus manifeste au sein du gouvernement local.

En réponse au rapport du FCCC, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin, a déclaré : « Nous accueillons toujours les médias et les journalistes de tous les pays pour couvrir l’actualité en Chine conformément à la loi... ce à quoi nous nous opposons, c’est le parti pris idéologique contre la Chine et les fausses nouvelles au nom de la liberté de la presse ».

Steven Lee Myers, chef du bureau du New York Times à Pékin, a fait remarquer : « Malgré ce que la Chine dit sur sa volonté d’être ouverte au monde et de montrer à tout le monde quelle société dynamique elle est, elle restreint clairement les reportages sur tout ce qui n’adhère pas à sa vision ».

L’écueil de la Covid-19 en Chine

Le reportage sur la situation de la Covid-19 en Chine s’est avéré difficile, car les journalistes ont vu leur accès à certaines zones restreint et les personnes interrogées ont été intimidées et découragées de fournir des informations. La pandémie a également été utilisée pour empêcher les journalistes de faire des reportages sur des sujets en imposant des quarantaines de 14 jours et des tests inutiles et répétés pour avoir accès aux lieux et aux sujets.

Selon un journaliste américain, « au Xinjiang, nous avons dû passer trois tests Covid en l’espace de cinq jours - dans un hôtel le matin après l’enregistrement, dans une gare à l’arrivée et dans un aéroport à l’arrivée. Nous n’avons jamais reçu les résultats de ces tests, c’est pourquoi nous avons dû continuer à les faire. Dans un village, les fonctionnaires locaux ont également utilisé la Covid-19 comme prétexte pour nous empêcher de faire notre rapport. Ils nous ont fait obstruction et ont dit que nous devions passer un test, alors que nous venions d’être testés 30 minutes plus tôt à la gare ».

Un journaliste américain s’est ainsi déclaré mal à l’aise à l’idée de voyager pour effectuer des reportages à cause de l’application de traçage des contrats sur son téléphone, qui pourrait être utilisée comme moyen de surveillance.

Des zones sensibles

Certains reporters ont subi des agressions physiques alors qu’ils tentaient de couvrir des territoires sensibles, comme les régions chinoises du Xinjiang et de la Mongolie intérieure. En Mongolie intérieure, les autorités chinoises ont fait pression pour que le mandarin soit la principale langue enseignée à l’école, la proportion de Mongols a été réduite dans les classes. Les reporters du Los Angeles Times et de la télévision allemande qui ont couvert la contestation de cette politique en 2020 ont été agressés physiquement et détenus par la police locale. Les reporters font face aux obstacles, et il a été difficile de faire des reportages dans ces régions, car les journalistes n’ont pas pu se rendre sur place, ni interviewer leurs sources.

Comme l’indique le rapport de la FCCC, « le harcèlement des journalistes était particulièrement intense au Xinjiang, où les correspondants étaient visiblement suivis par des policiers ou des agents de sécurité de l’État, où on leur demandait de supprimer les données de leurs appareils et où on les empêchait de parler aux gens ». Le Xinjiang est une région autonome du Nord-Ouest de la Chine, actuellement sous le feu des projecteurs pour le génocide de plus en plus largement reconnu qui a lieu contre les minorités ouïghoures.

Des visas raccourcis

Alors que les tensions entre les États-Unis et la Chine se sont accrues en 2020, les journalistes se sont retrouvés au milieu de la mêlée. Lorsque les États-Unis ont classé plusieurs médias chinois dans la catégorie des missions étrangères et réduit de 160 à 100 le nombre de leurs journalistes autorisés à travailler aux États-Unis, la Chine a riposté en expulsant des journalistes américains du New York Times, du Wall Street Journal et du Washington Post.

Les reporters ont également eu plus de mal à obtenir, ou à renouveler, leur visa de journaliste résident J-1, nécessaire pour les correspondants étrangers. De nombreux journalistes ont éprouvé des difficultés à renouveler leur visa d’un an et se sont vus délivrer des visas plus courts, d’une durée de un à trois mois seulement dans certains cas. Si l’on tient compte du temps nécessaire pour remplir les formalités administratives avant d’être autorisé à travailler, le temps accordé aux journalistes pour faire leurs reportages peut devenir très limité.

Lors du renouvellement des visas, certains journalistes ont été interrogés sur le contenu qu’ils produisaient et sur la conformité des articles rédigés avec les normes que les autorités veulent voir respectées dans les écrits sur la Chine.

Lauréats du Prix international de la liberté de la presse décerné par le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) : Patricia Campos Mello, Maxence Melo Mubyazi, Shep Smith LucíaPinedaUbau, Miguel Mora et Neha Dixit. (Image : CPJ Photos / Flickr / CC BY 2.0)
Des journalistes censurés. (Image : Engin Akyurt / Pixabay)

Statut du journalisme en Chine

Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) a publié un rapport au début de l’année qui identifie la Chine comme ayant le plus de journalistes en détention au monde. Avec le document publié par le FCCC, ce rapport confirme la dégradation constante de l’environnement dans lequel évoluent les médias qui traitent de sujets liés à la Chine et qui s’écartent des propos de la propagande du Parti communiste chinois (PCC).

Le climat de liberté d’expression qui affecte les reportages à Hong Kong est aussi un terrain de plus en plus hostile qui met en péril les médias pro-démocratiques. Jimmy Lai, le propriétaire milliardaire de l’Apple Daily, une revue pro-démocratique de Hong Kong, a fait l’objet de poursuites en vertu de la nouvelle loi sur la sécurité nationale.

Le rapport de la FCCC fait suite à un article récent de Freedom House, « La liberté dans le monde 2021: la démocratie assiégée », qui a déclaré : « Pékin a intensifié sa campagne mondiale de désinformation et de censure pour contrer les retombées de sa dissimulation de l’épidémie initiale de coronavirus, qui a gravement entravé une réponse mondiale rapide dans les premiers jours de la pandémie. »

Rédacteur Gabriel Olamsaint

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.