Parler aux élèves de la beauté pour les amener à la vertu

Texte français : Clément
Le 05/06/2019

Dans son nouveau livre, Beauty Matters : Creating a High Aesthetic in School Culture (en français : La beauté compte : Créer une haute esthétique dans la culture scolaire), Stephen Turley détaille la nature de la beauté dans certains des termes les plus clairs et les plus définitifs que vous trouverez.

 

L'École d'Athènes, Raphaël Sanzio, 1509–1511. (Domaine Public)
L’École d’Athènes, Raphaël Sanzio, 1509–1511. (Domaine Public)

 

Turley établit un plan pour intégrer les caractéristiques de la beauté dans la salle de classe, a-t-il exprimé dans une interview récente. Au cours de ses années dans l’enseignement classique et comme professeur de théologie, il a senti que la compréhension et l’appréciation de la beauté ont été négligées. Il espère par son livre révéler l’importance de la beauté dans la formation des élèves et à la société en général.

Turley a passé une grande partie de sa carrière à étudier la philosophie de l’esthétique et son rapport au transcendantal. «J’ai des diplômes dans deux domaines d’études. J’ai un diplôme en musique et en théologie. Au cours de mes études, j’ai constaté que ces deux disciplines se sont réunies pour moi dans ce qu’on appelle l’esthétique théologique, qui traite largement de l'interface entre la théologie formelle et l’étude de l’art et de la beauté », a-t-il indiqué.

Le livre de Turley se penche sur la façon dont la musique, l’art et même l’aménagement paysager ou la culture scolaire, s’ils sont conçus ou mis en œuvre correctement, peuvent guider les élèves vers un meilleur sens de la beauté et en tirer profit. Il note dans son livre: «La beauté est une physique... [Elle] n’est ni un sentiment ni une préférence personnelle, ce n’est pas une opinion ou une inclination subjective. »

 

Enseignez aux élèves la beauté pour les amener à la vertu. (Image : Dolgachov / Pixabay)
Enseignez aux élèves la beauté pour les amener à la vertu. (Image : Dolgachov / Pixabay)

 

Il affirme que la beauté agit comme une attraction gravitationnelle qui nous mène quelque part. Quand nous comprendrons et saurons ce qui est vraiment beau, cette beauté nous guidera vers une plus grande compréhension de l’ordre universel et nous attirera dans l’alignement avec cet ordre.

«Aimer ce qui est vraiment beau et désirer ce qui est vraiment désirable », écrit Turley, est l’apothéose de l’apprentissage dans l’éducation classique. Formant les élèves à trouver le sacré dans le monde qui les entoure, Stephen Turley discute de la pratique de la lecture de l’iconographie d’une œuvre d’art dans son nouveau livre, Beauty Matters.

 

Au cœur de léducation

Lorsqu’il demandait à ses étudiants ce que signifie le mot «éducation », Turley recevait souvent quelques regards vides et la réponse «à apprendre». Mais le terme «éducation» est dérivé du mot latin «educare », qui signifie «diriger». Il est donc important de réfléchir à l’orientation que l’on nous donne.

Dans l’enseignement classique, nous nous appuyons sur ce que les époques de la Grèce et de Rome classiques, et 1 500 ans de christianisme, ont à offrir. Une éducation classique conduit fondamentalement les étudiants à la formation d’hommes ou de femmes de vertu.

Les vertus auxquelles ils sont conduits sont la vérité, la bonté et la beauté, toutes intimement liées.

L’idée de la beauté, telle qu’elle est comprise par les Grecs anciens et raffinée par Platon, est qu’elle est inextricablement liée au vrai et au bien. La vérité, la bonté et la beauté constituent les vertus fondamentales auxquelles la société, jusqu’à l’individu, aspirerait. Les anciens s’efforçaient d’être en harmonie avec la Création.

