Des américains dénoncent le prélèvement forcé d’organes en Chine

Par Vision Times
Le 28/07/2020
Sam Brownback, l’ambassadeur américain pour la liberté religieuse, a prononcé un discours au Club des correspondants étrangers de Hong Kong le 8 mars dernier. (Image : Li Yi / The Epoch Times)
Sam Brownback, l’ambassadeur américain pour la liberté religieuse, a prononcé un discours au Club des correspondants étrangers de Hong Kong le 8 mars dernier. (Image : Li Yi / The Epoch Times)
 

L’administration Trump a exprimé son inquiétude face aux allégations de longue date selon lesquelles des personnes emprisonnées pour leur foi par les autorités chinoises seraient assassinées pour leurs organes. Le 20 juillet, des fonctionnaires du Département d’Etat américain ont condamné la persécution du Falun Gong par le Parti communiste chinois, tandis que les pratiquants marquaient le 21ème anniversaire du début de la campagne nationale du PCC pour éradiquer cette pratique spirituelle.

Sam Brownback, l’ambassadeur itinérant des États-Unis pour la liberté religieuse internationale, et le secrétaire d’État adjoint Robert Destro, ont tenu une conférence téléphonique avec plusieurs pratiquants du Falun Gong, au cours de laquelle ils ont abordé des questions liées à la persécution par le Parti communiste.

Bien que la réunion soit privée, les pratiquants ont déclaré à The Epoch Times que Sam Brownback et Robert Destro avaient spécifiquement mentionné le prélèvement forcé d’organes sur les pratiquants du Falun Gong emprisonnés.

« Le prélèvement forcé d’organes est quelque chose qui est apparu récemment sur le devant de la scène », a déclaré M. Brownback, dans une interview accordée à la chaîne de télévision NTD, en retenant les crimes parmi les différents abus qu’a « subi le Falun Gong ».

Le secrétaire d’État Mike Pompeo a condamné la campagne de persécution du PCC à l’encontre du Falun Gong, qui dure depuis 21 ans. Lors d’une déclaration, il a souligné que « le gouvernement de la RPC [République populaire de Chine] continue jusqu’à ce jour de réprimer et de persécuter cette communauté, en détenant et en torturant des milliers de pratiquants de Falun Gong ».

 

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo.  (Image : The White House / CC0 1.0)
Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo.  (Image : The White House / CC0 1.0)
 

Campagne d’éradication

Ces dernières années, l’administration Trump a insisté sur l’examen des violations des droits de l’homme et de l’impitoyable répression des religions par le Parti communiste chinois. Le rapport 2019 du Département d’Etat sur la liberté religieuse internationale, publié en juin dernier, dénonce le comportement marxiste « intransigeant » du Parti, qui prône l’abolition de toute foi spirituelle.

Alors que la politique religieuse de la République populaire de Chine a retenu et déclaré officielles cinq religions - le bouddhisme, le taoïsme, l’islam, le protestantisme et le catholicisme - et a adopté une approche relativement indulgente de la foi dans les années 1980 et 1990, le régime a une longue histoire de répression envers ce qu’il appelle la « superstition féodale », et cette répression s’est de plus en plus intensifiée ces dernières décennies.

Le Falun Gong, une discipline traditionnelle chinoise de qigong, enracinée dans la philosophie et la croyance chinoises anciennes, a été présenté au public pour la première fois en 1992 et il est rapidement devenu très populaire, des dizaines de millions de Chinois ayant adopté cette pratique. En 1999, le parti communiste a interdit le Falun Gong en raison de sa montée en puissance et parce qu’il rassemblait trop d’adhérents et représentait une menace et qu’il tournait en dérision les théories marxistes du PCC, selon le dirigeant du parti de l’époque, Jiang Zemin.

