Press "Enter" to skip to content

Monde. Pékin étend son modèle communiste en Afrique avec une imposante infrastructure numérique

ACTUALITÉ > Monde

La République populaire de Chine (RPC) a massivement investi en Afrique au cours de la dernière décennie et continue d’être l’un des principaux investisseurs du continent, lorgnant sur les innombrables ressources de la région. Un domaine dans lequel Pékin investit des ressources est le secteur du numérique, avec des experts exprimant leur inquiétude que la poussée numérique de la superpuissance communiste ne se passe pas bien pour les Africains.

Pékin et son infrastructure numérique en Afrique

Des marques chinoises comme Transsion et Huawei dominent le marché des smartphones et l’infrastructure numérique en Afrique. La plupart de ces téléphones sont livrés avec des applications préinstallées d’entreprises technologiques chinoises qui élargissent la portée de ces entreprises.

Selon une étude du groupe de réflexion américain Atlantic Council, Huawei est le seul responsable du développement de 30% du réseau 3G africain et de 70% du réseau 4G du continent.

L’Australian Strategic Policy Institute déclare que la RPC a construit 266 projets technologiques en Afrique, allant des centres de données aux réseaux de télécommunications et aux programmes d’éducation.

Tous ces investissements technologiques ont eu un coût énorme : l’installation et l’enracinement de l’autoritarisme de style RPC. En Ouganda, Huawei a fourni une technologie de surveillance qui a été utilisée pour arrêter les partisans des groupes d’opposition. En Zambie, la technologie chinoise a été utilisée pour espionner les détracteurs du gouvernement. En Éthiopie, un prêt chinois de 3 milliards de dollars a été utilisé pour surveiller les réseaux de télécommunications.

L'Afrique fait face à une augmentation de la censure

Un récent rapport de l’African Digital Rights Network (ADRN) a mis en évidence le problème des gouvernements africains utilisant les nouvelles technologies pour renforcer la surveillance des personnalités de l’opposition. La faiblesse de la société civile, le manque de protection adéquate de la vie privée, l’impunité du gouvernement et les lois qui protègent l’espionnage du gouvernement ont été cités comme les raisons pour lesquelles l’Afrique connaît une augmentation de la surveillance. La censure est également en hausse : l’année dernière, 25 coupures d’Internet ont été enregistrées contre 21 l’année précédente.

« Les citoyens doivent être plus conscients de leurs droits à la vie privée et des activités de surveillance entreprises par leurs gouvernements… Mon inquiétude est que nous glissions dans l’autoritarisme numérique où il est considéré comme normal que notre vie privée soit violée et d’une manière ou d’une autre le fait que cela se produise avec le numérique permet aux gouvernements de se tirer d’affaire », a déclaré à Reuters Tony Roberts, qui a édité le rapport.

Bulelani Jili, chercheur en cybersécurité au Belfer Center de l’Université Harvard, s’est entretenu avec Voice of America au sujet des préoccupations concernant la Chine communiste dans la région. Bulelani Jili a déclaré que le partage de données sera un point clé de discorde entre Pékin et l’Afrique. Il s’inquiète de la manière dont les données seront gérées et qui en sera le détenteur.

La souveraineté des données : un facteur clé

« Il est nécessaire [pour] une plus grande sensibilisation et attention du public à cette question en partie parce que c’est une mesure clé entourant à la fois le développement mais aussi le type de relations Afrique-Chine à l’avenir…. Nous devrions également penser à la souveraineté des données qui sera un facteur clé pour l’avenir », a déclaré Bulelani Jili.

Dans une interview avec CNN-News18, l’expert en cybersécurité Christopher Ahlberg, PDG de Recorded Future, a déclaré que la RPC considérait l’Afrique comme son « arrière-cour ». Les entreprises de télécommunications chinoises sont parrainées par Pékin pour se développer de manière agressive sur le marché africain. Cela augmente également le risque que la Chine communiste s’intègre dans l’infrastructure technologique du continent. Les entreprises chinoises ont le temps et la possibilité « de planter certaines choses », a-t-il averti.

« Cela pourrait être une mise à niveau logicielle, cela pourrait être tout à fait correct et légitime, mais, encore une fois, ils savent comment y mettre des choses. Les entreprises de télécommunications sont l’une des cibles préférées des pirates informatiques, mais cela ne signifie pas que nous, en tant que monde libre, devrions accepter les infrastructures chinoises », a déclaré Christopher Ahlberg.

Rédacteur Nello Tinazzo

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.