Press "Enter" to skip to content

Opinion. Deuil national ou 70ème anniversaire du Parti ? Histoire de la souffrance du peuple chinois (2/6)

TENDANCE > Opinion

Le 1er octobre est un jour férié officiel en Chine. C’est le jour anniversaire de la création du Parti communiste chinois (PCC). Avec le Nouvel An chinois, il s’agit des deux plus longs jours fériés en Chine. Le peuple chinois, en profitant de ce long congé, peut parfois ne pas prêter attention à la signification de cette « semaine d’or » qui célèbre le fait que la « République populaire de Chine » a été établie en Chine. Souvent, il ignore qu’après l’émergence de la « République populaire de Chine » sur le sol chinois, celle-ci a apporté souffrances, désastres et privations au peuple chinois.

En effet, après la création du Parti communiste chinois, pas moins de 80 millions de Chinois sont morts de faim, de persécution et sous les tirs d’armes à feu, lors d’une période de paix, où il n’y avait aucune invasion étrangère. Cette estimation des chercheurs occidentaux a été confirmée ces dernières années par les recherches et les études de quelques courageux chercheurs en Chine.

Les informations et les chiffres suivants sont des extraits de la lecture de journaux. Ils ne sont que la partie émergée de l’iceberg du mal communiste.

Deuil national ou 70ème anniversaire du Parti ? Histoire de la souffrance du peuple chinois
Selon Rudolph Rummel, qui était professeur de sciences politiques à l’université d’Hawaï, spécialiste des morts non naturelles dans les pays communistes : « 27 millions de personnes sont mortes de faim pendant l’ère de Mao ». (Image : wikimedia / The original uploader was Lecter at Chinese Wikipedia. / CC BY-SA 3.0)
  1. 1959 – 1963 : la troisième période de la création du Parti communiste chinois

De la seconde moitié de 1959 à la fin de 1962, les chiffres du recensement en Chine ont montré une forte baisse de la population. Les autorités communistes ont attribué le déclin de la population aux « trois années de catastrophes naturelles » : c’est-à-dire à la famine causée par la réduction de la production de céréales. Mais un nombre croissant d’informations internes et de recherches à l’étranger ont récemment confirmé qu’il s’agissait d’un « désastre causé par l’homme » : le résultat d’une erreur politique et que le nombre de morts était stupéfiant.

L’échec de la politique du Grand Bond en avant du Parti communiste

Les premiers chiffres spécifiques en Occident se trouvent dans le rapport China’s Changing Population publié au début des années 1980 par le Dr Judith Bannister, statisticienne au Bureau du recensement des États-Unis. Elle a extrapolé à partir des taux de natalité et de mortalité historiques de la Chine et conclu que « 30 millions de personnes sont mortes de faim au cours de la catastrophe de trois ans qui a suivi l’échec de la politique du Grand Bond en avant du Parti communiste ».

Rudolph Rummel, qui était professeur de sciences politiques à l’université d’Hawaï, spécialiste des morts non naturelles dans les pays communistes, a publié dans le Wall Street Journal (7 juillet 1986), War Is not This Century’s Biggest Killer : « 27 millions de personnes sont mortes de faim pendant l’ère de Mao ».

Harrison Salisbury, ancien directeur adjoint de la rédaction du New York Times, a publié en 1992 une monographie intitulée The New Emperors : China in the Era of Mao and Deng. M. Salisbury s’est rendu en Chine à plusieurs reprises et a interviewé Zhao Ziyang, Yang Shangkun et Bo Yibo. De nombreux chiffres figurant dans le livre proviennent de hauts responsables du Parti communiste chinois.

À propos de la famine du début des années 1960, le livre cite un haut fonctionnaire du ministère chinois de la sécurité publique, qui estime que 30 millions de personnes sont mortes de faim sur la base des « certificats de céréales » émis à l’époque dans tout le pays (ces « certificats de céréales » n’ont plus jamais été utilisés). Selon l’ancien secrétaire général du PCC, Zhao Ziyang, « Le nombre de personnes mortes de faim à cette époque se situait entre 43 et 46 millions ».

