Press "Enter" to skip to content

Monde. Afghanistan : la Chine cherche à tirer profit de la victoire des talibans

ACTUALITÉ > Monde

La Chine a été l’un des premiers pays à légitimer la prise de pouvoir des talibans en Afghanistan. La porte-parole du ministère des affaires étrangères, Hua Chunying, a déclaré que Pékin « respectera les souhaits et les choix du peuple afghan ». Selon un article publié dans le Global Times, un journal soutenu par l’État, les entreprises chinoises se préparent maintenant à tirer profit de la victoire des talibans.

« Bien que beaucoup d’incertitudes demeurent, compte tenu de la situation fluide en Afghanistan, il existe d’énormes possibilités de coopération mutuellement bénéfique entre les deux pays, en particulier dans des secteurs tels que les services publics et l’exploitation minière, si le pays sous la direction des Talibans poursuit la paix et le développement après des années de guerre… Les Talibans ont eu une attitude ouverte à la coopération avec la Chine, même avant leur entrée à Kaboul », indique l’article.

En 2020, les entreprises chinoises détenaient des contrats de projets d’infrastructure d’une valeur de 110 millions de dollars en Afghanistan. De nombreux grands projets ont été bloqués en raison de l’instabilité régionale. Petrochina, une société pétrolière et gazière soutenue par l’État, a remporté un contrat pour développer des champs pétroliers à Sar-i-pul et Faryab. L’accord, qui est valable 25 ans, a été signé il y a dix ans, en 2011. Mais le projet est resté inactif.

En 2007, China Metallurgical Group Corp (MCC Group) a obtenu le droit d’exploiter les gisements du projet d’exploitation de la mine de cuivre d’Aynak pendant 30 ans. Le site est la deuxième plus grande mine de cuivre du monde. Le projet n’est toujours pas opérationnel en raison de problèmes de sécurité.

La Chine communiste investit également dans le secteur de l’électricité en Afghanistan. En mai, un groupe d’entreprises chinoises a prévu d’investir 400 millions de dollars dans un projet de production d’électricité à partir de charbon. La centrale augmentera la capacité de production d’électricité du pays de 50 % et aura une capacité installée de 300 mégawatts. Le projet n’est pas encore finalisé.

L’article note qu’il y a un « changement de pouvoir majeur » en Afghanistan, suite au retrait des Etats-Unis, qui permettra aux projets chinois de reprendre avec plus de « coopération gagnant-gagnant » entre les deux pays. Lors d’une réunion avec des responsables chinois le 28 juillet, le représentant de la commission politique des talibans, le mollah Abdul Ghani Baradar, a exprimé l’espoir que la Chine communiste s’implique davantage dans le développement économique de l’Afghanistan.

Opportunités minières

La Chine communiste s’intéresse à l’Afghanistan parce qu’il abrite un trésor de gisements de minéraux essentiels. Il s’agit notamment d’éléments de terres rares, essentiels à la production de puces informatiques qui alimentent les appareils de haute technologie. Les systèmes GPS, les drones, les missiles hypersoniques, les avions furtifs, les satellites, les véhicules électriques et les éoliennes utilisent tous des éléments de terres rares à un certain stade de leur production.

L’ancien chef du parti du Brexit, Nigel Farage, explique dans Newsweek que le sel, l’or et le pétrole ont historiquement été essentiels aux économies mondiales, aujourd’hui, c’est le lithium, un métal industriel essentiel à la construction des batteries des véhicules électriques. L’Afghanistan possède certains des plus grands gisements de lithium au monde.

Les gisements de lithium de l’Afghanistan sont « estimés à une valeur comprise entre 1 000 et 3 000 milliards de dollars ». « La mauvaise nouvelle est que la décision de Joe Biden de retirer les troupes américaines de ce pays a unilatéralement - et littéralement - livré tout le potentiel lié à ces gisements de lithium aux communistes chinois », écrit Nigel Farage.

Les gisements de lithium en Afghanistan ont été découverts pour la première fois par l’Union soviétique dans les années 1980, à une époque où la demande était relativement faible. Un mémo du Pentagone datant de 2010 indiquait que l’Afghanistan pourrait devenir « l’Arabie saoudite du lithium ».

La Chine communiste est déjà le leader mondial de la production de terres rares. Près de 35 % des réserves mondiales de terres rares se trouvent en Chine communiste. Le pays représente 70 % de la production mondiale de terres rares. Si Pékin parvient à établir une forte influence en Afghanistan, le régime communiste pourrait renforcer son emprise sur l’industrie mondiale des terres rares.

Menaces terroristes

Bien que la Chine souhaite exploiter les opportunités économiques en Afghanistan, elle est également consciente des activités terroristes potentielles dans la région. Quelques heures à peine après avoir exprimé l’espoir que les talibans mettent en place un gouvernement islamique « ouvert et inclusif », la Chine a lancé un avertissement selon lequel le pays ne devait pas devenir un vivier d’éléments radicaux.

« L’Afghanistan ne doit plus jamais devenir le paradis des terroristes. Nous espérons que les talibans afghans tiendront sincèrement leurs engagements et rompront définitivement avec les organisations terroristes », a déclaré Geng Shuang, le représentant permanent adjoint de la Chine auprès des Nations unies, lors d’une réunion d’urgence au Conseil de sécurité des Nations unies.

La Chine s’inquiète pour des régions comme le Xinjiang, où le régime communiste persécute les Ouïghours et d’autres minorités. Les mouvements islamistes pourraient être attisés par le soutien de l’Afghanistan. Un groupe considéré comme une menace majeure par le gouvernement chinois est le Mouvement islamique du Turkestan oriental (ETIM), qui serait affilié à Al-Qaïda.

Un récent rapport des Nations unies a averti que plusieurs centaines de militants de l’ETIM convergeaient vers le pays. La région du Xinjiang a des frontières communes avec l’Afghanistan, ce qui facilite la circulation des militants entre les deux nations.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.