La campagne contre le Falun Gong a mobilisé tous les aspects de la société chinoise, allant de l’arrestation de milliers de pratiquants, à la diffusion 24 heures sur 24 d’émissions de propagande, décrivant le Falun Gong comme une dangereuse « religion maléfique ». Les pratiquants ont fait face à toutes sortes de répressions, incluant des licenciements, de lourdes peines de prison, en passant par l’intimidation et la torture de la part des gardiens et d’autres détenus, dans le processus de transformation.

 

Un pratiquant de Falun Gong tient une banderole sur la place Tiananmen, sur laquelle on peut lire les caractères chinois « Vérité, Compassion, Tolérance », qui sont les principes fondamentaux de la pratique. Un policier s’approche pour l’arrêter.  (Image : Falun Dafa Information Center)
Un pratiquant de Falun Gong tient une banderole sur la place Tiananmen, sur laquelle on peut lire les caractères chinois « Vérité, Compassion, Tolérance », qui sont les principes fondamentaux de la pratique. Un policier s’approche pour l’arrêter.  (Image : Falun Dafa Information Center)

 

Des statistiques incomplètes compilées par les sites web du Falun Gong ont permis de vérifier l’identité des milliers de personnes tuées par le PCC pour avoir refusé de renoncer à leur foi.

Levi Browde, directeur exécutif du centre d’information de Falun Dafa, a déclaré à The Epoch Times que la persécution du Falun Gong a fourni au PCC un précédent de valeur dans le développement d’une méthode systématique pour supprimer d’autres groupes religieux et dissidents, tels que les Ouïghours, les chrétiens des « Églises de maison » et les Hongkongais, afin de « ne pas seulement briser une personne, mais de forcer cette personne à affirmer son allégeance au Parti communiste ».

« Ils ont vraiment perfectionné ce processus avec le Falun Gong », a-t-il dit.

Dans un message Twitter du 20 juillet, M. Brownback a déclaré : « Ils ont vraiment affiné ce processus avec le Falun Gong » : « Mes pensées aujourd’hui vont aux pratiquants de Falun Gong en Chine qui ont souffert pendant 21 ans de la persécution aux mains du gouvernement de la RPC. Harcelés, arrêtés, emprisonnés et brutalisés en raison de leurs croyances, nous sommes solidaires avec eux ».

Meurtre pour le profit

Les experts et les enquêteurs en matière de droits de l’homme ont, depuis longtemps, accusé le PCC de mener une campagne visant à prélever les organes des prisonniers politiques et religieux. Bien que l’industrie de la transplantation d’organes existe en Chine depuis des décennies, le volume des transplantations a augmenté de façon exponentielle au début des années 2000, coïncidant avec la campagne anti-Falun Gong.

Alors qu’une enquête sur le terrain en Chine est difficilement possible en raison de la stricte surveillance du Parti, les enquêteurs ont fourni un ensemble de preuves de plus en plus nombreuses pour étayer leurs affirmations, telles que des analyses statistiques du nombre important des transplantation d’organes en Chine et des délais d’attente extrêmement courts, en contradiction avec le système sous-développé de dons d’organes du pays.

En juin 2019, un prestigieux tribunal indépendant de Londres a conclu que le prélèvement d’organes avait eu lieu à la demande du régime du PCC « à une échelle significative » pendant des années. Le tribunal a déclaré que les pratiquants de Falun Gong constituaient la majorité des victimes, et a averti que les Ouïghours emprisonnés et les autres minorités chinoises risquaient de subir le même traitement horrible.

Les commentaires de M. Brownback sur le prélèvement d’organes font suite à sa déclaration de l’année dernière concernant les abus médicaux qui « devraient choquer la conscience de chacun ». Ses remarques reflètent également une tendance croissante du gouvernement américain à faire progresser la liberté religieuse internationale.

« Nous continuerons à mettre cela en avant au sein des organismes internationaux », a déclaré M. Brownback dans son interview à NTD News. « Nous demandons au gouvernement chinois d’ouvrir son dossier et de laisser le reste du monde voir d’où viennent ses organes et les transplantations qu’il effectue ».


Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : US Officials Speak Out on Forced Organ Harvesting From Religious Prisoners in China