Inde/Chine : sanctions économiques suite au conflit frontalier

Par Vision Times
Le 30/06/2020
Le récent conflit frontalier entre l’Inde et la Chine a poussé le gouvernement indien à élaborer un plan de découplage économique avec la Chine. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Le récent conflit frontalier entre l’Inde et la Chine a poussé le gouvernement indien à élaborer un plan de découplage économique avec la Chine. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Les récents combats frontaliers entre l’Inde et la Chine ont fait de nombreux morts des deux côtés. Le conflit a commencé après que la Chine ait installé des tentes dans une région de l’Inde où de telles structures n’étaient pas autorisées. Actuellement, l’Inde et la Chine ont toutes deux mobilisé des forces à la frontière. Cependant, personne ne s’attend à une guerre totale entre les deux nations, surtout depuis que la pandémie Covid-19 a ravagé l’économie des deux pays. Mais il semble qu’à la suite de ce conflit, le gouvernement indien ait pris conscience d’une chose essentielle : il ne peut pas continuer à dépendre des importations chinoises.

C’est pourquoi il cherche activement à sanctionner la Chine sur le plan économique en boycottant les produits chinois, au profit de produits fabriqués en Inde ou d’équivalents  provenant de pays amis. Plusieurs organisations commerciales et entreprises ont annoncé de telles initiatives. Au cours de l’exercice 2019-2020, près de 14 % des importations en Inde provenaient de Chine. En revanche, la Chine ne représentait qu’environ 5,33 % des exportations de l’Inde. Voici trois façons dont l’Inde cherche à se découpler économiquement de la Chine.

L’interdiction du CAIT

The Confederation of All India Traders (CAIT) (La Confédération de tous les Commerçants de l’Inde) a annoncé qu’elle mobilisera les commerçants de tout le pays pour boycotter le plus grand nombre possible de produits chinois et s’assurer que les produits indigènes sont prioritaires. L’organisation a publié une liste d’articles appartenant à 500 catégories qui sont actuellement importés de Chine mais qui peuvent facilement être remplacés par des produits fabriqués en Inde. Il s’agit notamment d’ustensiles de cuisine, de vêtements, d’éclairage décoratif, d’appareils électroniques grand public, de jouets, de montres, etc. Le CAIT, qui représente environ 70 millions de commerçants et 40 000 associations commerciales, souhaite réduire les importations chinoises à 13,2 milliards de dollars US d’ici la fin de l’année prochaine.

 

Certains articles importés de Chine, comme les ustensiles de cuisine, peuvent être facilement remplacés par des produits fabriqués en Inde. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Certains articles importés de Chine, comme les ustensiles de cuisine, peuvent être facilement remplacés par des produits fabriqués en Inde. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

« Les commerçants indiens ont pris l’engagement très ferme et résolu de donner une forte leçon à la Chine en réduisant les importations chinoises et ils ne laisseront rien au hasard pour atteindre l’objectif de One Lakhcrore (numération indienne) [environ 13,2 milliards de dollars américains] fixé par le CAIT. Même si les commerçants savent que les affaires vont en souffrir, du fait qu’un grand nombre d’entre eux importent de Chine, ils ont décidé d’être solidaires du mouvement, car pour eux, rien ne passe avant l’intérêt national », a déclaré l’organisation, selon un rapport de Live Mint. Si le plan réussit, ce sera un grand coup pour la Chine.

Liste noire

Pour réduire l’influence de Pékin, les services de renseignement indiens ont signalé 53 applications chinoises comme potentiellement dangereuses. Ils ont demandé aux citoyens de retirer les applications de leur téléphone dès que possible, car elles ne sont pas sûres. Il a été constaté que les applications extrayaient de grandes quantités de données privées qui pourraient se retrouver entre les mains du gouvernement chinois. Parmi les applications de la liste figurent Zoom, TikTok, WeChat, Clash of Kings, UC Browser, etc.

 

Les services de renseignement indiens ont signalé 53 applications chinoises comme potentiellement dangereuses.  (Image : flickr / CC0 1.0)
Les services de renseignement indiens ont signalé 53 applications chinoises comme potentiellement dangereuses.  (Image : flickr / CC0 1.0)
 

Autonomie en ce qui concerne les API

L’Inde importe près de 70 % des ingrédients pharmaceutiques actifs (API) de Chine. Les API sont la matière première nécessaire à la fabrication des médicaments. Les géants de l’industrie pharmaceutique indienne estiment que le moment est venu de réduire la dépendance du pays à l’égard des API chinois. Cette solution n’est pas envisageable à court terme. Il s’agit d’un plan à long terme qui, s’il est correctement mis en œuvre, peut rendre le marché indien compétitif et stimuler les exportations d’API et de médicaments vers d’autres pays.

L’administration indienne a annoncé des plans visant à développer trois méga-parcs à médicaments en vrac, dans le pays. Le gouvernement central accorde des subventions financières aux États intéressés pour accueillir ces parcs. En outre, les fabricants de médicaments essentiels bénéficient d’incitations financières. Actuellement, l’Inde importe chaque année de Chine pour environ 3,5 milliards de dollars d’API.


Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : India Looking to Economically Punish China Following Border Clash