Press "Enter" to skip to content

Monde. Australie : projet de loi sur la rémunération des médias

ACTUALITÉ > Monde

Le gouvernement australien veut contraindre les plateformes comme Facebook et Google à rémunérer les éditeurs pour accéder à leur contenu d’information. (Image : Gerd Altmann / Pixabay)
 

Le gouvernement australien veut contraindre les plateformes comme Facebook et Google à rémunérer les éditeurs pour accéder à leur contenu d’information. Le projet de loi a reçu un large soutien de tous les partis politiques.

Introduit en décembre dernier, le projet de loi a été examiné de manière approfondie par la commission sénatoriale de législation économique. Google et Facebook, qui représentent 81 % de la publicité en ligne en Australie, ont condamné le projet comme étant irréalisable, ce que les sénateurs ont rejeté. Toutefois, ils ont reconnu que la législation proposée comportait certains risques et devrait être réexaminée au bout d’un an. Le projet de loi devrait être voté au Parlement prochainement.

Google a menacé de bloquer son moteur de recherche en Australie

Le Premier ministre Scott Morrison a déclaré qu’il ne répondait pas aux menaces. Il a souligné que le gouvernement australien a le droit de proposer des règles auxquelles les entreprises doivent se conformer. Facebook a riposté en bloquant l’accès des internautes australiens aux contenus d’actualité sur sa plateforme.

La restriction a été étendue aux pages Facebook d’entités comme le service météorologique du gouvernement australien et le service des incendies d’Australie occidentale. La plateforme a fait l’objet de nombreuses critiques pour ses actes répréhensibles.

La journaliste d’AAP Benita Kolovos a tweeté : « C’est totalement cool et normal en plein milieu d’une pandémie et de la saison des feux de brousse que Facebook limite l’accès des Australiens aux informations... Les pages des gouvernements, des députés, des services de santé, du Bureau de la météorologie, de nombreux refuges pour femmes, et même des émissions de télévision et des stations de radio sont touchées. Comme je l’ai dit, c’est totalement cool et normal de leur part ».

 

Facebook conteste la nouvelle loi australienne sur le paiement des informations. (Image : Gerd Altmann / Pixabay)
Facebook conteste la nouvelle loi australienne sur le paiement des informations. (Image : Gerd Altmann / Pixabay)
 

Un porte-parole du gouvernement du Queensland a déclaré qu’une enquête allait être menée sur les actions de Facebook. Alors que Facebook s’oppose avec véhémence à la législation, Google a considérablement assoupli sa position sur la question.

Google a récemment annoncé qu’il avait signé des contrats d’édition avec News Corp. de Rupert Murdoch et Seven West Media. Une négociation est en cours pour l’Australian Broadcasting Corp., tandis qu’un accord se dessine pour Nine Entertainment.

Robert Thomson, le PDG de News Corp., a remercié le gouvernement pour avoir défendu le journalisme dans le pays. Si Google et Facebook ne parviennent pas à conclure des accords avec les médias, le panel d’arbitrage du gouvernement fixera un prix contraignant pour le contenu.

Seven West Media devrait recevoir de 30,6 à 53,6 millions de dollars de la part de Google, alors que l’accord de Nine Entertainment avec le géant de la technologie est estimé à 23 millions de dollars.

Microsoft exhorte l’administration Biden à adopter la loi australienne sur la rémunération des médias. Dans un blog, le président de Microsoft, Brad Smith, a déclaré que son entreprise soutiendrait de telles lois au Canada, dans l’UE et dans d’autres pays.

« Contrairement à Google, si nous pouvons nous développer, nous sommes prêts à souscrire aux obligations de la nouvelle loi, y compris le partage des revenus tel que proposé avec les organismes de presse... Notre soutien à l’approche australienne a eu un impact immédiat. Dans les 24 heures, Google a téléphoné au Premier ministre pour lui dire qu’il ne voulait pas vraiment quitter le pays après tout. En ce qui concerne le lien sur la page de recherche de Google avec sa menace de partir ? Il a disparu du jour au lendemain », a déclaré M. Smith dans le blog.

Google a critiqué le soutien de Microsoft au projet de loi australien, déclarant que la position de Microsoft est pour des objectifs égoïstes visant à stimuler la part de marché de son moteur de recherche Bing. Google domine le marché australien des moteurs de recherche avec une part de 94,45 %. En revanche, Bing n’a qu’une part de marché de 3,62 %.

Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : Australia’s Proposed Law for News Payments from Social Media Gets Bipartisan Support