Press "Enter" to skip to content

Monde. Un responsable américain accuse la Russie de violer le traité nucléaire

ACTUALITÉ > Monde

La Russie a été accusée davoir violé le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (CTBT). (Image : Capture / YouTube)

 

Le lieutenant-général Robert P. Ashley, chef de l’Agence américaine du renseignement de défense, a accusé la Russie de violer le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (CTBT). Les allégations semblent avoir ouvert la voie à la sortie de l’Accord par les États-Unis.

La Russie effectue-t-elle des essais nucléaires à faible rendement?

«Les États-Unis estiment que la Russie ne respecte probablement pas son moratoire sur les essais nucléaires d’une manière compatible avec la norme de "rendement zéro"», a déclaré Ashley dans un communiqué prononcé récemment lors d’un forum sur le contrôle des armements à l’Institut Hudson (Reuters). Il a ajouté que la Russie effectuait probablement des essais nucléaires de faible intensité, ce qui constitue une violation du TICE.

Le gouvernement américain soupçonne également le Kremlin de développer de nouvelles armes nucléaires et les essais non justifiés font partie du processus de développement. Ashley n’a fourni aucune source d’information sur les essais nucléaires russes illégaux et, d’après Tim Morrison, directeur principal du Conseil de sécurité nationale, l’origine de ces informations n’était pas claire.

Le TICE est un traité multilatéral qui cherche à interdire toutes sortes d’explosions nucléaires dans tous les scénarios possibles. En janvier 1994, le président du Comité spécial a présenté le projet de traité final aux États membres de la Conférence du désarmement (CD). Un grand nombre des 44 États membres ont apporté leur soutien et ont ratifié le traité. La Russie l'a ratifiée en 2000. Mais aux termes de l'article XIV du TICE, le traité n'entrera en vigueur que 180 jours après sa ratification par tous les États. À ce jour, la Chine, l’Inde, le Pakistan, l’Iran, les États-Unis d’Amérique, la République populaire démocratique de Corée, l’Égypte et Israël n’ont toujours pas ratifié le traité.

John Bolton, conseiller américain pour la sécurité nationale, est extrêmement sceptique à l'égard du TICE. D’après lui, le traité «ne définit pas correctement un essai nucléaire, alors que la Russie et la Chine ont une interprétation différente de celle interdite par les États-Unis et que Moscou et Pékin ont effectué des essais nucléaires en violation du traité».

La Russie a-t-elle vraiment violé le TICE ?

Il est pourtant très difficile de repérer des essais nucléaires de faible intensité. Les expériences nucléaires souterraines à grande échelle effectuées par la Corée du Nord ont été facilement détectées par des relevés sismologiques et des avions de détection de radiations. Cependant, les informations permettant de vérifier les allégations contre la Russie ont besoin d’autres sources fiables. La Arms Control Association est également sceptique quant aux critiques du lieutenant-général Ashley.

«Le moyen le plus efficace pour les États-Unis de faire respecter la norme de rendement zéro est que l’administration Trump et le Sénat américain appuient la ratification du traité et contribuent à son entrée en vigueur, ce qui permettrait des inspections rapides et sans préavis, sur site, pour détecter et décourager toute triche possible. Entre-temps, si les États-Unis disposent d’éléments de preuve crédibles attestant que la Russie a violé ses engagements au titre du TICE, ils devraient proposer, comme le prévoient les articles V et VI du traité, des visites d'inspection dans les sites d’essai américains et russes respectifs», a déclaré l'association dans un communiqué (The National Interest).

Mikhail Ulyanov, représentant permanent de la Russie auprès des organisations internationales à Vienne, s’est élevé contre les allégations d’Ashley. Selon lui, cette affirmation permet aux États-Unis de justifier leur retrait du traité et de poursuivre le développement des armements afin de renforcer leurs forces militaires. Le président russe Vladimir Poutine a indiqué que Moscou se retirerait du traité.