Apple critiqué par les politiciens américains pour avoir accepté la censure chinoise

Par Vision Times
Le 02/11/2019

Plusieurs législateurs américains ont envoyé une lettre au PDG d'Apple, Tim Cook, lui reprochant ses agissements pro-Chine. MaryG90 [CC BY-SA 3.0]
Plusieurs législateurs américains ont envoyé une lettre au PDG d’Apple, Tim Cook, lui reprochant ses agissements pro-Chine. (Image : MaryG90 / wikimedia / CC BY-SA 3.0)

 

Apple a récemment retiré de son App Store l’application HKmap.live, utilisée par les manifestants de Hong Kong pour repérer les forces de l’ordre.

Ce retrait, faisant suite aux avertissements de Pékin, a été critiqué par les militants pro-démocratie du monde entier. Plusieurs législateurs américains, dont les républicains Marco Rubio et Ted Cruz et les démocrates Ron Wyden et Alexandria Ocasio-Cortez, ont envoyé une lettre au PDG d’Apple, Tim Cook, lui reprochant de s’être plié à la censure chinoise.

Lettre à Apple

La lettre débute avec une phrase de Tim Cook prononcée publiquement l’année dernière, et déclarant qu’Apple n'avait pas peur de dire que ses «valeurs» déterminent  le choix de ses décisions. L’entreprise a pourtant pris les devants et supprimé HKmap.live afin d’apaiser les tensions à Pékin. La lettre cite environ 2 200 applications qu'Apple a supprimées en Chine, y compris celles qui offraient des services VPN et celles qui étaient faites et utilisées par les communautés minoritaires comme les Tibétains et les Ouïghours.

Selon le magazine Fast Company, la lettre mentionne que : «Le gouvernement chinois est de plus en plus agressif dans ses tentatives de dicter ses conditions aux entreprises américaines... des cas comme celui-ci soulèvent de réelles inquiétudes quant à savoir si Apple et d’autres grandes entreprises américaines choisiront de s'incliner devant la demande chinoise croissante plutôt que de risquer de perdre l'accès à plus d’​​​​​​​un milliard de consommateurs chinois».

Le législateur a exhorté l’entreprise à inverser le cours des choses, ce qui semble impossible étant donné l’importance économique du marché chinois pour Apple.  L’entreprise réalise un chiffre d’affaires d’environ 50 milliards de dollars chaque année dans ce pays d’Asie. Bien que le chiffre d’affaires ait diminué au cours des derniers mois en raison du ralentissement de l’économie et d’une concurrence accrue, le potentiel du marché est suffisamment prometteur pour qu’Apple choisisse de se plier aux exigences de Pékin.

 

Les législateurs américains, y compris Marco Rubio, Alexandria Ocasio-Cortez et Ted Cruz, ont exhorté Apple à inverser la tendance. (Source : YouTube)

 

L’application HKmap.live a été accusée par les médias chinois d’être utilisée par des émeutiers. Tim Cook a même soutenu dans une lettre à ses employés qu’il avait reçu des «informations crédibles» selon lesquelles l’application était utilisée pour cibler et attaquer la police de Hong Kong. Cependant, aucun média n’a rapporté d’incident où l’application aurait été impliquée dans des actes de violence contre des policiers. Le PDG a ensuite rencontré le directeur général de l’Administration d’État chinoise pour la régulation du marché, une semaine après le retrait de l’application.

Selon Hong Kong Free Press, le régulateur a précisé dans une déclaration : «Les deux parties ont eu des échanges approfondis sur un large éventail de sujets, notamment l’expansion de l’investissement et le développement des entreprises en Chine, la protection des droits et des intérêts des consommateurs et le respect de la responsabilité sociale des entreprises».

Les développeurs de HKmap.live ont désigné la décision d’Apple d’interdire l’application comme étant une claire «décision politique de supprimer la liberté».

Lettre à la société de jeux vidéo Activision Blizzard

Les législateurs américains ont également envoyé une lettre à la société américaine de jeux vidéo Activision Blizzard, après sa décision de suspendre pendant un an un joueur professionnel ayant soutenu les manifestations de Hong Kong. Même ses gains ont été retenus comme sanction.


L’éditeur de jeux vidéo Blizzard a suspendu le joueur Chung «Blitzchung» Ng Wai,  suite à sa déclaration « Libérer Hong Kong, la révolution de notre temps » lors de la diffusion en direct du tournoi Hearthstone. (Image: Capture / YouTube)
L’éditeur de jeux vidéo Blizzard a suspendu le joueur Chung «Blitzchung» Ng Wai,  suite à sa déclaration «Libérer Hong Kong, la révolution de notre temps» lors de la diffusion en direct du tournoi Hearthstone. (Image : Capture / YouTube)

 

Votre entreprise prétend défendre «le droit d’​​​​​​​exprimer ses pensées et opinions individuelles», mais beaucoup de vos employés pensent que la décision d’Activision Blizzard de punir M. Chung (le joueur) va à l’encontre de ces valeurs... Parce que votre entreprise est un pilier de l’industrie du jeu, votre décision peut avoir un effet dissuasif sur ceux qui veulent utiliser leur plate-forme pour promouvoir les droits humains et les libertés fondamentales, explique la lettre selon The Hollywood Reporter.

Après d’intenses critiques médiatiques, la société Blizzard a rétabli les gains du joueur et réduit son interdiction à six mois. Cependant, trois autres joueurs qui ont également manifesté leur sympathie pour les protestations de Hong Kong ont été frappés d’une interdiction.

 

Traduit par Charlotte Clémence

Version en anglais : US Lawmakers Slam Apple’s Decision to Accept Chinese Censorship