Press "Enter" to skip to content

Tradition. L’année du buffle de métal et les coutumes du Nouvel An

CHINE ANCIENNE > Tradition

Nouvel An chinois. (Image : Musée Nationale du Palais de Taiwan / @CC BY 4.0)
 

Certains disent que les mariages et les enterrements font partie des événements majeurs de la vie, mais ce qui reste le plus longtemps gravé au fond de la mémoire de chaque Chinois, ce sont les scènes du Nouvel An chinois. Elles réchauffent le cœur et restent dans l’esprit, remplies de visages souriants, d’abondance, de feux d’artifice et de bénédictions.

Les coutumes du Nouvel An chinois selon une comptine enfantine

À l’approche de l’année du buffle de métal, parlons des coutumes du Nouvel An chinois. Le « Grand Froid » (大寒 : Dahan) est la période la plus froide de l'année, avec des températures basses, un vent glacial et de la neige abondante. Cette période fait ensuite place à la fête du printemps ou Nouvel An. Le Nouvel An est un jour spécial, un jour qui apporte la joie et l’espoir, un jour que les enfants attendent avec impatience.

 Les enfants attendent avec impatience le Nouvel An. (Image : Musée Nationale du Palais de Taiwan / @CC BY 4.0)
 Les enfants attendent avec impatience le Nouvel An. (Image : Musée Nationale du Palais de Taiwan / @CC BY 4.0)
 

Une ancienne comptine enfantine chinoise dit : 

« Soyez patients, les petits, après le 8e jour du mois lunaire, c’est le Nouvel An, buvez du " laba congee " pendant quelques jours, li li la la, et voici le 23e jour.
Le 23e jour, goûtez aux bâtonnets de bonbons, le 24e jour, balayez votre maison, le 25e jour, faites frire du tofu, le 26e jour, préparez du ragoût de mouton.
Le 27e jour, sacrifiez le coq, le 28e jour, levez de la pâte, le 29e jour, faites cuire de petits pains à la vapeur, le 30e jour, faites nuit blanche pour accueillir le Nouvel An.
Le premier jour du Nouvel An lunaire, prosternez-vous pour souhaiter la bonne année… »

Mais du point de vue traditionnel, le Nouvel An dans le calendrier lunaire commence dès la fête de Laba, soit le huitième jour du dernier mois lunaire jusqu’au 15e jour du premier mois lunaire de la nouvelle année. Les jours les plus importants étant le réveillon et le jour de l’an. Certaines personnes considèrent que le Nouvel An commence seulement à partir du 23e ou 24e jour du dernier mois lunaire, où on doit célébrer le dieu de fourneau, appelé Zaoshen (灶神) et jusqu’au quinzième jour du premier mois lunaire, avec la veille du Nouvel An et le premier jour de l’an du premier mois comme jours les plus importants.

Acheter du matériel pour le Nouvel An. (Image : Musée Nationale du Palais de Taiwan / @CC BY 4.0)
Acheter du matériel pour le Nouvel An. (Image : Musée Nationale du Palais de Taiwan / @CC BY 4.0)
 

Le réveillon tombe le dernier jour de l’année dans le calendrier lunaire, c’est-à-dire à la fin du 12e mois lunaire, d’où l’appellation de « réveillon du nouvel an » (大年三十, da nian san shi). Ce soir-là, toute la famille se réunit pour prendre le repas de retrouvaille de l’année (qui est le dernier repas de l’année dans le calendrier lunaire) et passe une nuit blanche.

Fête de Laba

Le sacrifice d’hiver (臘) est un rite traditionnel qui a lieu en fin d’année lunaire afin de remercier les divinités dans la Chine ancienne. Laba (臘八) signifie donc le huitième jour du douzième mois du calendrier lunaire. Ce jour est devenu une fête traditionnelle historique en Chine. Ce jour-là, on a coutume de consommer du « laba congee » (臘八粥).

Il existe de nombreuses recettes selon les régions. Celle du nord est la plus élaborée, elle contient une vingtaine d’ingrédients différents tels que du riz blanc, des dattes rouges, des graines de lotus, des noix, des châtaignes, des amandes, etc.

