Press "Enter" to skip to content

Chine.  Les ruées bancaires chinoises actuelles menacent de déclencher un plus grand scandale

ACTUALITÉ > Chine

Des anomalies telles que des ruées bancaires et le gel sans avertissement des dépôts des déposants ont récemment éclaté dans le système financier chinois. Dans la province du Henan, les banques de village ont gelé les dépôts des déposants sans prévenir. L’Agricultural Bank of China, l’une des quatre plus grandes banques de Chine, a annoncé que les déposants ne pouvaient retirer qu’un maximum de 1 000 RMB par jour. Même la Banque de Chine à Shenzhen a connu une ruée massive des déposants.

Le gouvernement chinois a indirectement confirmé qu’il y avait une ruée bancaire en Chine

Le Free Times et les médias étrangers rapportent que le gouvernement chinois, qui a été réticent à l’admettre, a récemment confirmé indirectement qu’il y a eu une ruée bancaire en Chine.

Le siège de la Banque populaire de Chine à Shanghai a déclaré le 20 juin que les transferts d’argent liquide au cours de la seule première moitié du mois de juin avaient atteint près de quatre fois le niveau de la même période l’année dernière.

Une ruée sur une banque ou une institution financière se produit lorsqu’un grand nombre de clients déposants demandent à retirer leurs propres fonds. Elle se produit généralement lorsqu’une publicité négative importante est faite sur les activités d’une banque. La banque est soumise à un retrait massif et intense et peut ne pas être en mesure de faire face à ses obligations, elle peut déclarer des difficultés opérationnelles. Si aucune autre aide n’est disponible ou si la ruée ne faiblit pas, la banque est susceptible de s’effondrer et de devenir insolvable.

Le média officiel chinois, Chinanews, a rapporté qu’entre le 1er et le 15 juin, la Banque populaire de Chine avait sorti près de quatre fois plus de liquidités que la même période en 2021. Cependant, la banque n’a pas précisé si le montant total de l’argent liquide était suffisant pour répondre aux besoins de retrait des personnes.

Au cours des dernières années, les ruées sur des milliers de banques régionales en Chine se sont multipliées et, en 2019, les régulateurs ont pris le contrôle de la Baoshang Bank, une banque régionale de Mongolie-intérieure, en invoquant de « sérieux risques de crédit » et des liens étroits avec Xiao Jianhua, le chef de la « faction Tomorrow Holding Company » de Chine. Depuis lors, la santé des petites banques chinoises fait l’objet d’un examen attentif.

Les données de la banque centrale au mois de décembre de l’année dernière ont montré que, bien que ces institutions « à haut risque » ne représentent que 1 % du total des actifs du système bancaire chinois, les ruées bancaires ont suscité l’inquiétude des régulateurs quant au risque potentiel de propagation d’une crise financière et d’instabilité sociale.

Analyse d’experts : crainte de détournement des fonds des déposants

Dans son émission « Wen Zhao sur le passé et le présent » du 20 juin, le commentateur d’actualités Wen Zhao a émis l’hypothèse que les autorités chinoises avaient « détourné les économies des déposants pour se lancer dans la campagne zéro Covid afin de prévenir l’épidémie ».

Trois ans de zéro Covid, c’est à peu près la même chose que de mener une guerre de trois ans, laissant les collectivités locales en grande difficulté financière. Lorsque le gouvernement s’est retrouvé à court d’argent, il a d’abord demandé aux entreprises de payer les tests PCR, puis a utilisé le fonds d’assurance maladie. « Alors ne peut-il pas détourner l’épargne personnelle ? ».

Wen Zhao a déclaré qu’historiquement, la Chine a souvent utilisé les instruments financiers comme pouvoir fiscal, en particulier les épargnes. De plus, le pouvoir du gouvernement est si grand qu’en cas de pénurie d’argent, l’épargne, où qu’elle se trouve, devient une vache à lait pour le gouvernement.

