Press "Enter" to skip to content

Monde. L’Union européenne infiltrée ? Le cas de l’espion maltais

ACTUALITÉ > Monde

Le Parti communiste chinois (PCC) a peut-être utilisé l’ambassade de Malte en Belgique pour espionner le siège de l’Union européenne. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Le Parti communiste chinois (PCC) a peut-être utilisé l’ambassade de Malte en Belgique pour espionner le siège de l’Union européenne situé en face. Les révélations ont été faites par un porte-parole du Veiligheid van de Staat, le service belge de la sécurité intérieure.

L’accusation d’espionnage

L’ambassade de Malte à Bruxelles, appelée « Dar Malta » ou « Malta House » a été inaugurée en 2007. Le pays insulaire a dépensé beaucoup d’argent pour acquérir un terrain à l’emplacement privilégié. Un surcroît d’argent a été dépensé pour la construction, l’aménagement et la sécurité du bâtiment. Le gouvernement a affirmé que tout l’argent dépensé pour l’ambassade serait finalement utile puisque seulement cinq étages seraient utilisés par les diplomates maltais. Le reste des étages devait être loué à diverses entreprises commerciales.

Lorsque le gouvernement a été critiqué pour avoir versé trop d’argent dans le projet, il a commencé à chercher des fonds auprès de commanditaires afin de réduire les coûts. C’est alors que la Chine est intervenue. En vertu d’un accord de coopération signé en 2006, la Chine a fait don de meubles et d’autres appareils pour l’ambassade. À partir de 2010, le service de sécurité nationale belge a commencé à soupçonner l’utilisation de l’ambassade à des fins néfastes. Il craignait que les dons aient été employés pour espionner l’institution de l’UE depuis l’autre côté de la route.

 

En vertu d’un accord de coopération signé en 2006, la Chine a fait don de meubles et d’autres appareils pour l’ambassade. (Image : pixabay / CC0 1.0)
En vertu d’un accord de coopération signé en 2006, la Chine a fait don de meubles et d’autres appareils pour l’ambassade. (Image : pixabay CC0 1.0)
 

« Les Chinois ont participé à la rénovation du bâtiment de l’ambassade de Dar Malta en 2007, et cela a retenu notre attention, bien que nous n’en ayons été alertés par aucun service extérieur... Mais il n’y a jamais eu de preuve que l’espionnage chinois a eu lieu de l’intérieur du bâtiment », a déclaré le porte-parole au journal De Morgan, tel que rapporté par The Guardian. Les gouvernements de Malte et de la Chine ont nié ces allégations. L’administration maltaise a également ajouté que plus de 80 pour cent des meubles ont été remplacés.

Néanmoins, les relations entre Malte et la Chine sont en grande partie suspectes puisque Pékin semble avoir  un excès d’influence sur le pays insulaire. En 2014, Malte a été le premier pays européen à signer un mémorandum d’accord avec le PCC concernant la nouvelle route de la soie. La même année, Shanghai Electric Power, soutenue par l’État chinois, a acquis 33 % des parts d’Enemalta, la seule société d’énergie à Malte. À l’heure actuelle, la Chine construit une ambassade de 19 000 mètres carrés dans le pays insulaire.

Il a également été critiqué le fait que l’administration maltaise avait délivré des « visas d’or » à des  Chinois aisés. Ces visas permettent aux Chinois de se déplacer librement à travers l’UE. Du point de vue de la sécurité, c’est une chose désastreuse pour l’Europe puisque les visas maltais permettront aux espions chinois d’opérer facilement dans toute l’Union européenne. Certains ont accusé les visas d’or de soutenir l’évasion fiscale, le blanchiment d’argent, et d’autres activités de corruption.

 

Un « visa d’or » est un autre nom pour le programme Citoyenneté par investissement de Malte dans lequel les investisseurs étrangers peuvent rapidement obtenir la résidence à Malte, leur permettant de voyager librement dans les pays de l’UE. (Image: Capture d’écran / YouTube)
Un « visa d’or » est un autre nom pour le programme Citoyenneté par investissement de Malte dans lequel les investisseurs étrangers peuvent rapidement obtenir la résidence à Malte, leur permettant de voyager librement dans les pays de l’UE. (Image: Capture d’écran / YouTube)
 

Érosion de la démocratie

Un récent rapport de Freedom House met en garde contre l’affaiblissement de la démocratie en Europe centrale et orientale en raison de l’influence croissante de la Chine et de la Russie. En considérant les 25 dernières années, l’organisation affirme qu’il y a aujourd’hui moins de démocraties parmi les 29 pays allant de l’Europe centrale à l’Asie centrale. De nombreux dirigeants de la région sont perçus comme étant devenus si effrontés qu’ils ne feignent même pas se soucier de savoir si leur pays est une démocratie ou non.

Selon ce rapport, la Hongrie n’est plus une démocratie. On dit que la Pologne suit la même voie. Dans les États formés depuis l’ex-Yougoslavie, les institutions démocratiques sont corrompues par l’ingérence russe et chinoise. Michael J. Abramowitz, président de Freedom House, a déclaré que les États-Unis doivent jouer un rôle central dans la promotion de la démocratie dans la région.

Traduit par Gabriel Olamsaint

Version an anglais : European Union Infiltrated? The Case of the Maltese Spy