Le « laba congee ». (Image : Capture d’écran / You Tube)
Le « laba congee ». (Image : Capture d’écran / You Tube)
 

La veille de Laba, les Chinois commencent à préparer ce plat traditionnel : à laver le riz, le faire tremper, éplucher et dénoyauter les fruits secs, et les trier. Les personnes plus sophistiquées préfèrent même sculpter les fruits secs en figures humaines, animaux et fleurs avant la cuisson.

Puis ils commencent la cuisson vers minuit, et font mijoter le « congee » toute une nuit à feu doux jusqu’au lendemain matin. Une fois que le « congee » est prêt, on le sert d’abord aux dieux et aux ancêtres comme offrande. Ensuite, on le partage avec la famille et les amis avant midi.

Après avoir accompli tous ces rites, la famille peut enfin goûter à ce plat délicieux et nutritif. Le reste du « congee » doit être conservé et consommé pendant les quelques jours qui suivent, mais c’est de bon augure et cela signifie « un surplus pour chaque année ». Si l’on offre du « congee » aux pauvres, cela les aidera à accumuler du bon Karma.

Fête du Dieu du Foyer

Célébrer le dieu du foyer. (Image : Musée Nationale du Palais de Taiwan / @CC BY 4.0)
Célébrer le dieu du foyer. (Image : Musée Nationale du Palais de Taiwan / @CC BY 4.0)
 

 Le  « Petit nouvel an » tombe environ une semaine avant le Nouvel an chinois ou « Fête du printemps ». Un proverbe populaire dit : « le Vingt-troisième jour, fête du Dieu du Foyer (灶王爺) ». Ainsi, le vingt-troisième jour du douzième mois lunaire est le jour de la célébration du Dieu du foyer (灶祭).

Il est dit qu’en ce jour, le Dieu du foyer doit aller au ciel pour rapporter à l’empereur de Jade les bonnes et les mauvaises choses faites par chaque famille, afin que l’empereur de Jade décide s’il faut les récompenser ou les punir. Selon le rapport du Dieu du foyer, l’empereur de Jade tranche et confie au Dieu du foyer le sort de la famille pour la nouvelle année, c’est le Dieu du foyer qui va exécuter les bonnes et mauvaises fortunes que chaque famille devra recevoir au cours de la nouvelle année.

Dépoussiérage de la maison

Après la célébration du Dieu du foyer, les préparatifs pour le Nouvel an commencent officiellement. Cette période s'étale du 23e jour du dernier mois lunaire à la veille du Nouvel an. Les Chinois appellent cette période « Jours d’accueil du printemps » ou « Jours du balayage de la poussière ».

Balayer la maison. (Image : Musée Nationale du Palais de Taiwan / @CC BY 4.0)
Balayer la maison. (Image : Musée Nationale du Palais de Taiwan / @CC BY 4.0)
 

Le dépoussiérage est le nettoyage de fin d’année, appelé « nettoyage de la maison » dans le nord et « dépoussiérage » dans le sud. C’est une habitude traditionnelle qui date de l’antiquité et qui a pour but de chasser la peste et toute autre maladie. Plus tard, elle est devenue le grand ménage d’avant le nouvel an.

Le caractère « poussière » (chen,塵) est l’homophone de « vieux » (chen,陳), donc le dépoussiérage du Nouvel An signifie également « rejeter l’ancien et accueillir le nouveau ». Cette coutume reflète le souhait des Chinois d’exclure tout risque de malchance.

Couplets antithétiques et repas du réveillon

Préparer les couplets et le caractère chinois pour la bénédiction. (Image : Musée Nationale du Palais de Taiwan / @CC BY 4.0)
Préparer les couplets et le caractère chinois pour la bénédiction. (Image : Musée Nationale du Palais de Taiwan / @CC BY 4.0)
 

Au Nouvel An chinois du calendrier lunaire, les choses à faire sont : coller les couplets antithétiques (對聯) sur la porte, garder le sourire, éviter de dire des mots malheureux, et tout le monde, riche ou pauvre, jeune ou vieux, revêt des vêtements neufs, chaque maison est décorée de lanternes et de rubans colorés, ce qui crée une atmosphère du Nouvel An très dynamique à l’intérieur des habitations.

Le point culminant du réveillon chinois est le dîner de la veille du Nouvel An. Ce dîner est le moment le plus vivant et le plus agréable de l’année pour toutes les familles.

