Press "Enter" to skip to content

Tradition. Le mariage traditionnel : la grâce et la loyauté avant tout

CHINE ANCIENNE > Tradition

Le mariage est l’événement le plus important de la vie de nombreuses personnes et ne doit pas être pris à la légère. Cependant, l’attitude à l’égard du mariage peut être à l’origine de nombreux problèmes. La violence domestique, la violence froide, le désir ou l’acte d’infidélité, la vie conjugale hors mariage et l’empressement à divorcer génèrent parfois des problèmes sociaux et des déséquilibres, sous la forme de maladies, de difficultés sociales, voire des troubles psychologiques.

L’évolution des attitudes à l’égard du mariage peut être due à l’importance excessive accordée au moi, aux idéaux romantiques, à l’indulgence à l’égard du désir et à la confusion quant aux causes et effets. En ce qui concerne l’aspect social, il faut parfois s’attaquer à la cause profonde pour trouver une solution. La sagesse de la culture traditionnelle chinoise avait une toute autre vision des relations conjugales du passé. Se tourner vers elle, est peut-être la clé pour restaurer les valeurs morales au sein du couple et dans la société.

Le mariage vu comme une relation prédestinée

Pour décrire le destin entre un mari et une femme, un proverbe chinois dit : « Il faut cent ans pour cultiver une relation pour que deux personnes partagent un bateau, et mille ans pour que deux personnes partagent un lit. » Dans la vaste mer de personnes, que deux étrangers soient capables de se réunir est vraiment incroyable. La culture traditionnelle chinoise attribue cette relation aux liens karmiques issus de vies antérieures.

Bien qu’au départ, ce soit l’amour qui rapproche les personnes, c’est la grâce et la loyauté qui les maintiennent ensemble. Si le sentiment d’être « amoureux » est très puissant, l’importance accordée à la romance est récente. En chinois, le mot moderne pour « romance » vient de l’anglais. Avec l’accent moderne mis sur l’individualité, les personnes oublient souvent comment faire des compromis au nom de leurs vœux sacrés, et les désirs personnels sont souvent placés avant des valeurs, comme la loyauté.

Dans les temps anciens, des rites complets et une éthique morale liaient les sentiments entre hommes et femmes. Les gens croyaient que l’« amour » devait être fondé sur le mariage, et non l’inverse. Le mariage était ordonné, stable, rationnel, reconnu et respecté par l’ensemble de la société. Tout « amour » en dehors du fondement du mariage était interdit et considéré comme illégitime.

Le mariage traditionnel : la grâce et la loyauté avant tout

Les vœux de mariage sont un contrat céleste et doivent être respectés contre vents et marées, les deux partenaires se respectant et s’honorant mutuellement. (Image : Phil ! Gold / Flickr / CC BY-SA 2.0)

Le mariage n’est pas à prendre à la légère. En effet, les préparatifs du mariage sont chargés de cérémonies complexes. C’est sous la dynastie Zhou (1045-221 av. J.-C.), la plus ancienne et l’une des plus importantes du point de vue culturel en Chine, que les « six étiquettes » ont été établies. 納採 (Nà cǎi, demande en mariage), 問名 (wèn míng, concordance des dates de naissance), 納吉 (nà jí fiançailles), 納征 (nà zhēng, cadeaux de mariage), 請期 (qǐng qī, choix de la date), et 親迎 (qīn yíng, cérémonie de mariage) étaient les étapes que chacun franchissait à l’approche du mariage. La concordance des dates de naissance se faisait avec l’aide d’un astrologue, qui prédisait si le mariage serait réussi en fonction de la compatibilité zodiacale.

En se conformant à ces rites, les gens montraient leur respect pour les dieux et le ciel et mettaient l’accent sur la piété filiale. Ils rendaient hommage au ciel et à la terre, afin d’être officiellement reconnus. Ils rendaient également hommage à leurs parents pour recevoir leurs bénédictions.

L’attitude des anciens envers le mariage était que le destin, les rituels, la grâce et la loyauté passaient avant la romance et la luxure. L’attitude des gens modernes à l’égard du mariage s’est inversée. Les deux exemples ci-dessous de couples mariés de l’Antiquité servent à rappeler comment considérer le mariage comme un acte sacré et solide.

