Press "Enter" to skip to content

Bien-être. La raison pour laquelle vous ne pouvez pas atteindre la tranquillité pendant la méditation  

SANTÉ > Bien-être

Dans l’agitation de la vie quotidienne où nous nous efforçons d’accomplir nos tâches, nos neurones semblent fonctionner en continu. Avec des milliers de pensées traitées chaque jour, il s’avère presque impossible de calmer l’esprit, même lorsque le corps est au repos. Quelle est donc la raison pour laquelle vous ne pouvez pas atteindre la tranquillité pendant la méditation ?

Pour faire face au stress, de nombreuses personnes se sont tournées vers la méditation et la pleine conscience, avec l’idée que prendre conscience de nos pensées, de nos émotions et de nos sensations physiques et les gérer, nous permettra d’atteindre la tranquillité.

Cependant, trouver le calme et apaiser l’esprit est plus facile à dire qu’à faire, et plus nous essayons de faire taire notre voix intérieure, plus elle se fait entendre. Pourquoi ce bavardage mental ?

D’où viennent nos pensées

Notre esprit et nos sens sont très actifs tout au long de la journée, percevant et recueillant des informations, souvent de manière inconsciente.

Les bruits de fond, l’environnement visuel et toutes sortes de nouvelles qui monopolisent notre attention sont continuellement assimilés à des messages inconsciemment stockés dans notre cerveau. Ces messages réapparaissent lorsque notre moi conscient ne dirige plus nos pensées, par exemple lorsque nous sommes sur le point de nous endormir ou que nous méditons.

La raison pour laquelle vous ne pouvez pas atteindre la tranquillité pendant la méditation
Nous sommes constamment exposés à des informations que nous percevons de manière consciente ou inconsciente. (Image : Jose Francisco Fernandez Saura / Pexels)

D’autres pensées proviennent de souvenirs conscients. De nombreuses choses peuvent déclencher des souvenirs, qui nous amènent ensuite à nous rappeler des événements et des impressions connexes, voire à envisager d’autres issues, ce qui nous entraîne dans un flux de pensées incessant.

Certaines autres pensées découlent de nos fortes émotions et de nos désirs. Peut-être votre esprit se focalise-t-il sur les raisons d’une récente dispute, ou sur ce que vous n’avez pas réussi à obtenir. Peut-être êtes-vous stressé par une échéance que vous ne savez pas comment respecter.

Ce bavardage constant peut devenir un obstacle majeur à la concentration, en particulier pendant la méditation. Examinons les solutions utilisées dans les temps anciens et aujourd’hui, pour faire face à cette situation.

L’approche bouddhiste

Depuis des milliers d’années, on sait qu’un esprit encombré peut être une source de souffrance. Après avoir atteint l’illumination, le Bouddha Shakyamuni a enseigné que la clé pour transcender le cycle de la mort et des naissances successives était de former l’esprit. Ainsi, prendre conscience de ses pensées et pratiquer la méditation en état de transe ont été des composantes essentielles des pratiques bouddhistes.

La raison pour laquelle vous ne pouvez pas atteindre la tranquillité pendant la méditation
Dans le bouddhisme, la méditation fait partie du chemin vers l’éveil et le nirvana. (Image : icon0.com / Pexels)

Chaque école bouddhiste emploie des méthodes différentes pour calmer l’esprit. Certaines exigent une conscience aiguë du corps et de l’esprit. Le bouddhisme zen, par exemple, enseigne à suivre les mouvements de respiration, l’inspiration et l’expiration, tout en permettant à l’esprit de « simplement exister ».

De même, la méditation Vipassana exige une attention continue et minutieuse pour développer la concentration mentale. Diriger consciemment son attention sur les expériences en cours et les qualifier de phénomènes extérieurs permet de former l’esprit. En utilisant la respiration comme point d’ancrage, elle s’attache à voir les choses telles qu’elles sont réellement afin de comprendre la véritable nature de l’existence.

D’autres techniques de méditation s’appuient sur des outils externes pour calmer l’esprit. La méditation de mantra, par exemple, utilise un mot, un son ou une phrase, appelés mantras, que l’on répète de façon continue pour calmer les pensées qui s’emballent dans l’esprit. Lorsque les mots ou phrases sont scandés ou répétés silencieusement, ils favorisent la concentration, et lorsque le mantra est choisi délibérément, il favorise l’intention.

La méditation par bain sonores fonctionne de manière similaire. À l’aide d’instruments tels que des bols chantants, des gongs et des carillons, cette technique de méditation crée des sons immersifs dont les vibrations aident à concentrer l’esprit et à l’amener à un état de relaxation.

Les mouvements du corps peuvent également être utilisés pour calmer l’esprit. Le yoga, par exemple, enseigne à focaliser l’attention sur des mouvements précis, synchronisés avec la respiration. L’alignement de l’esprit et du corps vise à remplacer les pensées vagabondes par une pleine conscience du présent, induisant un sentiment de calme et de lucidité.

Le qigong (qìgōng 氣功) - une pratique chinoise ancienne qui trouve ses racines dans la médecine traditionnelle chinoise, utilise des postures et des mouvements du corps comme moyens complémentaires pour cultiver un esprit serein.

La raison pour laquelle vous ne pouvez pas atteindre la tranquillité pendant la méditation
Le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, est une discipline de qigong de haut niveau, pratiquée par des millions de personnes dans le monde. Ses principes directeurs sont l’authenticité, la bienveillance et la tolérance. (Image : DafaGreat / Pixabay)

Les techniques modernes

Fondée sur la tradition bouddhiste consistant à maintenir une conscience lucide des expériences corporelles et mentales (l’un des sept facteurs de l’illumination), la pratique de la pleine conscience a gagné en popularité ces dernières années, en particulier pour ses bénéfices face à l’agitation de la vie urbaine.