En 1996, Jasper Becker : ancien journaliste de la BBC et directeur des reportages du South China Morning Post, journal anglophone de Hong Kong, basé à Pékin, a vu sa monographie Hungry Ghosts : China’s Secret Famine publiée à Londres. Ce livre fournit les premières interviews et recherches approfondies sur le nombre de personnes mourant de faim en Chine au début des années 1960. Il contient une grande partie des premières données publiées, car Jasper Becker s’est rendu dans plusieurs provinces chinoises pour examiner les « histoires locales » et a eu un accès direct à certains documents du Parti communiste grâce à des contacts personnels.

D’après les entretiens de Jasper Becker, il y aurait eu trois raisons à la famine à cette époque.

  • Premièrement, le Grand Bond en avant, alors que 90 millions de personnes étaient engagées dans la production d’acier sans s’occuper des terres agricoles.
  • Deuxièmement, le Grand Bond en avant, qui a faussé la production de céréales et amené les autorités à croire qu’il y avait suffisamment de céréales dans les campagnes. Non seulement elles n’ont pas délivré de céréales, mais elles ont continué à réquisitionner des céréales sur la base des chiffres projetés à partir de la production faussée.
  • Troisièmement, lorsqu’il y a eu une pénurie de céréales, les décideurs de Pékin ont pensé que les rumeurs étaient propagées par les droitiers qui étaient passés à travers les mailles du filet et que les paysans cachaient des céréales contre le Parti communiste.

Ils ont donc continué à utiliser des moyens coercitifs pour réquisitionner les céréales et réprimer les paysans qui disaient avoir faim : interdisant aux villageois de fuir à la recherche de céréales.

Deuil national ou 70ème anniversaire du Parti ? Histoire de la souffrance du peuple chinois
Le Sichuan, la province la plus peuplée de Chine, a présenté également un taux assez alarmant de décès dus à la famine avec un nombre de morts se situant entre sept et neuf millions. (Image : wikimedia / Joowwww / Domaine publique)

Cette famine provoquée par l’homme a entraîné des décès massifs, le livre de Becker a révélé que cinq provinces : Henan, Anhui, Sichuan, Gansu et Guizhou ont été les plus touchées. De nombreuses villes de la province du Henan affichaient un taux de famine de 20 à 30 %. La région de Xinyang, qui comptait 8 millions d’habitants en 1958, s’est retrouvée avec 4 millions de personnes mortes de faim, soit un taux de mortalité de 50 %, le plus élevé de Chine à l’époque.

Dans la province d’Anhui, qui comptait à l’époque 33 millions d’habitants, « 2,37 millions de personnes sont mortes de faim. Le pire de ces cas s’est produit dans le comté de Fengyang : 5 100 personnes sont mortes de faim et l’on compte 3 304 orphelins (pour la plupart âgés de moins de 10 ans) ».

Les cadres du parti continuaient la persécution croyant au sabotage

« A Fengyang, face à la famine, les cadres communistes, croyant qu’il s’agissait d’un sabotage de l’ennemi de classe, ont persécuté les paysans qui prétendaient avoir faim et ceux qui étaient soupçonnés de cacher de la nourriture, notamment en les enterrant vivants, en les étranglant avec des cordes et en leur coupant le nez et d’autres organes. …… Le nombre de personnes persécutées a atteint 28 026, dont 441 ont été torturées à mort, 383 ont été condamnées à mort ou ont été estropiées à vie et 382 des plus de 2 000 personnes mises en prison sont mortes en prison ».

Le rapport Fengyang, du PCC a été rédigé par Chen Zhenya en février 1961, sur la base d’informations communiquées par les communes du comté, dans le numéro de mars 1994 du magazine Open de Hong Kong. Il a ensuite été diffusé à l’étranger. Il indique que 60 245 personnes sont mortes de faim dans le comté (près d’un cinquième de la population rurale du comté), que 8 404 familles sont mortes de faim et qu’il y a eu 603 cas de cannibalisme.

