Press "Enter" to skip to content

Monde. Il a changé : Trump ne s’attendait pas à ce que Poutine ordonne l’invasion de l’Ukraine

ACTUALITÉ > Monde

Dans une interview exclusive accordée au Washington Examiner, l’ancien président américain Donald Trump a fait une série de commentaires percutants. Il a déclaré qu’il ne s’attendait pas à ce que le président russe Vladimir Poutine ordonne une invasion de l’Ukraine et une nouvelle répression de la liberté en Russie. Il en a été « très surpris ». Trump a déclaré que Poutine avait « changé » et n’était plus la même personne qu’il connaissait. Trump a déclaré que si les États-Unis et l’Europe avaient suivi sa politique à l’égard de la Russie, l’invasion de l’Ukraine n’aurait jamais eu lieu.

Selon Trump, Poutine a beaucoup changé

Le 15 mars, Trump a accepté une interview téléphonique de grande envergure dans son club privé et son quartier général politique, le Sea Lake Estate à Palm Beach, en Floride (États-Unis).

Parlant de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, Trump a expliqué qu’il avait d’abord pensé que la menace de Poutine n’était qu’une tactique de négociation. « J’ai été surpris - j’ai été surpris », a déclaré Trump. « Quand il (Poutine) a envoyé des troupes à la frontière, je pensais qu’il allait négocier. Je pensais qu’il négociait », « J’ai pensé que c’était une façon difficile mais toutefois intelligente de négocier ».

Trump a ensuite révélé ce qu’il pensait au départ : « Je pensais qu’il (Poutine) ferait un bon accord comme tout le monde avec les États-Unis, et tous les autres avec lesquels ils ont tendance à traiter. Vous savez, comme pour chaque accord commercial. » « Nous n’avons jamais eu de bon accord commercial avant mon arrivée ».

Trump a ensuite expliqué la raison de l’invasion de Poutine, en disant qu’elle était « déplorable ». « Puis il (Poutine) l’a fait - je pense qu’il a changé », a-t-il dit. « Je pense qu’il a changé », « C’est une chose très triste pour le monde », « Il a beaucoup changé ».

Après des mois et des mois de menace russe contre l’Ukraine, Poutine a lancé une invasion armée de l’Ukraine le 24 février dernier.

La guerre a suscité une réaction brutale à l’Ouest et dans les pays de l’OTAN. Les États-Unis et les pays européens ont répondu par des sanctions diplomatiques et économiques sévères, tout en fournissant une aide militaire à l’Ukraine pour aider Kiev à résister à l’agression russe.

Le 16 mars, le président ukrainien Zelensky a prononcé un discours virtuel devant une session conjointe du Congrès américain.

Trump nie catégoriquement avoir été faible avec Poutine

Après le début de la guerre, Biden a qualifié Poutine de « tyran ». L’ancien vice-président Mike Pence et Robert C. O’Brien, l’ancien conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche de Trump, font partie des principaux républicains qui ont sévèrement condamné le président russe. Ils ont également annoncé que le Parti républicain ne soutient pas les partisans de Poutine.

Leurs commentaires sont intervenus après le refus initial de Trump de critiquer Poutine. Comme il l’a fait lorsqu’il était président, Trump s’est montré plus enclin à louer ses compétences de stratège et de négociateur géopolitique qu’à critiquer Poutine.

Trump a été critiqué pour cela, notamment par le Parti démocrate mais il a également essuyé des reproches de la part des républicains - parmi lesquels ses partisans.

Dans l’interview, Trump a catégoriquement démenti les affirmations selon lesquelles il aurait un faible pour l’homme fort russe. Et il a semblé réagir à cette accusation au point d’en être presque offensé.

« Je suis très, très dur avec Poutine », a déclaré M. Trump. « Je suis critique à ce sujet (l’affirmation selon laquelle il soutient Poutine) ».

Trump a réitéré son affirmation selon laquelle la Russie n’envahirait jamais l’Ukraine s’il était président des États-Unis, car Poutine craindrait la réponse sévère qu’il donnerait, et ce serait plus que Poutine ne pourrait supporter.