Avant le dîner, toute la famille rend hommage aux dieux puis aux ancêtres, tout le monde s’agenouille trois fois et se prosterne neuf fois devant la statue des dieux et devant l’autel des ancêtres pour les remercier de leurs bénédictions au cours de l’année passée, et salue ensuite les personnes âgées.

Au moment du repas, la table est remplie de plats colorés et délicieux. Les ingrédients et les plats du dîner de la veille du Nouvel An sont pour la plupart de bon augure, et les plats doivent être réalisés avec une bonne présentation, une odeur agréable et un goût délicieux.  Il y a souvent 8 ou 9 plats et il doit y avoir du poisson dans le menu, car « poisson » (魚, yu) et « reste » (餘, yu) sont homophones en chinois, ce qui est un symbole et une métaphore de la « prospérité annuelle » et de « l’auspice et la prospérité ».

Boulettes de riz farcies et raviolis. (Image : 该图片由 / lizhi zhong / 在Pixabay /上发布 & 该图片由波 胡在 /Pixabay /上发布)
Boulettes de riz farcies et raviolis. (Image : 该图片由 / lizhi zhong /
在Pixabay /上发布 & 该图片由波 胡在 /Pixabay /上发布)
 

Les huit ou neuf grands bols renversés (la nourriture est cuite et placée dans un bol que l’on renverse sur une assiette avant de servir) se composent d’ingrédients différents selon les régions. Les habitants de la région de Jianghuai (江淮), entre le fleuve Yangtze et la rivière Huai, consomment souvent des boulettes de riz farcies (湯圓,Tangyuan) alors que les habitants du nord consomment des raviolis dont la forme rappelle le Sycee (元寶), des lingots d’argent ou d’or qui se prononce comme (Yuanbao).

En bref, le dernier jour de l’année, les gens préparent plus de nourriture que d’habitude, et il est impossible de tout terminer la nuit du réveillon, donc il doit y avoir des restes ce qui signifie qu’on espère avoir suffisamment voire plus que nécessaire à manger durant toute l’année.

Lorsque minuit approche, vers l’heure de Zishi (子时, 23h), appelée également l’heure de Sanyuan (三元), c’est-à-dire « l’heure des trois débuts : début de l’année, début du mois, et début de l’heure », les gens allument des feux d’artifice et des pétards, font brûler une tour faite de gros morceaux de charbon. Les lumières sont brillantes, pour montrer que la prospérité monte jusqu’au ciel, poussant ainsi l’atmosphère de la veille du Nouvel An jusqu’au point culminant.

Rendre visite aux amis pour leur offrir des cadeaux et leur souhaiter une bonne année. (Image : Musée Nationale du Palais de Taiwan / @CC BY 4.0)
Rendre visite aux amis pour leur offrir des cadeaux et leur souhaiter une bonne année. (Image : Musée Nationale du Palais de Taiwan / @CC BY 4.0)
 

Souhaiter une bonne année à la famille et aux amis

Souhaiter une bonne année à la famille et aux amis est une coutume populaire traditionnelle chinoise, une façon pour les gens de rejeter l’année passée et d’accueillir le Nouvel An, et de se souhaiter bonne chance. En général, le premier jour du premier mois lunaire, les parents amènent leurs enfants rendre visite aux personnes âgées de la famille ou des parents proches, aux amis pour leur souhaiter la nouvelle année, et les plus jeunes doivent se prosterner devant les aînés pour présenter leurs respects, ce que l’on appelle « se prosterner pendant le Nouvel An » (拜年). Les hôtes accueillent les invités chaleureusement avec des collations, des friandises.

L’argent du Nouvel An

Lors de ces visites, les séniors distribueront l’argent du Nouvel An préparé à l’avance à la jeune génération. On dit que l’argent du Nouvel An peut réprimer les mauvais esprits, parce que l’« année » (歲, nian) et les « mauvais esprits » (祟, nian) sont homophones, la jeune génération obtiendra donc de l’argent pour passer une année en paix. Selon les traditions, en faisant cela, les grands-parents peuvent augmenter leur longévité.