Selon Hungry Ghosts, sur les 12 millions d’habitants que comptait la province du Gansu à l’époque, l’estimation la plus basse est que 690 000 personnes sont mortes de faim. Dans le Guizhou, qui comptait à l’époque 16 millions d’habitants, « environ un million de personnes sont mortes de faim. Parmi elles, seules une sur huit a survécu dans la région de Zunyi : où s’est tenue la célèbre conférence de Zunyi pendant la Longue Marche du Parti communiste ».

Le Sichuan, la province la plus peuplée de Chine, a présenté également un taux assez alarmant de décès dus à la famine. L’enquête de Jasper Becker estime que le nombre de
morts dans le Sichuan se situe entre sept et neuf millions.

Les estimations statistiques pour les cinq provinces susmentionnées font état de 21,4 millions de décès, soit :

  • Henan : 7,8 millions
  • Anhui, : 2,3 millions
  • Gansu : 1,3 million
  • Guizhou : 1 million
  • Sichuan : 9 millions.

En 2008, le journaliste chinois Yang Jijian, qui a consacré 15 ans à des recherches et des entretiens, a publié un rapport à Hong Kong sous le titre Tombstone - A Chronicle of the Great Famine of the 1960s in China. Ce livre de 1 100 pages et 800 000 mots a été considéré par les experts comme l’enquête la plus détaillée et la plus approfondie à ce jour sur le nombre de morts et les causes de la « grande famine » en Chine. Yang Jijian a conclu que 36 millions de personnes sont mortes de faim en Chine à cette époque.

Le livre fournit de nombreux témoignages de première main sur le cannibalisme sévère qui s’est produit dans la région de Xinyang, dans la province du Henan, à la suite de la famine. Dans les trois comtés où la plupart des gens sont morts de faim (Guangshan, Huai Bin et Shangcheng), de nombreuses personnes interrogées par Yang Jijian ont déclaré avoir été témoins de cas de cannibalisme à l’époque. Dans le comté de Hao, dans la province d’Anhui, plus de 200 000 personnes sont mortes de faim.

Un peuple chinois affamé, mais une année de céréales en stock

Le livre fournit une information inédite dans les monographies sur le sujet. Pendant les 12 mois de la grande famine qui a frappé la Chine à l’époque, lorsque le plus grand nombre de personnes sont mortes de faim, les registres du ministère chinois de l’alimentation montrent qu’il y avait encore 88,7 milliards de livres de céréales en stock. Même au plus fort de la famine, la Chine avait encore 40,3 milliards de quintaux de céréales en stock. Ce qui, selon les normes de l’époque, correspondait à une année de rations pour 140 millions de personnes.

Certains commentateurs ont déclaré que si le moyen de lutter contre la famine dans l’histoire ancestrale de la Chine, qui était d’ouvrir et de libérer les céréales, avaient été utilisés, même si la moitié de celles-ci étaient retirées pour lutter contre la catastrophe, les gens ne seraient pas morts de faim de cette manière. Ces chiffres sont une preuve supplémentaire qu’il s’agit d’une mort massive causée par une politique totalement imputable à l’homme.

Jin Hui, un universitaire de l’université de Shanghai, qui a donné le plus d’estimations du nombre de morts de la famine en Chine, a déclaré dans son article Mémoires d’une catastrophe naturelle de trois ans, publié dans le mensuel Society (avril/mai 1993), édité par la faculté des arts de l’université : « Entre 1959 et 1961, le nombre de morts non naturelles dans toute la Chine pourrait être compris entre 40,4 millions et 43,19 millions ».

Le chiffre de 43,19 millions avancé par Jin Hui est basé sur la population totale, le taux de natalité et le taux de mortalité publiés pour chaque année par le Bureau national des statistiques de Chine et sur des enquêtes. Il est remarquable, parce qu’il a été publié dans un journal officiel chinois : qui a ensuite été interdit par les autorités pour avoir publié l’article.

D’après les différents résultats des recherches menées par des experts et des universitaires en Chine et à l’étranger, il est clair que la famine en Chine a fait au moins 30 millions de morts et qu’elle a été causée par les politiques de l’homme, une « catastrophe causée par l’homme » !

Rédacteur Jean-Baptiste Adrien-Clotaire

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.