Press "Enter" to skip to content

Chine. Les Mongols de Chine accusent le PCC de génocide culturel

ACTUALITÉ > Chine

Les Mongols du Sud (Mongolie intérieure) accusent le gouvernement chinois de pratiquer un génocide culturel. (Image : aseay0 / Pixabay)
 

Le Centre d’information sur les droits de l’homme de Mongolie méridionale (SMHRIC), un groupe basé à New York, a assimilé les actions récentes de Pékin au génocide culturel des Mongols. Le Parti communiste chinois (PCC) a été largement condamné pour son génocide des Ouïghours. Mais aujourd’hui, le PCC prendrait des mesures visant à éradiquer l’enseignement du mongol dans la région de la Mongolie intérieure, que certains Mongols de souche préfèrent appeler la Mongolie du sud.

Le SMHRIC a déclaré dans un communiqué : « Omniprésentes dans la région, les publicités politiques soulignent l’importance de l’unité nationale et de l’harmonie ethnique, et nombre d’entre elles visent spécifiquement les enfants mongols. » Les médias d’État de la région, dont fait partie l’IMRT, ont reçu l’ordre de ne plus utiliser du tout de contenu mongol. Ils ont été invités à utiliser des programmes basés sur la culture chinoise Han à la place. Cette mesure a suscité de vives critiques de la part des communautés locales de la région.

Selon le SMHRIC, les hymnes patriotiques centrés sur le PCC ont remplacé les chansons traditionnelles mongoles et les adultes d’origine mongole sont soumis à des campagnes d’apprentissage de la langue chinoise. Dans les écoles secondaires, les Mongols de souche sont intégrés de force dans les programmes des cadets de l’armée.

Une telle évolution pourrait conduire à l’éradication de la culture mongole traditionnelle. Le gouvernement régional a déclaré que les écoles ne devaient pas utiliser nombre de manuels d’histoire mongole. Yang Haiying, un universitaire de l’ethnie mongole, étudiant à l’université nationale de Shizuoka au Japon, a déclaré : « Quand ils parlent de la nation chinoise, ils parlent du nationalisme chinois Han. Tous ces discours sur la possibilité pour les Mongols, les Tibétains et les Ouïghours de s’intégrer à la nation chinoise visent en fait à les assimiler. Le gouvernement chinois n’est même plus disposé à leur permettre de coexister. »

Selon le SMHRIC, le PCC est déterminé à éliminer toute trace de culture mongole du système éducatif. Les enfants de l’ethnie mongole qui fréquentent les jardins d’enfants reçoivent également un enseignement en mandarin au lieu de la langue mongole. De plus, à partir de janvier 2021, les écoles mongoles ont interdit la pratique d’activités extrascolaires, y compris les clubs.

La défiance des Mongols augmente

Malgré la situation, des voix de défiance se font entendre. En Mongolie du Sud, on trouve des signes tels que « Sauvez notre langue maternelle » sur les fenêtres et les autocollants de pare-chocs. Des messages codés, des poèmes et des chansons circulent par le biais de messages WeChat, exhortant leurs compatriotes mongols à ne jamais abandonner, tout en aspirant à l’effondrement final du régime colonial chinois.

Bien que les autorités interdisent l’enseignement et l’apprentissage du mongol, des volontaires proposent des cours en ligne pour enseigner la langue, l’histoire et la culture mongoles via les réseaux sociaux disponibles dans la région. Certains rallient les parents de Mongolie intérieure pour qu’ils envoient leurs enfants en Mongolie, qui est un pays voisin indépendant, afin qu’ils reçoivent une éducation en mongol.

Protestant contre l’intensification de l’endoctrinement de « l’identité commune de la nationalité chinoise » par le biais d’émissions télévisées, de nombreuses familles de Mongolie intérieure ont cessé de regarder la télévision.

« La vie s’est déroulée des milliers d’années sans télévision », a déclaré un parent mongol au SMHRIC, ajoutant que sa famille et ses amis avaient débranché leur télévision il y a des mois. « Ils peuvent nous enlever notre culture et notre langue. Mais ils ne peuvent pas nous enlever notre âme et notre esprit. Nous devons surmonter cette épreuve. Nous croyons que rien ne dure éternellement, y compris cette période difficile. »

Traduit par Gabriel Olamsaint

Version en anglais : China’s Ethnic Mongolians Accuse CCP of Cultural Genocide