Press "Enter" to skip to content

Chine. Les politiques des autorités chinoises et la crise démographique en Chine

ACTUALITÉ > Chine

La Chine fait face à une crise démographique, annonçant son premier déclin démographique depuis le Grand Bond en avant, il y a plus de 60 ans. À cette occasion, Reuters publiait le 17 janvier un résumé de la politique démographique du Parti communiste chinois (PCC).

Politiques portant sur le nombre d’enfants par famille

Le Parti communiste chinois (PCC) avait mis en place une politique de l’enfant unique de 1980 à 2015, inquiète des conséquences économiques et sociales que pourrait provoquer une population qui continuait à croître rapidement.

La politique de limitation des familles à un seul enfant était strictement appliquée. Les contrevenants étaient condamnés à une amende et les mères étaient souvent obligées d’avorter. Cette politique a conduit à de nombreux avortements selon le sexe, l’histoire et la culture. En conséquence, la Chine d’aujourd’hui a un ratio déséquilibré d’hommes et de femmes.

Pékin a admis une seule fois que cette politique a empêché 400 millions de naissances. Depuis 2016, le PCC est passé à une politique des deux enfants , permettant à tous les couples d’avoir un deuxième enfant. En 2021, Pékin a déclaré qu’il autoriserait les couples à avoir trois enfants .

La crise démographique chinoise : un problème de fond

Au-delà de la politique de l’enfant unique, le coût élevé de l’éducation et les options de garde d’enfants limitées ont rendu de nombreuses familles chinoises réticentes à avoir plus d’un enfant et les ont incitées à faire le choix de n’avoir aucun enfant.

Pour encourager davantage de naissances, à partir de 2021, les gouvernements locaux ont mis en place des incitations, notamment des déductions fiscales, une augmentation du congé de maternité et des logements subventionnés.

Pékin a également interdit aux sociétés spécialisées dans les cours particuliers de tirer profit de l’enseignement des matières scolaires de base et de la tenue de cours le week-end ou les jours fériés. Une activité privée qui coûtait très cher.

Par ailleurs, en août dernier, la Commission nationale chinoise de la santé a appelé les gouvernements central et provinciaux à augmenter les dépenses consacrées à la reproduction médicale assistée et à améliorer les services de garde d’enfants dans tout le pays.

Le Conseil d’État de la République populaire de Chine a déclaré l’année dernière qu’il déployait de nouvelles mesures pour encourager les horaires de travail flexibles et la possibilité de travailler à domicile pour les employés ayant des enfants.

Ainsi, l’année dernière, le Conseil d’État a déclaré que les gouvernements locaux devaient fournir des logements préférentiels aux familles nombreuses, par exemple en fournissant des appartements publics plus grands.

Shenzhen, une ville du sud de la Chine, subventionne chaque année les couples qui ont un troisième enfant ou plus de plus de 6 000 yuans ( 820 euros) jusqu’à ce que l’enfant atteigne l’âge de trois ans.

À Jinan, la capitale de la province chinoise du Shandong, les mères qui ont donné naissance à un deuxième ou un troisième enfant peuvent recevoir une allocation mensuelle de 600 yuans jusqu’à ce que l’enfant ait trois ans.

Les politiques des autorités chinoises et la crise démographique en Chine
La mise en œuvre de la politique chinoise des trois enfants ne semble pas être une mesure qui pourrait résoudre les besoins urgents du pays. (Image :  note thanun / unsplash) 

La Chine annonce son premier déclin démographique depuis 1961

Le Bureau national chinois des statistiques (NBS) vient de publier les chiffres pour la fin de 2022, affirmant que le pays a perdu environ 850 000 habitants et ne compte désormais que 1,41175 milliard d’habitants. Selon ces chiffres, l’Inde deviendrait cette année le pays le plus peuplé, prenant la place de la Chine.

The Guardian a cité un responsable chinois disant peu de temps avant la publication des chiffres : « Les experts dans le domaine de la population et de l’économie ont prédit qu’en 2022, ou 2023 au plus tard, [la Chine] entrera dans une période de déclin continu de la population ».

CNN a également cité le président et économiste en chef de Pinpoint Asset Management, Zhiwei Zhang, qui développe un point de vue similaire : « La population est susceptible de décliner d’ici à de nombreuses années. »

« C’est vraiment un tournant historique, le début d’un déclin démographique long et irréversible », a déclaré au Financial Times, un expert chinois en démographie à l’Université de Californie à Irvine.

Commentant cette annonce de l’État chinois, l’agence de presse Reuters a repris les termes du célèbre chercheur Yi Fuxian : « Les perspectives pour la population et l’économie de la Chine sont beaucoup plus sombres que prévu ».

Mais les chiffres sont remis en question

Il y a plus d’un an, Yi Fuxian, l’auteur du livre Big Country, with an Empty Nest qui portait un regard critique sur la politique de l’enfant unique du PCC, a averti que les chiffres de la Chine n’étaient pas entièrement fiables et que dans les faits, il pourrait s’agir de centaines de millions de moins que le chiffre annoncé par le gouvernement. Par exemple, en 2020, le chiffre officiel était de 1,41 milliard de personnes, mais selon lui, en réalité, il ne pourrait être que de 1,28 milliard.

Une autre étude japonaise de juin 2021, basée sur la consommation de sel, a estimé que la population chinoise a chuté au cours des 10 dernières années, se situant désormais à environ 800 millions de personnes.

Un professeur de l’Université de Caroline du Sud a déclaré que l’utilisation du sel pour calculer la population réelle de la Chine comportait bien sûr des lacunes en matière d’inférence, et que l’utilisation intensive de diverses méthodes indirectes pour estimer la population chinoise n’était en fait qu’une question de volonté. Car, ce sont également des problèmes liés à la falsification, à la tromperie et à la dissimulation que le PCC offre au monde. Dans aucun pays du monde, il ne semble y avoir de possibilité de fraude au recensement. Ce n’est qu’en Chine, sous le règne du PCC , que les chiffres de la population se révèlent peu fiables.

Si la population de la Chine est en réalité inférieure à 1,4 milliard, ou à 1,3 milliard, ou même se situe seulement à 800 millions, comment ce déclin et cette perte démographique se sont-ils finalement produits ?

Rédacteur Yasmine Dif

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.