Press "Enter" to skip to content

CHINE ANCIENNE. L’eau qui se renverse ne peut plus être récupérée

CHINE ANCIENNE

L’eau déversée ne peut plus retourner dans son récipient.. (Image : Natasia Causse / flicker / CC BY 2.0)
 

Un proverbe est une expression qui ne peut être comprise que dans sa globalité et non en associant le sens de chacun de ses mots pris séparément. Les proverbes se distinguent comme des perles éclatantes dans le trésor de la langue chinoise. Ils se présentent comme une accumulation concise, vivante et expressive de faits liés à l’histoire et à la richesse des cultures ethniques.

La formation de chaque expression chinoise est le reflet de réalités historiques qui renvoient à la vie politique, militaire, aux coutumes, à la morale et aux idéaux chinois.

Les proverbes chinois font souvent référence aux Wu Xing, ou cinq éléments, c’est-à-dire : le bois (木 mu), le feu (火 huo), la terre (土 tu), le métal (金 jin), et l’eau (水 shui). Voici, à titre d’exemple, une histoire qui parle de l’eau et plus précisément de l’eau déversée qui ne peut plus retourner dans son récipient.

Zhu Maichen était un jeune homme très studieux, il ne faisait rien d’autre que d’étudier toute la journée. Comme son cœur était plongé dans les livres, il n’avait jamais mis les pieds dehors pour trouver un moyen de gagner sa vie. Par conséquent, sa femme et lui vivait dans la pauvreté. Par exemple, ils ne pouvaient même pas s’offrir une lampe à huile et devaient, par conséquent, utiliser des branches de pin huileuses pour éclairer leur maison.

Sa femme n’a plus pu supporter une telle épreuve. Un jour, elle le supplia d’accepter le divorce. Le jeune homme répondit :

« Bien que nous soyons pauvres actuellement, un jour, je réussirai mon examen et je deviendrai un haut fonctionnaire. Nous serons alors riches et prospères pour le reste de notre vie. »

L’eau qui se renverse ne peut plus être récupérée
Les proverbes chinois font souvent référence aux Wu Xing  ou cinq éléments. (Image : pixabay / CC0 1.0)
 

Cependant, sa femme insista pour partir. Le jeune homme fit de son mieux pour la persuader de rester, mais en vain. Il la laissa alors partir.

Quelques années plus tard, Zhu Maichen réalisa le rêve pour lequel il avait travaillé si dur et devint un préfet de haut rang. Son retour dans sa contrée était perçu comme un évènement si important que le conseil du village demanda aux habitants de nettoyer les rues et de sortir pour le saluer.

Le jour de son arrivée, son ancienne épouse se trouvait dans la foule. Lorsqu’elle aperçut son ex-mari en tenue officielle, la tête coiffée d’un chapeau, elle fut impressionnée par son apparence majestueuse. Elle ne pouvait s’empêcher de lui demander de la reprendre et elle lui cria en passant : « Je suis ta femme, Zhu, ne me reconnais-tu pas ? Je sais que j’ai eu tort, me pardonneras-tu ? ».

Zhu reconnut son ex-femme dans la foule et demanda à son serviteur d’aller chercher un seau rempli d’eau et de le lui déverser sur le sol devant elle. Lorsque cela fut fait, Zhu déclara à son ex-femme : « Notre relation est exactement comme cette eau, irrécupérable. 

L’eau renversée qu’on ne peut ramasser fait habituellement référence à une relation conjugale qui a atteint un point de non-retour.

 Rédacteur Laïla Hachimi

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.