Press "Enter" to skip to content

Chine. Le système de pouvoir de Xi Jinping serait-il remis en cause ?

ACTUALITÉ > Chine

En Chine, dans la situation difficile provoquée par la récession économique et les effets de la guerre en Ukraine, le système de pouvoir du secrétaire général du Parti communiste chinois (PCC) Xi Jinping, montrerait de « légères fissures ». Certains anciens du PCC, dont Zhu Rongji, remettent en question le système de direction actuel et s’opposent à la réélection de Xi Jinping au poste de secrétaire général.

Les dirigeants du PCC à la retraite remettent en question la politique de Xi Jinping

Le Wall Street Journal a publié un article le 15 mars 2022, intitulé Rollback of Xi Jinping’s Economic Campaign Exposes Cracks in His Power. Selon l’article, Xi Jinping est désormais confronté non seulement à la pression occidentale pour maintenir les relations avec la Russie, mais aussi à un grave ralentissement économique dans son pays. Ce nouveau malaise a remis en question sa position « inébranlable » de dirigeant.

Le journal a cité des initiés du PCC. Ces derniers ont déclaré que certains anciens hauts dirigeants du Parti communiste, qui ont encore un poids politique, dont l’ancien Premier ministre Zhu Rongji, se sont récemment exprimés contre le désir de Xi Jinping de rompre avec le système établi de succession des dirigeants. Zhu Rongji a remis en question, en privé, la politique de Xi Jinping « centrée sur les entreprises publiques ».

Le pouvoir de Xi Jinping semblait invincible en 2021, a souligné l’article. Mais aujourd’hui, son éloignement du capitalisme et de l’Occident a plongé l’économie chinoise dans l’incertitude et révélé de « petites fissures » dans son emprise sur le pouvoir.

L’épidémie due à la Covid-19 et la guerre russo-ukrainienne provoquent des difficultés pour le PCC

L’article précise que la croissance économique de la Chine a fortement ralenti à la fin de l’année 2021, après que Xi Jinping a resserré son emprise sur une série d’entreprises privées : notamment celles des secteurs de la technique et de l’immobilier, ce qui a alarmé les hauts responsables du PCC. Pendant ce temps, les mesures de confinement strictes du PCC ont été à nouveau renforcées, alors que le nombre d’infections dû à la Covid-19 augmente en Chine, ce qui nuit aux dépenses des consommateurs chinois et à la production des usines. Alors que les mesures de contrôle strictes constituent un élément important de la stratégie de Xi Jinping pour faire face à la crise épidémique.

En ce qui concerne les relations extérieures, l’article suggère que l’accord conclu avec la Russie début février, quelques semaines seulement avant l’invasion russe de l’Ukraine, a creusé le fossé entre la Chine et l’Occident. Pour cette raison, les autorités chinoises tentent de maintenir l’accord avec la Russie tout en évitant un effondrement des relations avec l’Occident.

Les responsables sont particulièrement préoccupés par le plongeon de la croissance économique à 4 %, au quatrième trimestre de 2021, dans un contexte de tension avec l’Occident. Ils parlent maintenant d’une « correction de trajectoire » pour tenter d’atténuer certains des effets des politiques de Xi Jinping. Ils soulignent le prix élevé que le PCC pourrait avoir à payer pour la mise en œuvre des politiques de Xi Jinping : tant en politique intérieure qu’en politique étrangère.

Rédacteur Jean-Baptiste Adrien-Clotaire

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.