Press "Enter" to skip to content

ACTUALITÉ. Selon une nouvelle étude, les cas de Covid-19 aux Etats-Unis ont augmenté chez les travailleurs de la santé entièrement vaccinés

ACTUALITÉ

Alors qu’au cours des derniers mois, de nombreux pays ont poussé de façon pressante leurs citoyens, et en particulier les travailleurs de la santé, à se faire vacciner contre la Covid-19, de récentes études jettent un doute sur le niveau d’efficacité des vaccins. Un rapport récent d’Israël a montré que l’efficacité du vaccin Pfizer-BioNTech avait chuté à 39 % à la fin du mois de juillet.

Une étude publiée le 1er septembre dans le New England Journal of Medicine (NEJM) par des médecins de l’University of California San Diego Health (UCSDH) a analysé les infections par le SARS-CoV-2, le virus à l’origine de la Covid-19, chez son personnel de santé.

L’inoculation des vaccins à ARNm a commencé à la mi-décembre 2020 et, en mars 2021, 76 % du personnel avait été entièrement vacciné. Ce nombre a atteint les 87 % en juillet. Entre mars et juin, le nombre d’infections au SRAS-CoV-2 a été minime, avec seulement 30 travailleurs testés positifs chaque mois.

Cependant, les chercheurs ont constaté que « coïncidant avec la fin de l’obligation du port du masque en Californie le 15 juin et la domination rapide du variant Delta apparu pour la première fois mi-avril et qui représentait plus de 95 % des isolats de l’UCSDH à la fin du mois de juillet… les infections ont augmenté rapidement, y compris les cas parmi les personnes entièrement vaccinées. »

Le pic d’infections s’est produit alors que la grande majorité des travailleurs de la santé étaient déjà entièrement vaccinés. C’est pourquoi l’approbation du comité d’examen institutionnel a été demandée pour étudier l’efficacité des vaccins à ARNm.

Quel que soit leur statut vaccinal, Les travailleurs de la santé ont subi des tests lorsqu’ils présentaient au moins un symptôme lors des dépistages quotidiens ou après une « exposition identifiée ». Entre le 1er mars et le 31 juillet, 227 travailleurs ont été testés positifs, dont 130 (57,3 %) étaient entièrement vaccinés.

109 des travailleurs entièrement vaccinés (83,8 %) et 80 des 90 travailleurs non vaccinés (88,9 %) ont présenté des symptômes. Aucun décès n’a été signalé dans les deux groupes et une seule personne non vaccinée a été hospitalisée.

Selon les auteurs, « l’efficacité du vaccin a dépassé 90 % de mars à juin, mais est tombée à 65,5 % (intervalle de confiance [IC] à 95 %, 48,9 à 76,9) en juillet ». Bien que les premiers essais cliniques contre les variants antérieurs aient donné des résultats prometteurs, les auteurs déclarent : « Nos données suggèrent que l’efficacité du vaccin contre toute maladie symptomatique est considérablement plus faible contre le variant Delta et peut s’estomper au fil du temps depuis le jour de la vaccination. »

Les médecins de l’UCSDH supposent que la diminution de l’efficacité du vaccin pourrait être « due à la fois à l’émergence du variant Delta et à la diminution de l’immunité au fil du temps, aggravée par la fin des exigences du port du masque en Californie et le risque accru d’exposition qui en résulte dans la communauté ».

Bien que les auteurs soutiennent la poursuite des efforts tels que le port du masque à l’intérieur, les tests intensifs et éventuellement l’administration de doses de rappel, les personnes qui se méfient des effets secondaires des vaccins Covid-19 peuvent également se protéger par un traitement précoce et efficace.

Un traitement précoce et efficace

Un examen complet des preuves de l’utilisation de l’ivermectine dans la prophylaxie et le traitement de la Covid-19, publié en 2021 dans l’American Journal of Therapeutics, indique que le médicament présente « de faibles taux d’effets indésirables » et « a été utilisé en toute sécurité chez les femmes enceintes, les enfants et les nourrissons ».

Le médicament possède des propriétés antivirales importantes, démontrées dans de multiples études en laboratoire depuis 2012, dans lesquelles la réplication virale est inhibée pour les virus de la grippe, du zika, de la dengue et d’autres virus. Il a également été démontré que l’ivermectine inhibe « la réplication du SRAS-CoV-2 et sa liaison aux tissus de l’hôte par plusieurs mécanismes observés et proposés. »

Des propriétés anti-inflammatoires sont également présentes, ainsi qu’une diminution de la charge virale et des lésions organiques dans plusieurs modèles animaux « infectés par le SRAS-CoV-2 ou des coronavirus similaires. » En outre, le médicament « prévient la transmission et le développement de la maladie Covid-19 chez les personnes exposées à des patients infectés » et réduit le temps de rétablissement des personnes atteintes « d’une maladie légère à modérée » qui reçoivent un traitement peu après l’apparition des symptômes.

En ce qui concerne les patients gravement malades, l’ivermectine « accélère le rétablissement et évite l'admission en soins intensifs et le décès chez les patients hospitalisés », tout en réduisant la mortalité chez les patients gravement malades atteints de Covid-19.

Ce médicament présente « une sécurité, une disponibilité et un coût inégalés… une faible incidence d'interactions médicamenteuses importantes » et « des effets secondaires légers et rares observés en près de 40 ans d'utilisation et des milliards de doses administrées ».

Beaucoup espèrent que l’Amérique suivra les traces du Japon en soutenant l’utilisation généralisée de l’ivermectine pour combattre la pandémie.

Rédacteur Fetty Adler