Trump a ensuite souligné à quel point il s’entend bien avec Poutine : « En même temps, je m’entends très bien avec lui. »

« Je m’entends bien avec la plupart des dirigeants mondiaux ».

La politique de défense globale de Trump contre la Russie

La politique de défense de Trump à l’égard de la Russie, qui couvrait l’Ukraine, l’OTAN, l’énergie et l’armement, pouvait être considérée comme visionnaire et presque sans failles.

Au fur et à mesure que les événements se déroulaient après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la politique russe de l’administration Trump est maintenant très appréciée par de nombreux experts et dignitaires géopolitiques aux États-Unis et dans le monde, et même par de nombreux républicains mécontents des commentaires de Trump sur Poutine.

Trump a changé l’approche de son prédécesseur, Barack Obama, pour approuver une aide militaire puissante à l’Ukraine pour aider Kiev à renforcer ses défenses contre la Russie.

Dans l’interview, Trump a souligné son opposition à la construction du gazoduc Nord Stream 2 reliant la Russie à l’Allemagne, dont il sait que Poutine pourrait se servir pour financer sa machine de guerre.

Alors que Biden a annulé la stratégie de Trump et a approuvé le projet Nord Stream 2. Il s’agit également d’une priorité majeure pour l’Allemagne, même si Berlin a reporté indéfiniment le projet Nord Stream 2 depuis l’invasion.

Trump a également souligné ses efforts pour renforcer les armes des pays de l’OTAN (Nato) afin de les convaincre d’augmenter leurs budgets de défense.

L’ancien président a admis qu’il l’avait fait alors même qu’il menaçait d’ignorer la promesse de l’article 5 du traité de l’OTAN selon laquelle « une attaque armée contre l’une ou plusieurs d’entre elles survenant en Europe ou en Amérique du Nord sera considérée comme une attaque dirigée contre toutes les parties » ( NDR : et en conséquence elles conviennent que, si une telle attaque se produit, chacune d’elles, dans l’exercice du droit de légitime défense, individuelle ou collective, reconnu par l’article 51 de la Charte des Nations Unies, assistera la partie ou les parties ainsi attaquées en prenant aussitôt, individuellement et en accord avec les autres parties, telle action qu’elle jugera nécessaire, y compris l’emploi de la force armée, pour rétablir et assurer la sécurité dans la région de l’Atlantique Nord).

Trump a révélé ses bonnes intentions. D’après lui, s’il ne le faisait pas, les pays qui ne consacrent pas 2 % de leur PIB à la défense, comme l’exige l’OTAN, ne le feraient jamais.

Dans le même temps, l’ancien président a fait remarquer que son administration travaillait à la modernisation du programme d’armement nucléaire américain à l’époque.

Trump ne se considère pas lâche face à Poutine, il est « sévère »

En citant ses nombreux efforts pour défendre contre la Russie, Trump a fait valoir que ces efforts soient à l’opposé de ce que veut Poutine, prouvant qu’il n’est pas « le lâche face à Poutine ».

« J’ai fermé le pipeline (de gaz naturel en provenance de Russie). Vous savez, le pipeline était fermé, mais Biden l’a ouvert. » « J’ai été très sévère envers Poutine du point de vue du pipeline, et du point de vue de la collecte de milliards de dollars pour l’OTAN, (mon intention était) surtout pour protéger l’Europe de la Russie ». « J’ai collecté des milliards de dollars pour l’OTAN (En référence à l’augmentation des budgets d’armement des États membres) », a-t-il dit, « Maintenant, tout cet argent est utilisé pour défier la Russie, et ce qui explique pourquoi je l’ai fait ».

Trump a poursuivi : « De plus, j’ai ordonné les plus grandes sanctions jamais imposées à la Russie. »

« Pensez-y, qui a été plus dur que moi avec la Russie ? », a demandé Trump. Il a souligné que « personne d’autre n’a fait cela ».

Rédacteur Yi Ming

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.