Press "Enter" to skip to content

Monde. Le statut de nation la plus favorisée (NPF) de la Chine prend fin, quelles en sont les conséquences ?

ACTUALITÉ > Monde

La Chine est à peu près revenue au statut commercial qui était le sien avant son adhésion à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en décembre 2001, les États-Unis ayant de facto retiré à la Chine le statut de nation la plus favorisée (NPF).

Depuis le 1er décembre, 32 pays, dont l’Union européenne, le Royaume-Uni, le Canada, la Turquie, l’Ukraine et le Liechtenstein, ont cessé d’appliquer le statut NPF à la Chine. Par rapport à la période précédant l’OMC, la Chine a perdu une partie de son rôle de plaque tournante du commerce extérieur après que les États-Unis ont annulé le traitement de zone tarifaire spéciale pour Hong Kong l’année dernière. Le traitement NPF accordé par la Norvège, la Nouvelle-Zélande et l’Australie a été maintenu.

Certains commentateurs pensent que la Chine a été ramenée à la position qu’elle occupait avant son adhésion à l’OMC et qu’elle est donc en grande difficulté, mais cette appréciation serait erronée. Les circonstances sont différentes aujourd’hui.

La Chine n’est plus la Chine d’il y a vingt ans, et les États-Unis et l’Europe ne sont plus à la même enseigne. En outre, si l’on considère ce que le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, a déclaré à propos de la Chine lors d’une interview sur CNN le 6 novembre - à savoir que l’administration Biden ne cherche pas à changer la Chine - ce n’est pas un si grand coup porté à la Chine.

La puissance nationale de la Chine accumulée au cours de ses vingt années d’adhésion à l’OMC

L’attitude relativement calme de la Chine à l’égard des 32 pays découle de la conclusion de Xi Jinping selon laquelle « l’Est s’élève, et l’Ouest décline », et du fait que « la Chine a enfin un pied plus égal sur la scène mondiale. » Lorsque Pékin a présenté le plan de réduction des émissions chinoises lors du sommet des Nations unies sur le climat, fin août de l’année dernière, il a appris que l’UE était prête à inscrire la Chine sur la liste des « pays moyennement développés. » En effet, avec le deuxième plus grand PIB du monde, de plus de 10 000 dollars par habitant, il est trop embarrassant pour la Chine de continuer à être prise en charge comme un pays « en développement ».

Plus important encore, la Chine a essentiellement obtenu les avantages qu’elle souhaitait en adhérant à l’OMC. Sous la forte impulsion du président Bill Clinton, la Chine a officiellement adhéré à l’OMC en décembre 2001, et l’économie chinoise a connu un essor rapide depuis lors. Comme le montrent les données, en 2001, le PIB de la Chine s’élevait à 1,34 billion de dollars, soit 4,0065 % du PIB mondial. Dix-huit ans plus tard, en 2019 (la pandémie s’est déclarée en 2020 en Chine, avant de se propager dans le monde entier), le PIB de la Chine s’élevait à 14,28 billions de dollars, soit 16, 2763 % du PIB mondial. Ces données montrent que la croissance de la puissance économique de la Chine est due à son adhésion à l’OMC.

Dans la mondialisation v1.0, la Chine est en effet devenue le centre. C’est le plus grand pays en développement à introduire des investissements étrangers, le nombre total d’entreprises étrangères établies dépassant le million. C’est le premier exportateur mondial et le deuxième importateur, et le plus gros acheteur de pays riches en ressources. Après que la production américaine de pétrole de schiste a modifié l’approvisionnement mondial en pétrole, la Russie, le Moyen-Orient et d’autres pays producteurs de pétrole font des pieds et des mains pour recruter la Chine.

Après l’apparition de la pandémie de Covid-19, les prix du pétrole se sont effondrés, et les commandes de pétrole de la Chine ont donc fait de ce pays le « roi ». À la fin de 2020, le total des investissements directs étrangers (IDE) de la Chine à l’étranger atteignait 2 300 milliards de dollars, juste derrière les États-Unis et les Pays-Bas. Plus de 28 000 investisseurs chinois nationaux ont créé 44 000 entreprises d’IDE sortantes dans 189 pays et régions du monde, avec un actif total atteignant 7 900 milliards de dollars. Au sein des Nations unies, la Chine a réussi à transformer la Commission des droits de l’homme de l’ONU, de l’OMS, etc. en un outil au service de ses propres intérêts. Dans ces circonstances, la suppression du statut NPF de la Chine par les États-Unis et l’Union européenne est en effet une option pour obtenir un effet de levier.

