Press "Enter" to skip to content

Histoire. Ma Fei San : anesthésie générale en Chine au IIe siècle, inventée par l’éminent médecin, Hua Tuo

CHINE ANCIENNE > Histoire

L’anesthésie générale utilisée dans le monde a son origine dans la poudre anesthésiante Ma Fei San en chinois (麻沸散), littéralement « poudre de cannabis à bouillir ». Elle a été inventée par Hua Tuo, un éminent médecin de la fin de la dynastie Han orientale (東漢,25 – 220) et de la période des Trois Royaumes (三國,220 – 265). La première personne à avoir inventé les anesthésiques généraux à l’époque moderne est le physicien et chimiste britannique Humphry Davy (1778-1829), au début du XIXe siècle.

Pendant la période des Trois Royaumes, Guan Yu(關羽), le général chinois de la fin de la dynastie Han a été blessé au bras droit par une flèche empoisonnée. Le chirurgien le plus célèbre de l’époque, Hua Tuo, a utilisé un couteau tranchant pour ouvrir sa chair et gratter les os afin de retirer le poison. Au cours de l’opération, Guan Gong était capable de boire et de jouer aux échecs avec d’autres personnes en riant. Tout le monde admire un Guan Gong qui n’a pas peur de la douleur. En fait, Hua Tuo avait déjà répandu la poudre Ma Fei San sur la blessure de Guan Gong avant de pratiquer l’opération. C’est un anesthésiant à base de vin et de suc de plantes.

Ma Fei San : Anesthésie générale en Chine au IIe siècle, inventée par l’éminent médecin, Hua Tuo
Hua Tuo est un éminent médecin de la fin de la dynastie Han orientale (東漢,25 – 220) et de la période des Trois Royaumes (三國,220 – 265). (Image : wikimedia / Domaine publique)

Selon le Livre des Han postérieurs, légende de Hua tuo (後漢書·華佗傳) de la dynastie des Han, « Si une maladie se développe à l’intérieur du corps et ne peut être soignée par des aiguilles ou des médicaments, on fait d’abord prendre au patient du Ma Fei San avec du vin, et comme il est ivre et ne sent plus rien, on lui fait une roulette (ouverture) à l’arrière de l’abdomen et on extrait ou on coupe l’organe abimé. »

Avant Hua Tuo, dans les temps anciens, lorsqu’une personne était blessée et devait être opérée, on disait qu’il fallait d’abord attacher les mains et les pieds du patient, ou le faire s’évanouir en lui donnant des coups de bâton ou en lui faisant une saignée, avant de procéder à l’opération.

Afin de soulager la douleur du patient, Hua Tuo a cherché partout des herbes pouvant être utilisées pour l’anesthésie. Un jour, il est allé dans les montagnes pour collecter des plantes et a rencontré un bûcheron gravement blessé. Le bûcheron déchira quelques feuilles avec sa main, les frotta ensemble et les pressa sur la blessure. En peu de temps, la blessure est devenue indolore. Hua Tuo fut si surpris qu’il demanda conseil au bûcheron et apprit que les feuilles étaient des Datura stramonium. Plus tard, après des recherches et des essais nombreux, Hua Tuo a finalement trouvé la bonne formule de Ma Fei San.

Ma Fei San : Anesthésie générale en Chine au IIe siècle, inventée par l’éminent médecin, Hua Tuo
LLa fleur de Datura stramonium. (Image : wikimedia / CC-BY-SA-3.0)

Dans le 16ème chapitre du roman chinois Au bord de l’eau (《水滸傳》), l’histoire de Wu You, un stratège de la montagne Liang Shan a utilisé une astuce ingénieuse pour obtenir un certificat important en ajoutant un suc de plantes dans le vin. Les gens qui ont bu le vin ne pouvaient plus bouger, ni parler. En fait, Ce vin contenait un anesthésiant, appelé Meng Han Yao, son principal ingrédient était également la fleur de Datura stramonium.

Il existe de nombreuses plantes médicinales ayant des effets anesthésiants et il en existe plus de 40 sortes en usage courant, en plus des fleurs de Datura stramonium. Malheureusement, aujourd’hui la plupart des prescriptions de Hua Tuo ont été perdues, et seul un petit pourcentage de la véritable médecine chinoise ancienne est encore en circulation parmi les médecins locaux.

Traduit par Jade Lee

Version en chinois :〖杏林漫步〗中国古代麻醉术