L’argent du Nouvel An dans les enveloppes rouges. (Image : 该图片由 / Ida Huang / 在Pixabay /上发布) 
L’argent du Nouvel An dans les enveloppes rouges. (Image : 该图片由 / Ida Huang / 在Pixabay /上发布) 
 

Ce soir-là, les grands offrent aux petits de l’argent sous forme de ligature de huit sapèques symbolisant les huit immortels taoïstes protecteurs afin de chasser le mauvais esprit Sui. C’est la raison pour laquelle la célébration du Nouvel An est également appelée « passer à l’autre année » (過年, guo nian) en chinois.

Il existe deux sortes d’enveloppes d’argent du Nouvel An : l’une est composée de ficelles colorées en forme de dragon et placée au pied du lit, l’autre est la plus courante, c’est-à-dire que l’argent est placé dans une enveloppe rouge et distribué aux enfants par les parents.

L’argent du Nouvel An peut être remis aux enfants en public après qu’ils aient présenté leurs respects aux aînés, ou peut être placé discrètement sous l’oreiller par les parents la veille du Nouvel An lorsque l’enfant dort.

Les Chinois considèrent que donner de l’argent aux enfants pour le Nouvel An va leur permettre d’utiliser cet argent pour anéantir les mauvais esprits et les démons ou le monstre « nian », susceptibles de leur nuire, et d’éviter le mauvais sort. À l’inverse il existe aussi une coutume qui consiste pour la jeune génération à offrir aux personnes âgées de l’argent bien réel (l’argent de longévité), pour leur souhaiter longue vie.

Le marché du Nouvel An. (Image : Musée Nationale du Palais de Taiwan / @CC BY 4.0)
Le marché du Nouvel An. (Image : Musée Nationale du Palais de Taiwan / @CC BY 4.0)
 

Le jour de l’an et après

Le premier jour du Nouvel An lunaire, les Chinois ont l’habitude de se rendre à la foire, d’aller au temple pour prier, d’acheter de petits accessoires et de déguster toutes sortes de collations, de participer à des activités traditionnelles renforçant les relations sociales, et de se détendre un peu après une année bien remplie.

Les commerces sont fermés du premier au quatrième jour du Nouvel An lunaire, et le marché ouvre le cinquième jour du Nouvel An lunaire, cependant certains ouvrent dès le deuxième jour du Nouvel An lunaire. les portes des magasins sont généralement décorées de couplets : « Le marché s’ouvre avec une grande fortune, et toutes choses prospèrent » et d’autres mots qui signifient la grande fortune.

Et les couplets sont généralement écrits sur du papier rouge et avec de l’encre dorée. Le premier client qui entre dans le magasin crie d’abord joyeusement « Le dieu de la richesse est là ! ».  Ravis, le patron et les vendeurs accueillent le client avec le sourire, afin d’avoir une année prospère, selon les traditions.

Les lanternes accrochées sur un pont en zigzag le jour de la fête des lanternes. (Image : Musée Nationale du Palais de Taiwan / @CC BY 4.0)
Les lanternes accrochées sur un pont en zigzag le jour de la fête des lanternes. (Image : Musée Nationale du Palais de Taiwan / @CC BY 4.0)
 

Fête des lanternes

Ces jours heureux passent toujours très vite et on arrive déjà au 15e jour du Nouvel An : la fête des lanternes.

Les coutumes de ce jour varient selon les régions. Les gens du sud terminent la journée par une soupe de boulettes de riz farcies, tandis que les gens du nord se régalent de boulettes de riz non farcies, enfin, le nouvel an se termine avec la musique des gongs et des tambours, les danses du dragon et du lion avant de passer à la cueillette des choux verts (采青) par le « lion » qui danse.  C’est aussi le jour favori des enfants durant lequel ils comparent le montant de l’argent à l’occasion du nouvel an, car celui qui reçoit le plus d’argent est censé être le plus sage et le plus populaire.

Le Nouvel An chinois commence, comme un prélude, par le « laba congee ». Après plusieurs jours d’attente qui paraissent très long, l’ambiance du Nouvel An se fait sentir petit à petit, et enfin, c’est le jour J – le réveillon, puis c’est le point culminant « le premier jour de la nouvelle année ». Ensuite, les activités traditionnelles se succèdent jusqu’au jour de la « Fête des lanternes », ouvrant ainsi la nouvelle année et laissant plein de souvenirs joyeux et inoubliables aux gens.
 

Traduit par Jessica Wang

Version en chinois : 迎辛丑牛年 话过年习俗