Press "Enter" to skip to content

Monde. Prélèvements forcés d’organes en Chine : un enquêteur récompensé

ACTUALITÉ > Monde

Un prix des droits de l’homme décerné à l’enquêteur sur le prélèvement forcé d’organes en Chine 

L’avocat des droits humains David Matas a reçu le tout premier prix du « leader humanitaire mondial de l’année » décerné par le groupe de défense des droits humains « Canadiens en soutien aux réfugiés en détresse ». (Image : endtransplantabuse.org)
 

L’un des plus grands enquêteurs au monde sur les prélèvements forcés d’organes effectués par l’État en Chine a été récompensé par un prix des droits de l’homme au Canada.

Le Conseil canadien pour les réfugiés en détresse (Canadians in Support of Refugees in Dire Need, CSRDN) a décerné à David Matas, avocat international spécialisé dans les droits de l’homme et basé à Winnipeg, le tout premier prix du leader humanitaire mondial de l’année.

Le prix a remercié David Matas pour ses décennies de dévouement à la cause des droits de l'homme et en particulier pour son travail de documentation sur les horreurs des prélèvements forcés d’organes en Chine, a indiqué un communiqué du 6 janvier.

« Nous voulons reconnaître les contributions extraordinaires de David Matas à sauver des vies et à rendre la justice en dénonçant les crimes horribles des prélèvements forcés d’organes en Chine », a déclaré le Dr Aliya Khan, coprésidente du CSRDN. « Tuer des gens pour leurs organes est une pratique des plus cruelles et barbares et doit être arrêtée », a déclaré le Dr Aliya Khan.

Dans le communiqué de presse, il est indiqué que M. David Matas a consacré sa vie à la défense des droits des personnes les plus vulnérables de la société. Avocat et autorité reconnue en matière de droits de l’homme, d’immigration et de droit des réfugiés, il est conseiller juridique supérieur de B’nai Brith Canada et a été impliqué dans de nombreux groupes de défense des droits de l’homme à la fois nationaux et internationaux. Il a été nommé membre de l’Ordre du Canada en 2008 pour sa contribution à la législation sur les droits de l’homme et au droit de l’immigration et des réfugiés.

Depuis l’an 2000, le système de transplantation d’organes en République populaire de Chine (RPC) s’est rapidement développé. (Image : Piron Guillaume / Unsplash)
Depuis l’an 2000, le système de transplantation d’organes en République populaire de Chine (RPC) s’est rapidement développé. (Image : Piron Guillaume / Unsplash)
 

David Matas est également co-fondateur de la Coalition internationale pour mettre fin aux abus en matière de transplantation en Chine (ETAC) , qui est une coalition d’avocats, d’universitaires, d’éthiciens, de professionnels de la santé, de chercheurs et de défenseurs des droits de l’homme qui s’emploie à mettre fin aux prélèvements forcés d’organes en Chine.

Un autre co-fondateur de l’ETAC est l’ancien député canadien David Kilgour, qui a mené des enquêtes avec David Matas en 2006 sur des allégations selon lesquelles des pratiquants de Falun Gong en Chine étaient tués pour leurs organes.

« Après des mois d’enquête, y compris des entretiens sous couverture avec des médecins dans 12 provinces chinoises, nous arrivons à la conclusion regrettable que ces allégations sont vraies », a déclaré Kilgour à lépoque.

Dans leurs recherches, ils ont également examiné les programmes de transplantation de centaines d’hôpitaux en Chine, en s’appuyant sur les rapports des médias, la propagande officielle, les revues médicales, les sites Web des hôpitaux et un grand nombre de sites Web supprimés trouvés dans les archives.

L’avocat canadien des droits humains David Matas s’exprime à l’Université d’État de Portland après la projection de « Human Harvest », un documentaire de 2014 qui expose les abus de l’État chinois en matière de transplantation d’organes. (Image : Vision Times)
L’avocat canadien des droits humains David Matas s’exprime à l’Université d’État de Portland après la projection de « Human Harvest », un documentaire de 2014 qui expose les abus de l’État chinois en matière de transplantation d’organes. (Image : Vision Times)
 

Les deux Canadiens se sont joints au journaliste d’investigation américain Ethan Gutmann (également nominé pour le prix Nobel de la paix) en 2016 pour publier un autre rapport : Bloody Harvest / The Slaughter: An Update.

Dans ce rapport, ils ont estimé que 60 000 à 100 000 greffes sont effectuées chaque année en Chine et déclarent que les principales cibles des prélèvements d'organes sont les Chinois qui pratiquent le Falun Gong. Dans une moindre mesure, selon le rapport, des Ouïghours, des Tibétains et certains chrétiens d’églises de maison ont également été tués afin d’obtenir des organes pour des greffes.

Plus récemment, on craint que les Ouïghours et autres musulmans turcs soient de plus en plus ciblés pour les prélèvements d’organes, plus d’un million d’entre eux étant détenus dans des camps de la région de l’extrême ouest du Xinjiang, en Chine, depuis 2017.

Le mois dernier, il a été annoncé que trois législateurs américains déposaient un projet de loi visant à mettre fin aux prélèvements forcés d'organes organisés par le Parti communiste chinois sur les prisonniers de conscience.

Regardez cet épisode récent de Chine, non censuré, sur les prélèvements forcés d’organes en Chine, dans lequel David Matas apparait.

Rory Karsten est le nom de plume d’un journaliste qui travaille et voyage en Asie. Il écrit sur la région depuis plus de dix ans, en mettant l’accent sur la Chine et les droits de l’homme.

Traduit par Gabriel Olamsaint

Version en anglais : Investigator of China’s Forced Organ Harvesting Honored With Human Rights Award