La Chine pense qu’elle a le pouvoir de négocier avec les États-Unis et l’UE sur les tarifs douaniers

Selon les statistiques publiées par les douanes chinoises le 7 novembre, au cours des 10 premiers mois de 2021, la valeur totale des importations et des exportations de la Chine s’est élevée à 31,67 billions de RMB, en hausse de 22,2 % en glissement annuel, dont 17,49 billions de RMB d’exportations, en hausse de 22,5 % en glissement annuel, 14,180 milliards de RMB d’importations, en hausse de 21,8 % en glissement annuel, et de 21,4 % par rapport à la même période en 2019.

L’excédent commercial s’est élevé à 3,310 milliards de RMB, en hausse de 25,5 % en glissement annuel. L’ASEAN, l’Union européenne, les États-Unis et le Japon, sont respectivement les premier, deuxième, troisième et quatrième plus grands partenaires commerciaux. La Chine a un excédent commercial avec les trois principaux partenaires commerciaux : 448,51 milliards de RMB avec l’ANASE, soit une augmentation de 6,6 %, et 1,04 billion de RMB avec l’UE, soit une augmentation de 38 %.

La valeur totale des échanges entre la Chine et les États-Unis s’est élevée à 3,95 billions de RMB, soit une augmentation de 23,4 %. L’excédent commercial de la Chine avec les États-Unis était de 2,08 billions de RMB, soit une augmentation de 18,9 %. Le déficit commercial avec le Japon était de 182,25 milliards de RMB, soit une augmentation de 47,8 %. En outre, les réserves de change de la Chine ont augmenté en octobre pour la première fois depuis juillet de l’année dernière. La Chine possède les plus importantes réserves de change au monde, atteignant 3 218 milliards de dollars à la fin du mois d’octobre, soit une hausse de 0,53 % par rapport à septembre et une légère baisse par rapport aux 3 232 milliards de dollars enregistrés à la fin du mois d’août.

Il est difficile pour les États-Unis et l’UE de rompre leurs relations commerciales interdépendantes avec la Chine. La Chine négociera probablement les futurs tarifs douaniers avec les États-Unis et l’UE de manière unilatérale et réciproque. Autrement dit, « si vous bénéficiez d’exemptions, alors je bénéficie d’exemptions », et si « vous bénéficiez d’augmentations, alors je bénéficie d’augmentations ».

Les États-Unis et l’UE continueront à traiter la Chine de la même manière qu’au cours des 20 dernières années, « coopération d’un côté, confrontation de l’autre ». Forte des expériences des 40 dernières années, la Chine est persuadée qu’elle obtiendra un traitement tarifaire préférentiel de la part de tous les pays.

Les entreprises ayant des liens commerciaux avec la Chine deviendront automatiquement des lobbyistes

Rappelons les expériences de la Chine depuis son ouverture au monde il y a 40 ans.

Depuis la fin du siècle dernier, la Chine a effectué un test de ses opérations de lobbying aux États-Unis. Selon le Centre américain pour l’intégrité publique, les frais de lobbying de la Chine se sont élevés à 4 225 300 dollars entre 1998 et 2004. Le lobbying a été plus indirect au cours des dernières années. Sur la page d’accueil du site web d’Open Secrets, le tableau « Lobbying Data Summary » indique le total des frais de lobbying de 1998 à 2021.

Il existe deux types de lobbying : les agences de lobbying engagées par le gouvernement chinois. L’administration Trump a commencé à exiger que ces agences s’enregistrent comme agents étrangers. Bien que cette politique n’ait pas été strictement appliquée, elle a quelque peu étouffé ces agences.

Au fil des ans, les multinationales ont exercé un lobbying intense auprès du Congrès pour protéger leurs investissements en Chine. Elles ont des lobbyistes dévoués à Washington D.C. et ont également formé des alliances. Avant l’adhésion de la Chine à l’OMC, elles ont demandé avec ferveur au gouvernement américain d’étendre inconditionnellement le statut NPF à la Chine. Face à la situation désastreuse de la Chine en matière de droits de l’homme et à sa politique autoritaire, leurs principaux arguments pour faire pression sur le Congrès étaient les suivants : « La Chine est sur la voie de l’amélioration pour se rapprocher de la démocratie occidentale », « Le développement économique favorisera la réforme politique en Chine » et « La popularisation d’Internet apportera la liberté de la presse en Chine », etc.