 

La statue grecque d'Artémis au Musée du Louvre, Paris, France. (Image : NEN / CC0 1.0)
La statue grecque d’Artémis au Musée du Louvre, Paris, France. (Image : NEN / CC0 1.0)

 

La vérité, telle que les Grecs la comprenaient, révèle la nature divine de la réalité. La bonté nous donne un but, le but de toutes choses. La beauté est l’attrait du bien, l’éclat du vrai et du bien qui sert le rôle indispensable d’élan et de motivation pour nous attirer vers le vrai et le bien.

Du point de vue de sa signification archaïque, exprime-t-il, la beauté sert de mode pour rehausser l’expérience humaine avec la sagesse transcendantale comme fondement.

Turley explique que les arts - c’est-à-dire le bon art (beaux-arts, architecture, musique, etc.) - révèlent le monde «tel que Dieu le comprend et l’a ordonné ». Ainsi, la beauté peut nous réveiller pour voir ce qui est bon en reconnaissant ce qui est beau. Elle peut alors nous aligner vers le bien alors que nous tendons vers le beau.

 

Perdre notre chemin

Le relativisme, cependant, a défait le but et l’obligation morale d’exprimer la beauté dans nos vies et de la manifester. «Je suis très préoccupé par le fait que nos efforts d’éducation sont en fait sapés par un relativisme omniprésent qui entre par la porte arrière », note Turley dans son livre.

A notre époque moderne, l’idéologie du relativisme a pris forme à travers la méthode scientifique, qui est devenue un sujet en vogue chez les intellectuels en France au milieu du XIXe siècle avec l'œuvre du baron d’Holbach, Le système de la nature. Le livre affirme que le monde est un mécanisme autonome dans lequel il n’y a pas de Créateur ou de but sous-jacent à la vie. Tout est réduit à la biologie, la chimie et la physique.

 

Du point de vue de sa signification archaïque, exprime-t-il, la beauté sert de mode pour rehausser l'expérience humaine avec la sagesse transcendantale comme fondement. (Image : Freephotos / Pixabay)
Du point de vue de sa signification archaïque, exprime-t-il, la beauté sert de mode pour rehausser l’expérience humaine avec la sagesse transcendantale comme fondement. (Image : Freephotos / Pixabay)

 

Avec le rétrécissement de notre compréhension du monde est venu le rétrécissement de l’esprit et la perte des valeurs socratiques et transcendantales de vérité, de bonté et de beauté. Elles avaient jadis été le fondement de la civilisation occidentale et un élément central de l’enseignement classique.

Dans l’interview, Turley a défendu ces valeurs : «Nous ne pouvons pas enseigner à nos enfants que la vérité est relative et attendre de nos politiciens qu’ils soient honnêtes. Nous ne pouvons pas enseigner à nos enfants que le bien a été réduit à l’éthique situationnelle et attendre de nos banquiers qu’ils prennent leurs décisions d’affaires autrement que par cupidité et opportunisme. Nous ne pouvons pas enseigner à nos enfants que la beauté est ce qui les excite et feindre le choc quand nous trouvons un urinoir dans le cadre d’une exposition d’art ... Si vous allez pousser le relativisme, vous avez enlevé la seule base dans laquelle nous pouvons encourager la sagesse et la vertu, et je dirais que vous avez enlevé le cœur même de l’humanité. »

Dans le programme de l’enseignement classique, l’objectif est d’amener les élèves à aligner leur sens de ce qui est beau sur ce que la Création a voulu être beau. De cette façon, ils peuvent comprendre le fonctionnement et les intentions du cosmos et, selon ses principes, vivre une vie digne et vertueuse.

Beauty Matters : Creating a High Aesthetic in School Culture est un livre définitif pour aider les enseignants et le grand public à comprendre les caractéristiques profondes de la beauté et la valeur et les avantages essentiels qu’elle peut nous offrir.

Stephen R. Turley a écrit plus de 20 livres sur des sujets allant du mariage au stress, au christianisme et à l’éducation classique. Il a une chaîne sur YouTube et un podcast sur les tendances et la montée du traditionalisme à l’échelle internationale. Pour en savoir plus sur les idées de Stephen Turley, visitez TurleyTalks.com
 

Écrit par Tim Gebhart, un artiste et professeur vivant à Portland, Oregon.