Employée à des fins thérapeutiques depuis les années 1970, la pratique de la pleine conscience est utilisée pour réduire la dépression, le stress et l’anxiété, ainsi que pour traiter des affections telles que la toxicomanie et les troubles alimentaires. Elle repose sur l’idée qu’en prêtant attention au moment présent, sans jugement, nous pouvons nous détacher de nos pensées, modifier notre rapport aux expériences et agir de manière consciente.

La pratique de la pleine conscience se fait par le biais d’activités simples telles que le balayage corporel à la recherche d’une douleur ou d’une tension dont nous ne sommes pas conscients, la prise de conscience des informations perçues par nos cinq sens, l’observation de notre rythme respiratoire et de nos pensées.

Parmi les applications populaires de cette méthode figurent des pratiques telles que l’alimentation consciente, qui se concentre sur les sensations corporelles et les pensées et sentiments liés à la nourriture afin d’améliorer les habitudes alimentaires, et la conversation consciente, qui vise à améliorer la communication interpersonnelle et à favoriser l’empathie.

La pleine conscience repose sur la pratique et la répétition pour entraîner l’esprit. Elle apprend à repérer les moments où l’esprit vagabonde et à le ramener au moment présent autant de fois que nécessaire, tout en faisant preuve de compassion et sans porter de jugement. Mais cette technique, lorsqu’elle est intégrée à notre routine quotidienne, peut-elle vraiment nous aider à atteindre un esprit calme ?

La raison pour laquelle vous ne pouvez pas atteindre la tranquillité pendant la méditation
La pleine conscience est l’adaptation laïque d’une pratique spirituelle issue de la tradition bouddhiste. (Image : Mikhail Nilov / Pexels)

Bien que la pratique de la méditation de pleine conscience soit reconnue pour ses bienfaits sur la santé physique et mentale, il est bon de rappeler qu’il faut parfois plusieurs années de pratique assidue à un moine bouddhiste pour entraîner son esprit au calme. Alors, combien de temps nous faudra-t-il, à nous qui vivons dans le monde séculier et pratiquons pendant notre temps libre, pour apprendre à calmer notre esprit ?

Une sagesse ancestrale

La terre de Chine a été le théâtre du développement de l’une des plus grandes civilisations humaines. Pendant plus de cinq mille ans, les anciens Chinois ont attaché une grande importance à la culture de l’esprit et du cœur. Ils croyaient que seule la « cultivation de soi » permettait d’atteindre le Tao, ou la Grande Loi de l’univers, et de ne faire qu’un avec lui.

Les grands sages ont transmis leurs enseignements à l’humanité pour la guider sur le sens de la vie, la bonne façon de vivre en tant qu’êtres humains et la voie à suivre pour transcender la souffrance inhérente à la condition humaine. La sagesse ancienne peut en fait être l’élément clé de notre quête d’un cœur et d’un esprit tranquilles.

Lao Tseu, le fondateur du taoïsme, a mis l’accent sur le fait de suivre le cours de la nature pour atteindre la paix de l’esprit : « Sois content de ce que tu as : réjouis toi de la réalité telle qu’elle est. Quand tu comprends que rien ne manque, le monde entier t’appartient. »

Selon Lao Tseu, la vie est une série de changements naturels, et y résister ou souhaiter que la réalité soit différente n’apporte que le chaos à l’esprit. Ainsi, l’esprit sera en paix lorsqu’on se contente du présent tel qu’il est : « quand vous réalisez que tout change, il n’y a rien à quoi vous essaierez de vous raccrocher. »

Mencius, un érudit et philosophe confucéen, conseillait : « pour nourrir son esprit, il n’y a rien de mieux que de réduire ses désirs. Un homme qui a peu de désirs pourra garder son cœur clair et inébranlable la plupart du temps. » Se défaire des attachements et des dépendances est essentiel pour garder l’esprit clair.

La raison pour laquelle vous ne pouvez pas atteindre la tranquillité pendant la méditation
Confucius rencontre Lao Tseu - Shih Kang, dynastie Yuan. Lao Tseu et Confucius sont deux personnages clés qui ont contribué à façonner la culture traditionnelle chinoise. (Image : wikimedia / Shih K’ang)

Le bouddhisme insiste également sur l’importance d’abandonner les désirs afin d’atteindre un esprit serein. Shakyamuni a enseigné à ses disciples à suivre des préceptes pour atteindre le samadhi, un état de pure conscience, calme, et unifié. Suivre les préceptes impliquait de s’abstenir de toute mauvaise pensée et action. Le respect de ces codes moraux pouvait améliorer la nature de l’esprit et accroître la capacité de chacun à accéder à la tranquillité.

La sagesse traditionnelle offre une vérité supérieure que notre société moderne n’a pas encore saisie. Peut-être que la clé pour atteindre la paix intérieure ne réside pas dans la technique utilisée, mais dans la capacité à se débarrasser consciemment des pensées tenaces qui nous empêchent d’y parvenir. Pour ce faire, il est nécessaire de réfléchir aux idées ou aux notions dans lesquelles elles sont enracinées.

Nos quêtes sans fin peuvent être précisément la raison qui empêche notre esprit d’atteindre la tranquillité, elles créent une division avec le flux régulier de l’univers. Lorsque nous nous efforçons vraiment nous améliorer en abandonnant consciemment nos différents désirs et attachements, nous nous alignons sur l’ordre naturel de l’univers et le désordre de notre esprit se dissipe progressivement, nous permettant de retrouver notre pureté d’esprit innée.

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Source : The Surprising Reason You Can’t Become Tranquil in Meditation

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.