Yan Ying reste fidèle à sa femme âgée

Pendant la période des Printemps et Automnes et des Royaumes combattants (770-221 av. J.-C.), il y avait un ministre célèbre et sage dans l’État de Qi, le célèbre Yan Ying. Le duc Jing, chef de l’État de Qi, avait une fille qu’il chérissait profondément. Impressionné par le talent de Yan Ying, il lui proposa sa fille en mariage. Yan Ying était déjà marié, mais malgré cela, le duc lui a rendu visite pour discuter des fiançailles autour d’un repas.

Alors que la femme de Yan Ying, qui était plus âgée et avait perdu sa beauté, était occupée à divertir les invités, le souverain la remarqua et demanda à Yan Ying : « Est-ce votre femme ? » Yan Ying répondit sincèrement : « Oui, c’est ma femme. » En entendant cela, le duc soupira et dit : « Hélas, elle est vieille et laide ! J’ai une fille qui est jeune et belle, ne voudriez-vous pas l’épouser ? ».

A ces mots, Yan Ying posa ses baguettes, se leva rapidement de son siège et répondit respectueusement et solennellement au duc : « Ma femme est âgée et a perdu la beauté de sa jeunesse, mais elle m’accompagne depuis longtemps. Quand une femme vous épouse dans sa jeunesse, elle vous confie sa vie. »

« Ma femme m’a confié sa vie quand elle était jeune, sans se soucier de mon rang, ni de mon apparence, et je l’ai acceptée. C’est un grand honneur que Votre Altesse m’offre maintenant sa fille en mariage ! Mais en tant qu’homme, digne et droit entre le ciel et la terre, j’ai accepté la confiance de ma femme. Comment pourrais-je lui tourner le dos et accepter quelqu’un d’autre ? »

Alors que Yan Ying occupait un poste de haut rang, il n’a pas abandonné son épouse âgée face à la tentation. Sa vertu et son noble caractère ont été admirés pendant des siècles.

Yu et sa femme se respectaient mutuellement comme des hôtes

Pendant la période du Printemps et de l’Automne, Xi Que, un haut fonctionnaire de l’État de Jin, a été loué pour sa relation respectueuse avec sa femme. Le « village Ru Bin (village de l’invité d’honneur) » à Qingjian, dans la province du Shanxi, porte son nom.

Pendant le règne du duc Wen de Jin, Xi Que et son père ont tous deux servi comme fonctionnaires à la cour. Ils ont ensuite été relégués au rang de personnes ordinaires parce qu’ils étaient impliqués dans une affaire judiciaire. Lorsque Xi Que est retourné dans sa ville natale, il s’est habillé modestement, a labouré les champs et a vécu en harmonie avec ses voisins.

Lorsque le duc Wen de Jin envoya son ministre Jiu Ji en mission à l’étranger, celui-ci passa devant le village de Xi Que dans la région de Ji (冀) et le vit sarcler dans le champ tandis que sa femme lui apportait à manger. Elle lui offrit poliment la nourriture, il accepta respectueusement et traita sa femme comme un invité d’honneur. Jiu Ji fut profondément impressionné et dit au duc après son retour au pays : « Je suis allé à Ji et j’ai vu que Xi Que et sa femme se respectaient mutuellement comme des invités. Je pense que le respect mutuel est une manifestation de la vertu. Si quelqu’un a de la vertu, il peut diriger le pays. Veuillez ramener Xi Que et le nommer à nouveau à la cour. »

Le duc Wen de Jin suivit son conseil et fit de Xi Que un ministre de l’armée. Plus tard, une guerre éclata, Xi Que mena les troupes sur la ligne de front où elles vainquirent l’ennemi. Il fut promu et reçut une parcelle de terre. Plus tard, les gens ont appelé la zone où Xi Que avait semé le « Champ de la vertu accumulée » (聚德田), et y ont construit un pavillon. La zone où vivait Xi Que a été rebaptisée « Village de l’invité d’honneur » (如賓).

Traiter le mariage à la légère peut rapidement éroder la moralité d’une société entière. Le respect de la tradition et des convenances apporte l’harmonie et la stabilité à la société et donne aux générations futures des normes droites pour vivre.

Traduit par Swanne Vi

Version en anglais : Traditional Marriage: Grace and Loyalty Come First