Le 29 avril 1997, le New York Times a publié un article affirmant que Boeing et d’autres entreprises intéressées faisaient pression sur le Congrès américain en faveur de la Chine. Le numéro d’avril 2015 de l’Atlantic Monthly a également publié un article intitulé « Comment les lobbyistes d’entreprise conquièrent la démocratie américaine ». Ces articles exposent le fait que les conglomérats américains, tels que General Electric, Microsoft, Boeing, Coca-Cola, Citi Bank, etc. et presque toutes les grandes entreprises qui entrent sur le marché de la Chine continentale se déguisent automatiquement en lobbyistes au Capitole.

En outre, ils sont plus éloquents et plus influents que les lobbyistes professionnels. Ils comprennent bien mieux que les Chinois la politique américaine en matière de lobbying et sont capables d’agir en conséquence. En 2007, les États-Unis ont introduit la « Révision et clarification des contrôles à l’exportation et à la réexportation pour la République populaire de Chine (RPC) et la nouvelle autorisation validée pour l’utilisateur final », qui a ajouté 47 produits d’exportation contrôlés. Ce qui a finalement incité les États-Unis à réduire le nombre de produits contrôlés n’est pas dû à la protestation du gouvernement chinois, mais plutôt au lobbying des conglomérats multinationaux américains tels que Boeing et United Technologies.

À mon avis, la suppression du traitement de la Chine à l’OMC par de nombreux pays ne doit pas être considérée comme un état de siège du Parti communiste chinois (PCC), comme le pensent de nombreux commentateurs. Ces pays occidentaux pensent simplement que la Chine est devenue riche et a rejoint les rangs des pays moyennement développés, et qu’ils ont donc annulé toutes sortes d’aides. Ils veulent également mettre fin au traitement tarifaire préférentiel qui classe la Chine dans la catégorie des pays en développement. Ils reviendront à l’avenir à des négociations commerciales unilatérales ou multilatérales sur les tarifs douaniers. Un article publié le 8 novembre sur on.cc, intitulé « Another crisis in global supply chain(Une nouvelle crise dans la chaîne d’approvisionnement mondiale) : Les États-Unis, le Royaume-Uni et d’autres pays veulent que la Chine retarde les nouvelles réglementations sur les importations ». Les diplomates de sept systèmes économiques, dont les États-Unis, le Royaume-Uni, le Japon, ainsi que l’Australie, le Canada, l’Union européenne et la Suisse, ont envoyé une lettre le 27 octobre à Yuefeng Ni, le chef de l’Administration générale des douanes (AGD) de la Chine, exprimant leurs préoccupations concernant les décrets 248 et 249 des douanes chinoises, publiés en avril.

Ces deux décrets demandent aux importateurs de produits alimentaires de satisfaire aux nouvelles exigences en matière d’enregistrement, d’inspection et d’étiquetage complets d’ici le 1er janvier 2022. Ces pays ont fait valoir que les décrets perturberaient la chaîne d’approvisionnement alimentaire mondiale et retarderaient les livraisons de produits alimentaires à la Chine. Ils ont suggéré au GAC de retarder les mesures d’importation de produits alimentaires pendant « au moins 18 mois ». Jusqu’au 8 novembre 2021, ni le GAC ni le ministère des Affaires étrangères n’auraient répondu à ces demandes.

« Il n’y a ni amis ni ennemis permanents dans le monde », et l’adhésion de la Chine à l’OMC est la meilleure note de bas de page de ce célèbre dicton. Avant l’adhésion de la Chine à l’OMC, de nombreux pays étaient très heureux de l’accepter, où les États-Unis envisageaient la brillante perspective de démocratiser la Chine grâce à l’OMC. Après l’entrée de la Chine à l’OMC, les pays ont alors appris à quel point la Chine, nouveau membre, pouvait semer le trouble. Mais en fin de compte, ils n’ont rien pu y faire.

Aujourd’hui, vingt ans plus tard, ils estiment finalement que la Chine ne devrait plus être autorisée à bénéficier du traitement de nation favorisée en tant que pays en développement, et ils veulent revenir à la relation de négociation commerciale unilatérale qui existait avant 2001. Le véritable problème pour l’Occident en ce qui concerne l’avenir, est que la Chine n’est plus le même partenaire commercial (ou adversaire) qu’elle l’était à l’époque, et qu’il est beaucoup plus difficile d’y faire face aujourd’hui.

Cet article a été initialement diffusé par Radio Free Asia le 9 novembre 2021.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.