Baisse du prix du pétrole : Ce que l’avenir nous réserve

Par Vision Times
Le 28/03/2020
Le prix du pétrole brut repart à la baisse. (Image : pexels / CC0 1.0)
Le prix du pétrole brut repart à la baisse. (Image : pexels / CC0 1.0)
 

La guerre des prix menée par l’Arabie Saoudite a fait chuter les prix du pétrole dans le monde. C’est le niveau le plus bas depuis environ 18 ans, avec des prix oscillant entre 20 et 25 dollars le baril. Conjuguées à la baisse de la demande du pétrole due à l’apparition du virus du PCC, les perspectives à court terme pour le pétrole et l’économie mondiale ne semblent pas positives.

La chute du prix du pétrole

En 2016, alors que le prix du pétrole était tombé à 30 dollars le baril, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), dirigée par l’Arabie saoudite, s’était associée à la Russie pour former l’alliance OPEP+. Le groupe a géré des coupures d’approvisionnement d’environ 2,1 millions de barils par jour. Les Saoudiens voulaient porter ce chiffre à 3,6 millions de barils pour cette année après avoir pris en compte la chute de la consommation. Mais la Russie a refusé.

«Moscou en avait assez de réduire la production pour stabiliser les prix et estimait que la politique de restriction de l’offre donnait plus de place aux entreprises américaines de schiste pour se développer... L’Amérique est devenue le premier producteur de pétrole au monde et devrait pomper environ 13 millions de barils par jour au cours du premier trimestre de cette année», selon CNN.

 

L’excès d’approvisionnement en pétrole pourrait même pousser les prix sur un terrain négatif. (Image : pixabay / CC0 1.0)
L’excès d’approvisionnement en pétrole pourrait même pousser les prix sur un terrain négatif. (Image : pixabay / CC0 1.0)
 

Suite au refus de la Russie de contrôler les prix, l’Arabie saoudite, agacée, a décidé de passer à l’offensive et a commencé à offrir des rabais importants aux clients, réduisant les prix jusqu’à 7 dollars par baril. Le pays a également indiqué qu’il augmenterait sa production à 10 millions de barils par jour, contre 9,7 millions actuellement. Ces actions ont déclenché une forte baisse des prix du pétrole. Au début de l’année, le prix du pétrole dépassait les 60 dollars le baril. Mais aujourd’hui, il a chuté à environ 20 dollars par baril, soit une baisse de plus de 60 %.

L’Arabie saoudite espère que sa politique agressive et la chute des prix du pétrole qui en résulte choqueront la Russie et d’autres fournisseurs pour qu’ils finissent par accepter ses exigences. Mais le timing de la guerre des prix est un gros problème. L’épidémie de virus du PCC a fortement réduit la demande de pétrole. La Chine, qui est le plus grand importateur de pétrole brut, a ses usines fermées et les gens se déplacent rarement. D’autres pays connaissent une situation similaire. Une demande aussi faible en période d’offre excessive ne peut que contribuer à maintenir les prix du pétrole à un niveau plus bas.

Paul Sankey, directeur général de Mizuho Securities, estime que le prix du pétrole pourrait même devenir négatif si la demande continue de chuter en bloc. «La demande mondiale de pétrole n’est que d’environ 100 millions de barils par jour, mais les retombées économiques de la pandémie de coronavirus pourraient faire chuter la demande jusqu’à 20 %. Cela créerait un surplus de 20 millions de barils par jour sur le marché qui dépasserait rapidement la capacité de stockage, obligeant les producteurs de pétrole à payer les clients pour acheter la marchandise», selon le CCN.

 

Les Saoudiens ne seront pas en mesure de maintenir les prix du pétrole bas pendant longtemps. (Image : pixabay / CC0 1.0)
Les Saoudiens ne seront pas en mesure de maintenir les prix du pétrole bas pendant longtemps. (Image : pixabay / CC0 1.0)
 

L’avenir

À court terme, les prix du pétrole resteront probablement bas. Mais cela ne devrait pas durer longtemps. Même l’Arabie saoudite ne pourra pas survivre à une dépression pétrolière, car le prix du pétrole reste assez élevé. La Russie, qui dépend également des exportations de pétrole pour maintenir son économie à flot, commencera à ressentir l’impact de la baisse des revenus.

Au final, les deux pays devront parvenir à un accord et stabiliser les prix à des niveaux acceptables. «Bien sûr, c’est un prix bas, nous aimerions le voir plus élevé... Nous suivons de très près la situation sur les marchés mondiaux du pétrole, nous analysons la situation, nous essayons de faire des prévisions à court terme et à moyen terme», a déclaré à Bloomberg le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

En attendant, le marché du pétrole se dirige apparemment vers la plus grande surabondance jamais enregistrée au cours du premier semestre de cette année. Selon IHS Markit, cette surabondance pourrait atteindre 1,3 milliard de barils, soit plus de 4 fois les 360 millions de barils de surabondance en 2015-2016.


(Ndlr) Le coronavirus trouve son origine en Chine sous le régime du PCC. Les autorités du PCC ont caché la vérité, ce qui a provoqué la pandémie mondiale. Les habitants de Wuhan, du Hubei, de la Chine et du monde entier sont tous des victimes. Le Parti communiste chinois n’est pas la Chine, ni ne peut représenter la Chine. Par conséquent, le virus qui émerge sous le régime du Parti communiste chinois devrait être appelé «le virus du Parti communiste chinois».


Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : Oil Price Decline: What the Future Holds