En réponse, l’universitaire Xie Tian a déclaré : « L’ampleur du scandale du détournement et du vol des dépôts des déposants par les directeurs des banques de village est choquante », mais ce qui a été révélé n’est que la partie émergée de l’iceberg.

Xie Tian a souligné qu’avec le fort ralentissement de l’économie chinoise, les finances locales connaissent de graves pénuries. Les entreprises chinoises, « notamment dans le secteur de l’immobilier, ont du mal à rembourser leurs dettes ». Les paniques bancaires seront probablement plus fréquentes et à plus grande échelle.

Dans le cas de la ruée vers les banques de la province du Henan, le régulateur, l’organisme de réglementation des banques et des assurances de Chine a déclaré aux déposants le mois dernier « qu’après une enquête préliminaire, le principal actionnaire des quatre principales banques, Henan New Fortune Group, est soupçonné de collusion avec le personnel de la banque pour lever illégalement des fonds en utilisant des canaux en ligne et des systèmes tiers ». L’organisme de réglementation des banques et des assurances de Chine a ajouté que la police avait ouvert une enquête sur cette affaire.

Les quatre banques du Henan ont déclaré qu’elles allaient commencer à recueillir des informations auprès des clients touchés par la fermeture du système de transaction en ligne. Mais cela ne va pas du tout aider les déposants. Conformément à l’article 5 du règlement sur l’assurance-dépôts, entré en vigueur cette année, l’assurance-dépôts est soumise à une limite de paiement de 500 000 RMB maximum.

En d’autres termes, même si un déposant possède plus de quelques millions de RMB en dépôt, le maximum qu’il peut obtenir dans ce cas est de 500 000 RMB. Si le gouvernement enquête et découvre que leurs épargnes font l’objet de transactions irrégulières, les déposants peuvent ne même pas recevoir un centime. On ne sait pas encore si la banque du village en question avait assuré les dépôts des déposants conformément à la réglementation.

Les ruées bancaires chinoises s’intensifient alors qu’un cygne noir* menace de se produire

L’économiste Li Hengqing a déclaré que si une ruée massive sur les banques chinoises devait éclater, le résultat serait inimaginable. La Banque de Chine en général est responsable des dépenses financières locales, tandis que les allocations financières et les taxes locales sont généralement assumées par les succursales locales de la Banque de Chine.

Mais le fait qu’une telle ruée se soit produite montre que la Chine se trouve désormais dans une situation de mauvaise dette financière très grave. La corruption du gouvernement communiste chinois a fait que les banques n’ont plus de crédit du tout. Les gouvernements à tous les niveaux « consomment directement le crédit des banques ». La crainte pour la sécurité des dépôts personnels peut conduire à des troubles sociaux à tout moment.

Selon Li Hengqing, il y a des milliers de banques locales en Chine qui sont devenues des portefeuilles pour les gouvernements locaux, sans aucun contrôle. Et il n’y a pas d’autre issue pour le peuple que de craindre pour la sécurité de leurs biens personnels.

Dans le cas de cette vague de ruée bancaire, les experts évaluent l’effet domino que l’événement pourrait avoir sur d’autres banques, notamment sur le prêt immobilier. Comme l’immobilier représente 30 % du PIB de la Chine, les prêts immobiliers représentent 30 % du solde des prêts des institutions financières chinoises.

Selon certains experts, la principale préoccupation du gouvernement chinois est le mécontentement de la population, provoqué par les ruées bancaires. Si la ruée s’intensifie, le marché immobilier, déjà très volatil, pourrait être confronté à un effet cygne noir encore plus grave que la crise du groupe Evergrande.

* La théorie du cygne noir : la puissance de l'imprévisible, est une théorie selon laquelle on appelle cygne noir un certain événement imprévisible qui a une faible probabilité de se dérouler. Elle a été, dans un premier temps, appliquée à la finance.

Rédacteur Yi Ming

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.